Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L’ex­cep­tion cultu­relle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enre­gis­traient sur 2019 une perte de fréquen­ta­tion abys­sale de l’ordre de – 70 %, les librai­ries, elles, se main­te­naient autour de – 3% de moyenne au niveau natio­nal. Une forme de stabi­lité déjà ines­pé­rée, mais qui cache une autre bonne nouvelle : ce sont les plus grosses enseignes qui ont le plus baissé, au profit des librai­ries de quar­tier, « petits commerces » mais grands gagnants de la fin d’an­née passée, comme on a pu le véri­fier auprès des libraires lyon­nais.

La librai­rie l’As­tra­gale, rue de Sèze (Lyon 6e).

L’As­tra­gale super­star

La jeune librai­rie de l’As­tra­gale aux Brot­teaux, une des meilleures de la ville, a fait un mois de décembre « gran­diose », doublant son chiffre d’af­faires de 2019 sur la même période, en attei­gnant 145 000 euros. « On a beau­coup entendu parler des librai­ries, donc les gens y sont allés pour soute­nir les petits commerces » expliquent les tenan­cières. A tel qu’elles ont même pu depuis embau­cher une personne supplé­men­taire. Les librai­ries ont coutume de faire la moitié de leur chiffre sur les trois mois autour de la période des fêtes. Tout se passe comme si les lecteurs avaient voulu rattra­per le temps perdu en confi­ne­ment dès que les librai­ries ont rouvert. « Le click and collect » a permis de limi­ter la casse en période de confi­ne­ment » note de son côté la librai­rie Rive Gauche de la rue de Marseille. Elle aussi a fait une « très bonne année, meilleure que la précé­dente  ». Faute d’offre cultu­relle, les clients semblent donc avoir fait une razzia sur les livres, cadeau facile et idéal pour Noël.

Small is beau­ti­ful : une nouvelle clien­tèle

Auda­cieux au point d’ou­vrir sa librai­rie Les Mangeurs d’étoile à Vaise courant 2020, Lionel Besnier remarque aussi un «  éveil des consciences », compa­rable à l’at­ten­tion aux circuits courts dans l’ali­men­ta­tion. « Il y a eu un soutien très fort de la part des clients habi­tuels mais aussi de nouveaux clients, moins habi­tués, qui ont été au rendez-vous. J’ai l’im­pres­sion que c’est en train de s’an­crer. » Passages, l’aî­née des librai­ries indé­pen­dantes en plein centre-ville, s’en sort aussi «  plutôt bien », la crois­sance écono­mique de la fin d’an­née ayant permis de rattra­per le retard du mois de novembre, malgré le click and collect. Les sorties porteuses d’Histoires de la nuit de Laurent Mauvi­gnier, L’Arabe du futur de Riad Sattouf ou de L’Ano­ma­lie de Hervé Le Tellier, Goncourt qui bat tous les records à bien­tôt 800 000 exem­plaires vendus, ont tous aussi attisé la curio­sité des lecteurs, qui avaient globa­le­ment plus de temps pour se plon­ger dans le livres. Mais la meilleure nouvelle, c’est sans doute le compor­te­ment mili­tant des lecteurs, renforçant l’an­crage déjà bien réel des librai­ries indé­pen­dantes à Lyon. « Les aides ont le mérite d’exis­ter mais elles restent insuf­fi­santes, surtout pour quelqu’un comme moi qui vient d’ou­vrir et n’avait pas de CA l’an­née dernière », explique Lionel Besnier. « Si nous nous en sortons, c’est grâce à la mobi­li­sa­tion des gens, ce sont eux qui ont sauvé les librai­ries. » Une atti­tude dont tout indique qu’elle est désor­mais deve­nue une habi­tude, désor­mais ancrée dans les compor­te­ments. Tant mieux.

Luc Hernan­dez avec Louise Reymond.

Photo Susie Waroude : Sylvain Fourel de la Librai­rie La Voie aux chapitres (Lyon 7e).

Quais du polar sur les berges

"Décoiffant », « sanglantissime », « incontournable », « un vaccinodrome pour lutter contre la mauvaise littérature »… Quais du polar a attendu bien trop longtemps, après deux confinements qui lui sont tombés sur le dos, pour ne pas revenir encore plus saignant. Décalé, reporté, ...

Plaire, aimer et courir vite

Le beau film de Christophe Honoré Plaire, aimer et courir vite, devait initialement s’appeler Plaire, baiser et courir vite, ce qui aurait pu être aussi le titre de cet imposant Journal sexuel d’un garçon d’aujourd’hui de 2300 pages (!), comme une radiographie autobiographique de...

Pier­ric Bailly : mon père, cet anti-héros

A la place du père, il avait dressé le plus beau des tombeaux dans L’Homme des bois en 2017, chronique de la disparition paternelle dans son Jura natal à la suite d’une mort accidentelle restée inexpliquée. Depuis, cet écrivain amateur de rap et détracteur d’Alain Souchon (une al...

La Bibli de la Part-Dieu est ouverte !

Vous aussi vous rêvez de trouver le film avec Sean Connery que vous n'avez pas vu ? Ou la biographie d'Eric Rohmer qui manque à votre collection (c'est notre cas)... Bonne nouvelle : que ce soit un livre, un film ou un document quelconque, si la Bibliothèque municipale de la Part...