Sortir à Lyon
Partager cet article :

NoZe, la terrasse du matin au soir

Terrasses. Pendant le confi­ne­ment, le NoZe a doublé de volume. Comme certains d’entre nous, ajou­te­ront les esprits taquins… Il y a désor­mais une grande salle, qui n’a rien perdu du charme précé­dent, très lumi­neuse, avec un agréable coin salon. Mais surtout, il suffit désor­mais de lever la tête pour trou­ver la terrasse du NoZe et ses char­mantes petites tables (pour deux ou trois), en surplomb.

Dînette entre adultes.

Côté cuisine, on n’est pas du tout dans l’uni­vers de l’école hôte­lière, mais plutôt dans celui de l’uni­vers ména­ger. Ainsi notre « plat du jour » (le jeudi) était une large assiette de légumes farcis. L’es­thé­tique n’est vrai­ment pas archi­tec­tu­rée, ce qui, para­doxa­le­ment évoque la sincé­rité et le produit frais. Tout est bon : la farce, les légumes, non confits mais fondants (auber­gine, cour­gette, tomate, poivrons), le riz légè­re­ment beurré, la salade bien assai­son­née. Quant à la carte, elle procède de l’es­prit en étoile, en forme de dînette, mais pour adultes. On part d’un bol. Ensuite, on choi­sit une « protéine » (le mot est affreux mais la clien­tèle heal­thy y est sensible, pas comme ceux qui ont pris des kilos pendant le confi­ne­ment), boulette de bœuf ou poulet moutarde à l’an­cienne, ou omelette bio, ou enfin aigle­fin beurre noisette. A cela, on ajoute deux « saveurs » parmi houmous, chèvre au miel, carottes cumin, hari­cots rouges, coriandre, etc. « C’est un peu l’al­liance entre ma belle-mère et le mezze », affir­mait un ami. Et contrai­re­ment aux jeux de cartes, c’est ici un plai­sir de piocher. Comme cette formule culmine à 11,50 euros, on vous conseille forte­ment de prendre un dessert (+2,50 euros). Le fondant au choco­lat, réputé « à damner un saint  », a effec­ti­ve­ment de quoi trans­for­mer Four­vière en pandé­mo­nium. On peut y rester la jour­née, du café à l’af­ter­work (eh oui ! Après le télé­tra­vail au café, puis au resto, la Duvel pres­sion et les planches du soir). Lumière, vue (Opéra), bon accueil et bons petits plats, pas plats. On est déci­dé­ment bien mieux qu’au bureau. François Mailhes

NoZe. 13 rue du Grif­fon (angle place Louis Pradel), Lyon 1er. Ouvert tous les jours. On mange à toute heure. Tarifs : formules midi de 11,50 € à 16,50 €. Brunch dimanche : 20 €. Photo : Susie Waroude.

Visi­ter les lieux << ici >>.

La tartuf­fe­rie des salles de spec­tacle

Nous aussi, on y a cru. On vous avait concocté un numéro de décembre truffé des belles expos, des beaux films, de spectacles même et de vacances sous la neige. On pensait que c'était ça, sauver Noël (à lire ici pour vous détendre). Que nenni. Macron et son Mini-moi Castex en ont ...

Fait d’hi­ver en Lozère

Le dernier film du réalisateur de Harry, un ami qui vous veut du bien, sorti en catimini à la toute fin de 2019, est bien trop original pour qu'on ne vous le conseille pas, aujourd'hui qu'il débarque sur Canal +... Mais Seules les bêtes est aussi suffisamment inabouti pour qu'on ...

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Une vie cachée : grand film pour héros ordi­naire

Cinéma d'auteur. Après des derniers films décevants (Song to Song), Terrence Malick opère un retour aux sources de son cinéma en s’inspirant de la vie de Franz Jägerstätter, un paysan autrichien qui refusa de prêter allégeance à Hitler. Bien entendu, ici, il n’y a ni combats ni b...

Les Gorges de la Loire au grand air

Séparé de Saint-Étienne dont il fait pourtant partie, Saint-Victor-sur-Loire est le point de départ idéal pour explorer les Gorges de la Loire. Bordé par le grand fleuve, le Lizeron et le lac de Grangent, où se trouve un port de plaisance, ce charmant village aux maisons de pierr...