Sortir à Lyon
Partager cet article :

Pier­ric Bailly : mon père, cet anti-héros

A la place du père, il avait dressé le plus beau des tombeaux dans L’Homme des bois en 2017, chro­nique de la dispa­ri­tion pater­nelle dans son Jura natal à la suite d’une mort acci­den­telle restée inex­pliquée. Depuis, cet écri­vain amateur de rap et détrac­teur d’Alain Souchon (une allu­sion du titre), a recher­ché la sienne de place du père en tant que narra­teur, depuis son précé­dent roman, Les Enfants des autres. Ici, c’est en quelque sorte un amant de passage qui va se surprendre en pater­nel de substi­tu­tion idéal, à l’at­ta­che­ment plus réel qu’une insé­mi­na­tion arti­fi­cielle. Pein­ture du couple qui se cherche sur BO rock, superbe sens de l’ob­ser­va­tion sociale de nombre de person­nages dont on n’en­tend jamais parler au Masque et la Plume, sauf par condes­cen­dance, la petite musique de ce vrai tendre enragé trouve enfin une accal­mie par la trans­mis­sion. Pier­ric Bailly n’aime pas dire du mal des gens, mais c’est vrai que son narra­teur est “gentil”. Lui-même s’en moque, genti­ment. Avec un sens profond du quoti­dien et de la tendresse entre géné­ra­tions, et un goût parti­cu­lier pour les corps des femmes de plus de quarante ans traduits avec une autre déli­ca­tesse que la dernière céré­mo­nie des César… Une homme bien déphasé qui pren­dra la plus belle des leçons d’un fils le temps d’une virée aux Nuits sonores. “Je ne croyais pas assez en mon person­nage. Je n’étais pas assez investi dans mon rôle.” L’his­toire d’un mec un peu à côté de ses pompes qui va trou­ver sa vraie place dans celle des autres. Une des plus belles défi­ni­tions de la vie.

Pier­ric Bailly, Le Roman de Jim, (POL, 19 €).

3 dessi­na­teurs qu’on veut voir au Lyon BD festi­val

Pour notre plus grand plaisir, le Lyon BD festival revient. Deux cents auteurs seront réunis et une vingtaine d’expositions sont déjà annoncées. Une programmation éclectique avec de grands noms de la bande dessinée : Boulet, Valentine Boucq, Max Cabanes, Béa Daveis, Mathieu Rebiè...

MBou­gar Sarr, le grand écri­vain du prix Goncourt à Lyon

Ce n’est pas tous les jours qu’on lit un roman de l’ampleur de La Plus Secrète Mémoire des hommes. Un roman touffu, foisonnant, composé lui-même de trois livres aux titres de chapitres souvent étonnants, dont le plus beau, Nuits de tango par marée haute, est dédiée à l’érotisme d...

Conne­mara, le nouveau roman de Nico­las Mathieu

Son nouveau roman pourrait être la suite de son prix Goncourt en 2018, Leurs enfants après eux. Ou comment deux quadras originaires des environs de Nancy mais aux destinées professionnelles différentes vont retrouver souffle à travers une liaison. Les scènes de sexe, contagieuses...

Totorro fait son ciné-concert de l’amour

Le post rock a fait beaucoup de bien à la musique de film. Peut-il en faire autant au roman-photo ? Quinze ans après sa sortie on se souvient encore de l’excellente bande originale par Mogwai de Zidane, un portrait du 21ème siècle, sans laquelle le film n’aurait sans doute pas eu...