Sortir à Lyon
Partager cet article :

MacBeth version HBO

Théâtre épique. Il y a quelque chose de pourri au royaume d’Ecosse. Le tyran est mort, la reine captive et le pays défait. Reste pour l’An­gle­terre à placer sur le trône un roi qui lui sera fidèle, vaste program­me… En adap­tant Dusi­nane de David Greig, sorte de réponse au MacBeth de Shakes­peare, le Lyon­nais Baptiste Guiton fait souf­fler un vent épique sur le plateau de la salle Jean-Bouise au TNP. Dans une esthé­tique sobre, à mi-chemin entre une friche indus­trielle, un clip de rock et High­lan­der, il arrive à nous faire croire à chaque scène avec une écono­mie de moyens. Une simple struc­ture en acier mobile évoque tour à tour des remparts, les appar­te­ments de la reine ou une prison, les costumes, proches des univers steam­punk et rock apportent une touche moder­nité alors que les incan­ta­tions et les chants guer­riers enton­nés par les comé­diens instil­lent une ambiance mysté­rieuse toute écos­saise.

Des Monty Python à Game of Thrones. Surtout, on est étonné de se glis­ser aussi faci­le­ment dans le texte de David Greig. Car il faut dire qu’un drama­turge, tout grand auteur britan­nique qu’il soit, qui se charge de donner une suite à MacBeth, ça peut faire peur à juste titre. Mais le lien avec la pièce de Shakes­peare n’est qu’un prétexte pour trans­po­ser dans l’Ecosse Moyen-Âge des problé­ma­tiques aussi univer­selles que contem­po­raines sur l’in­gé­rence poli­tique (coucou l’Irak, coucou les Etats-Unis). Et si vous n’avez pas besoin d’avoir lu MacBeth pour suivre, l’es­prit shakes­pea­rien est bien présent. Dunsi­nane passe sans complexe du tragique à des scènes de bataille ou à l’hu­mour le plus grivois, comme si on zappait fréné­tique­ment des Monty Python à Game of Thrones. Le tout porté par un excel­lente troupe de comé­diens au diapa­son, à commen­cer par Gabriel Dufay qui incarne l’in­flexible géné­ral Siward, homme d’hon­neur incar­nat une certaine image de la justice avant de se trans­for­mer en monstre sangui­naire, et Tommy Lumi­net qui cabo­tine en nouveau roi d’Ecosse, aussi lucide et retors qu’ex­tra­va­gant, a presque des airs de Néron. C’est le moment de débran­cher Netflix et d’al­ler au théâtre. C.S.

Dunsi­nane, de David Greig, mise en scène Baptiste Guiton. Jusqu’au samedi 8 février au TNP, Villeur­banne. Horaires variables. De 9 à 25€. tnp-villeur­banne.com

Slalom, le + beau film de la rentrée

Longtemps repoussé, le premier film de Charlène Favier tourné en Savoie sort enfin pour la réouverture des salles le 19 mai prochain. Un sujet brûlant (l'emprise d'un coach sur une jeune skieuse), la révélation d'une cinéaste subtile qui mise sur la complexité des personnages... ...

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Annecy, dernier rôle pour Jean Roche­fort

S’il n’était pas incarné par Jean Rochefort, ce riche industriel à la retraite qui perd la boule, installé sur les bords du lac d'Annecy, emmerdant les morts pour de vieux règlements de compte de friqués, dérangeant ses voisins dans l’avion, reluquant la première féminine qui pas...

Four­vière ressus­cite Pomme le 7 juillet!

La chanteuse lyonnaise Pomme est en plein boum, même si elle a vu sa grande tournée 2020 s'arrêter net avec le confinement. Que nenni : elle devait faire l'ouverture musicale des Nuits de Fourvière le 3 juin dernier, et sera finalement, comme nous l'avions déjà indiqué, sur la sc...