Sortir à Lyon
Partager cet article :

Sous les arbres des quais de Saône

Nouveau. Il a ouvert en janvier, mais on croi­rait que c’était hier après ces longs mois d’in­ter­rup­tion pour urgence sani­taire. Grive, c’est un bistrot à la cuisine simple, locale, raffi­née (et un jus d’hi­bis­cus-menthe qu’on vous conseille par ces chaleurs), et une épice­rie pour empor­ter des produits si vous le dési­rez. C’est surtout désor­mais une des plus agréables de la ville : des tables espa­cées, ombra­gées sous des arbres au feuillage de fougères, face à une des plus belles façades du Vieux-Lyon… en bord de Saône, avec vue sur l’eau. Qui dit mieux ? Personne, d’au­tant que les prix sont restés raison­nables (17 € en deux plats, 20 € en trois) et que la carte est renou­ve­lée tous les jours, sur l’ar­doise qui se trouve juste à côté où vous aurez garé votre vélo. Bref, le temps d’un repas, on n’est plus en ville (très peu de voitures passent au loin quai Fulchi­ron), et on mange des produits frais, comme à la campagne. Le plat du jour peut suffire à vous caler pour l’après-midi, mais on vous conseille le dessert, déli­cat, pas trop sucré mais copieux, présenté en rosace de fruits de saison baignant dans la crème anglaise le jour où nous y étions. La vraie bonne adresse gastro et gour­mande de l’été. L.H.

Grive, bistrot-épice­rie. 1, rue du Vieil Renversé, Lyon 5. Du mardi au samedi midi et soir. 17 € les deux plats, 20 € le menu en trois plats le midi. 04 72 64 15 26. grivee­pi­cier­bis­tro­tier.com

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C'est un des grands films de Coppola, sous-estimée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médiévale, baroque et sanguinolente fut moyennement goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épouser la précarité d'effets spéciaux rudimentaires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer.....

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Audiard au festi­val Lumière

Si la perspective de la réouverture des cinémas en juillet se précise, la tenue de la 12e édition du festival Lumière du 10 au 18 octobre est désormais officielle. A voir selon quelles modalités – notamment en ce qui concerne les séances géantes à la Halle Tony Garnier – mais l'e...

La (double) vie de Brian

Alors que l'Institut Lumière lui consacre une large réetrospective, Quais du polar invite Brian De Palma pour son premier livre, Les Serpents sont-ils nécessaires. Deux bonnes raisons de rencontre un des plus grands cinéastes vivants....