Sortir à Lyon

NoZe, la terrasse du matin au soir

Terrasses. Pendant le confi­ne­ment, le NoZe a doublé de volume. Comme certains d’entre nous, ajou­te­ront les esprits taquins… Il y a désor­mais une grande salle, qui n’a rien perdu du charme précé­dent, très lumi­neuse, avec un agréable coin salon. Mais surtout, il suffit désor­mais de lever la tête pour trou­ver la terrasse du NoZe et ses char­mantes petites tables (pour deux ou trois), en surplomb.

Dînette entre adultes.

Côté cuisine, on n’est pas du tout dans l’uni­vers de l’école hôte­lière, mais plutôt dans celui de l’uni­vers ména­ger. Ainsi notre « plat du jour » (le jeudi) était une large assiette de légumes farcis. L’es­thé­tique n’est vrai­ment pas archi­tec­tu­rée, ce qui, para­doxa­le­ment évoque la sincé­rité et le produit frais. Tout est bon : la farce, les légumes, non confits mais fondants (auber­gine, cour­gette, tomate, poivrons), le riz légè­re­ment beurré, la salade bien assai­son­née. Quant à la carte, elle procède de l’es­prit en étoile, en forme de dînette, mais pour adultes. On part d’un bol. Ensuite, on choi­sit une « protéine » (le mot est affreux mais la clien­tèle heal­thy y est sensible, pas comme ceux qui ont pris des kilos pendant le confi­ne­ment), boulette de bœuf ou poulet moutarde à l’an­cienne, ou omelette bio, ou enfin aigle­fin beurre noisette. A cela, on ajoute deux « saveurs » parmi houmous, chèvre au miel, carottes cumin, hari­cots rouges, coriandre, etc. « C’est un peu l’al­liance entre ma belle-mère et le mezze », affir­mait un ami. Et contrai­re­ment aux jeux de cartes, c’est ici un plai­sir de piocher. Comme cette formule culmine à 11,50 euros, on vous conseille forte­ment de prendre un dessert (+2,50 euros). Le fondant au choco­lat, réputé « à damner un saint  », a effec­ti­ve­ment de quoi trans­for­mer Four­vière en pandé­mo­nium. On peut y rester la jour­née, du café à l’af­ter­work (eh oui ! Après le télé­tra­vail au café, puis au resto, la Duvel pres­sion et les planches du soir). Lumière, vue (Opéra), bon accueil et bons petits plats, pas plats. On est déci­dé­ment bien mieux qu’au bureau. François Mailhes

NoZe. 13 rue du Grif­fon (angle place Louis Pradel), Lyon 1er. Ouvert tous les jours. On mange à toute heure. Tarifs : formules midi de 11,50 € à 16,50 €. Brunch dimanche : 20 €. Photo : Susie Waroude.

Visi­ter les lieux << ici >>.

Four­vière ressus­cite Pomme le 7 juillet!

La chanteuse lyonnaise Pomme est en plein boum, même si elle a vu sa grande tournée 2020 s'arrêter net avec le confinement. Que nenni : elle devait faire l'ouverture musicale des Nuits de Fourvière le 3 juin dernier, et sera finalement, comme nous l'avions déjà indiqué, sur la sc...

Emma­nuelle Devos embaume « Les Parfums »

Comédie. Dans l’entretien qu’elle nous avait accordé en mars (à lire << ici >>), Emmanuelle Devos exprimait son ras le bol de jouer dans des films tristes… Pari réussi avec Les Parfums, petite comédie légère et subtile qui fonctionne grâce à son duo d’acteurs et à l’originalité d...

Malting-pot : la bière en ce jardin

Terrasse. Ça ressemble à un vrai biergarten, comme on en trouve en Allemagne, avec de grandes tables en bois installées sur une grande pelouse, où l’on a de la bière et des plats à déguster entre amis. Sauf que le Malting-Pot n’a pas posé ses tireuses à Berlin mais entre la Guill...

Dispa­ri­tion inquié­tante

Polar. Le nouveau film du réalisateur de Harry, un ami qui vous veut du bien est bien trop original pour qu'on ne vous le conseille pas... et bien trop inabouti pour qu'on ne le fasse pas avec une certaine réserve. Evacuons tout de suite notre petite frustration : le fin mot de c...