Sortir à Lyon
Partager cet article :

Quand Stefan Zweig était à Lyon


Lecture. On le sait peu, mais l’au­teur du Joueur d’échecs et de Vingt-quatre heures de la vie d’une femme s’est inté­ressé de près à l’une des pages les plus sanglantes de l’his­toire lyon­naise. Dans son recueil de nouvelles La Confu­sion des senti­ments et autres récits, traduites par le Lyon­nais Pierre Deshusses, une trouve le récit d’Un mariage à Lyon, se dérou­lant pendant la Terreur au milieu des contre-révo­lu­tion­naires. Encer­clée, bombar­dée, vain­cue, Lyon est renommé Ville affran­chie, puni­tion infli­gée aux Lyon­nais pour avoir osé se soule­ver contre la Conven­tion révo­lu­tion­naire et pari­sienne. Et si on faisait pareil au temps du Covid-19 contre les mesures de (dé)confi­ne­ment ? Trêve de mauvaise plai­san­te­rie, à l’époque, les contre-révo­lu­tion­naires étaient arrê­tés et fusillés à la chaîne dans la plaine des Brot­teaux. C’est dans ce contexte que s’ouvre la nouvelle de l’Au­tri­chien : des prison­niers entas­sés dans une cave attendent d’être exécu­tés, lorsque deux fian­cés, sépa­rés par les événe­ments, se retrouvent au milieu des condam­nés… Du pur Zweig pour explo­rer les tréfonds de l’âme humaine, à décou­vrir chez votre libraire sur le point de rouvrir ou dispo­nible en format numé­rique.

Un mariage à Lyon de Stefan Zweig.

– En format e-book à 0,99 € à lire << ici >>.

– In La Confu­sion des senti­ments et autres récits, traduc­tion de Pierre Deshusses, collec­tion Bouquins, Robert Laffont, inté­grale des nouvelles de Stefan Zweig (1312 p, 19,99 €). Réser­ver le livre chez votre libraire préféré << ici >>.

Quais du polar sur les berges

"Décoiffant », « sanglantissime », « incontournable », « un vaccinodrome pour lutter contre la mauvaise littérature »… Quais du polar a attendu bien trop longtemps, après deux confinements qui lui sont tombés sur le dos, pour ne pas revenir encore plus saignant. Décalé, reporté, ...

Plaire, aimer et courir vite

Le beau film de Christophe Honoré Plaire, aimer et courir vite, devait initialement s’appeler Plaire, baiser et courir vite, ce qui aurait pu être aussi le titre de cet imposant Journal sexuel d’un garçon d’aujourd’hui de 2300 pages (!), comme une radiographie autobiographique de...

Pier­ric Bailly : mon père, cet anti-héros

A la place du père, il avait dressé le plus beau des tombeaux dans L’Homme des bois en 2017, chronique de la disparition paternelle dans son Jura natal à la suite d’une mort accidentelle restée inexpliquée. Depuis, cet écrivain amateur de rap et détracteur d’Alain Souchon (une al...

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...