Sortir à Lyon

MacBeth version HBO

Théâtre épique. Il y a quelque chose de pourri au royaume d’Ecosse. Le tyran est mort, la reine captive et le pays défait. Reste pour l’An­gle­terre à placer sur le trône un roi qui lui sera fidèle, vaste program­me… En adap­tant Dusi­nane de David Greig, sorte de réponse au MacBeth de Shakes­peare, le Lyon­nais Baptiste Guiton fait souf­fler un vent épique sur le plateau de la salle Jean-Bouise au TNP. Dans une esthé­tique sobre, à mi-chemin entre une friche indus­trielle, un clip de rock et High­lan­der, il arrive à nous faire croire à chaque scène avec une écono­mie de moyens. Une simple struc­ture en acier mobile évoque tour à tour des remparts, les appar­te­ments de la reine ou une prison, les costumes, proches des univers steam­punk et rock apportent une touche moder­nité alors que les incan­ta­tions et les chants guer­riers enton­nés par les comé­diens instil­lent une ambiance mysté­rieuse toute écos­saise.

Des Monty Python à Game of Thrones. Surtout, on est étonné de se glis­ser aussi faci­le­ment dans le texte de David Greig. Car il faut dire qu’un drama­turge, tout grand auteur britan­nique qu’il soit, qui se charge de donner une suite à MacBeth, ça peut faire peur à juste titre. Mais le lien avec la pièce de Shakes­peare n’est qu’un prétexte pour trans­po­ser dans l’Ecosse Moyen-Âge des problé­ma­tiques aussi univer­selles que contem­po­raines sur l’in­gé­rence poli­tique (coucou l’Irak, coucou les Etats-Unis). Et si vous n’avez pas besoin d’avoir lu MacBeth pour suivre, l’es­prit shakes­pea­rien est bien présent. Dunsi­nane passe sans complexe du tragique à des scènes de bataille ou à l’hu­mour le plus grivois, comme si on zappait fréné­tique­ment des Monty Python à Game of Thrones. Le tout porté par un excel­lente troupe de comé­diens au diapa­son, à commen­cer par Gabriel Dufay qui incarne l’in­flexible géné­ral Siward, homme d’hon­neur incar­nat une certaine image de la justice avant de se trans­for­mer en monstre sangui­naire, et Tommy Lumi­net qui cabo­tine en nouveau roi d’Ecosse, aussi lucide et retors qu’ex­tra­va­gant, a presque des airs de Néron. C’est le moment de débran­cher Netflix et d’al­ler au théâtre. C.S.

Dunsi­nane, de David Greig, mise en scène Baptiste Guiton. Jusqu’au samedi 8 février au TNP, Villeur­banne. Horaires variables. De 9 à 25€. tnp-villeur­banne.com

Satire dans tous les sens

Comédie politique. Gary Zimmer (Steve Carell), conseiller politique Démocrate, reçoit en plein dans sa face et son costume sur mesure, la victoire de Donald Trump face à Hillary Clinton. Il est d’autant plus déprimé qu’il s’est fait humilier par son homologue Républicaine, l’esth...

Le quatuor Debussy love Keren Ann

La beauté des filles Ils étaient partis en tournée avec Keren Ann pendant plusieurs mois et comptent bien y retourner dès que les conditions sanitaires le permettront. En attendant, les musiciens du quatuor Debussy viennent d'enregistrer, chacun à distance de l'autre mais tous...

Les Lyon­nais à l’as­saut des Molières !

Cérémonie. Bon, on ne va pas accorder trop de crédit artistique à une cérémonie pilotée par un entrepreneur de théâtre privé ami du Président de la République (Jean-Marc Dumontet), mais si les Molières peuvent donner un peu (plus) de visibilité à des gens qu'on aime, allons-y, re...