Sortir à Lyon
Partager cet article :

NoZe, la terrasse du matin au soir

Terrasses. Pendant le confi­ne­ment, le NoZe a doublé de volume. Comme certains d’entre nous, ajou­te­ront les esprits taquins… Il y a désor­mais une grande salle, qui n’a rien perdu du charme précé­dent, très lumi­neuse, avec un agréable coin salon. Mais surtout, il suffit désor­mais de lever la tête pour trou­ver la terrasse du NoZe et ses char­mantes petites tables (pour deux ou trois), en surplomb.

Dînette entre adultes.

Côté cuisine, on n’est pas du tout dans l’uni­vers de l’école hôte­lière, mais plutôt dans celui de l’uni­vers ména­ger. Ainsi notre « plat du jour » (le jeudi) était une large assiette de légumes farcis. L’es­thé­tique n’est vrai­ment pas archi­tec­tu­rée, ce qui, para­doxa­le­ment évoque la sincé­rité et le produit frais. Tout est bon : la farce, les légumes, non confits mais fondants (auber­gine, cour­gette, tomate, poivrons), le riz légè­re­ment beurré, la salade bien assai­son­née. Quant à la carte, elle procède de l’es­prit en étoile, en forme de dînette, mais pour adultes. On part d’un bol. Ensuite, on choi­sit une « protéine » (le mot est affreux mais la clien­tèle heal­thy y est sensible, pas comme ceux qui ont pris des kilos pendant le confi­ne­ment), boulette de bœuf ou poulet moutarde à l’an­cienne, ou omelette bio, ou enfin aigle­fin beurre noisette. A cela, on ajoute deux « saveurs » parmi houmous, chèvre au miel, carottes cumin, hari­cots rouges, coriandre, etc. « C’est un peu l’al­liance entre ma belle-mère et le mezze », affir­mait un ami. Et contrai­re­ment aux jeux de cartes, c’est ici un plai­sir de piocher. Comme cette formule culmine à 11,50 euros, on vous conseille forte­ment de prendre un dessert (+2,50 euros). Le fondant au choco­lat, réputé « à damner un saint  », a effec­ti­ve­ment de quoi trans­for­mer Four­vière en pandé­mo­nium. On peut y rester la jour­née, du café à l’af­ter­work (eh oui ! Après le télé­tra­vail au café, puis au resto, la Duvel pres­sion et les planches du soir). Lumière, vue (Opéra), bon accueil et bons petits plats, pas plats. On est déci­dé­ment bien mieux qu’au bureau. François Mailhes

NoZe. 13 rue du Grif­fon (angle place Louis Pradel), Lyon 1er. Ouvert tous les jours. On mange à toute heure. Tarifs : formules midi de 11,50 € à 16,50 €. Brunch dimanche : 20 €. Photo : Susie Waroude.

Visi­ter les lieux << ici >>.

Lyon street food festi­val : les nouveau­tés 2022 en avant-première

Faire découvrir, voyager et susciter l’intérêt pour la cuisine autour de rencontres de chefs : dans le contexte de crise que traverse l’hôtellerie, la sixième édition du Lyon Street Food Festival ne laisse pas tarir ses ambitions. Durant quatre jours les festivaliers pourront arp...

La Table d’Ambre, le nouveau resto d’Ai­nay

Le nom de ce restaurant ressemble à un titre de roman d’héroic fantasy. Mais non, rien à voir, les épées magiques et elfes sont hors de propos. D’ambre non plus, tables et couverts ne sont sertis. Il s’agit simplement d’un hommage du cuisinier Florent Gilibert à sa fille. Comme l...

Guy Lassau­saie ouvre un nouveau resto avec vue perché sur Four­vière

Rien à voir avec un quelconque Center park ou l’aquarium de la Mulatière. Le restaurant Bulle est l’acronyme de "Bistronomie Urbaine Locale Légère Écoresponsable". Cette nouvelle brasserie du chef étoilé Guy Lassausaie remporte d’emblée l’award du balcon d’or catégorie panoramiqu...

Dolce By Sici­lians, le nouveau resto italien aux Brot­teaux

Au commencement, il y avait la pizza. Deux familles lyonnaises d’origine sicilienne ont constitué leur empire (restons raisonnable, on n’est plus au temps de Jules César) à base de ce discobole de pâte qui a conquis monde. Les frères Lonobile (7 établissements) et la famille Morr...