Sortir à Lyon
Partager cet article :

Plaire, aimer et courir vite

Le beau film de Chris­tophe Honoré Plaire, aimer et courir vite, devait initia­le­ment s’ap­pe­ler Plaire, baiser et courir vite, ce qui aurait pu être aussi le titre de cet impo­sant Jour­nal sexuel d’un garçon d’aujourd’­hui de 2300 pages (!), comme une radio­gra­phie auto­bio­gra­phique de l’ho­mo­sexua­lité mascu­line post-Sida (histo­rique­ment). Arthur Drey­fus, c’est un peu l’anti- Edouard Louis, et c’est pour ça qu’on l’aime (il consacre d’ailleurs en véri­table diariste un inter­lude à son concur­rent sures­timé qui n’était pas destiné à être publié). Pas de posture sans auto­dé­ri­sion du quoti­dien chez Drey­fus, il reste traversé par le monde (dans tous les sens du mot, et il y a du monde qui passe !), plutôt que de se complaire ou de se complaindre en quête d’iden­tité, de bonne ou de mauvaise conscience. S’en suit un jour­nal au sens propre (il parle d’ailleurs souvent de propreté), décom­plexé, prompte à obser­ver les corps et les cultures dans les approches et les rencontres fugaces, “s’épui­sant à baiser et à écrire” pendant des années dans une joie offerte et certaine, selon laquelle “il faut en finir avec le malheur d’être gay. Mission accom­plie à travers cette écri­ture inci­dente des plus stimu­lantes, pas que pour la sexua­lité, qui abou­tit à ce pavé dont on a lu jusqu’ici les 500 premières pages avec plai­sir, dans un geste d’édi­tion hors normes comme on n’en fait plus. L.H.

Arthur Drey­fus, Jour­nal sexuel d’un garçon d’aujourd’­hui (P.O.L. éditions, 37 €).

Pier­ric Bailly : mon père, cet anti-héros

A la place du père, il avait dressé le plus beau des tombeaux dans L’Homme des bois en 2017, chronique de la disparition paternelle dans son Jura natal à la suite d’une mort accidentelle restée inexpliquée. Depuis, cet écrivain amateur de rap et détracteur d’Alain Souchon (une al...

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

La Bibli de la Part-Dieu est ouverte !

Vous aussi vous rêvez de trouver le film avec Sean Connery que vous n'avez pas vu ? Ou la biographie d'Eric Rohmer qui manque à votre collection (c'est notre cas)... Bonne nouvelle : que ce soit un livre, un film ou un document quelconque, si la Bibliothèque municipale de la Part...

Scoop : les librai­ries sont ouvertes !

Et si vous commandiez un livre chez votre libraire plutôt que de geindre sur Amazon ? Ok, la plupart des commerces sont fermés pour des raisons sanitaires, dont les librairies. Mais il est faux de dire - ou de faire croire - que le vilain Amazon en bénéficierait. Comme tout au lo...