Sortir à Lyon
Partager cet article :

Pier­ric Bailly : mon père, cet anti-héros

A la place du père, il avait dressé le plus beau des tombeaux dans L’Homme des bois en 2017, chro­nique de la dispa­ri­tion pater­nelle dans son Jura natal à la suite d’une mort acci­den­telle restée inex­pliquée. Depuis, cet écri­vain amateur de rap et détrac­teur d’Alain Souchon (une allu­sion du titre), a recher­ché la sienne de place du père en tant que narra­teur, depuis son précé­dent roman, Les Enfants des autres. Ici, c’est en quelque sorte un amant de passage qui va se surprendre en pater­nel de substi­tu­tion idéal, à l’at­ta­che­ment plus réel qu’une insé­mi­na­tion arti­fi­cielle. Pein­ture du couple qui se cherche sur BO rock, superbe sens de l’ob­ser­va­tion sociale de nombre de person­nages dont on n’en­tend jamais parler au Masque et la Plume, sauf par condes­cen­dance, la petite musique de ce vrai tendre enragé trouve enfin une accal­mie par la trans­mis­sion. Pier­ric Bailly n’aime pas dire du mal des gens, mais c’est vrai que son narra­teur est “gentil”. Lui-même s’en moque, genti­ment. Avec un sens profond du quoti­dien et de la tendresse entre géné­ra­tions, et un goût parti­cu­lier pour les corps des femmes de plus de quarante ans traduits avec une autre déli­ca­tesse que la dernière céré­mo­nie des César… Une homme bien déphasé qui pren­dra la plus belle des leçons d’un fils le temps d’une virée aux Nuits sonores. “Je ne croyais pas assez en mon person­nage. Je n’étais pas assez investi dans mon rôle.” L’his­toire d’un mec un peu à côté de ses pompes qui va trou­ver sa vraie place dans celle des autres. Une des plus belles défi­ni­tions de la vie.

Pier­ric Bailly, Le Roman de Jim, (POL, 19 €).

Plaire, aimer et courir vite

Le beau film de Christophe Honoré Plaire, aimer et courir vite, devait initialement s’appeler Plaire, baiser et courir vite, ce qui aurait pu être aussi le titre de cet imposant Journal sexuel d’un garçon d’aujourd’hui de 2300 pages (!), comme une radiographie autobiographique de...

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

La Bibli de la Part-Dieu est ouverte !

Vous aussi vous rêvez de trouver le film avec Sean Connery que vous n'avez pas vu ? Ou la biographie d'Eric Rohmer qui manque à votre collection (c'est notre cas)... Bonne nouvelle : que ce soit un livre, un film ou un document quelconque, si la Bibliothèque municipale de la Part...

Scoop : les librai­ries sont ouvertes !

Et si vous commandiez un livre chez votre libraire plutôt que de geindre sur Amazon ? Ok, la plupart des commerces sont fermés pour des raisons sanitaires, dont les librairies. Mais il est faux de dire - ou de faire croire - que le vilain Amazon en bénéficierait. Comme tout au lo...