Sortir à Lyon

Le Bouillon Croix-Rousse casse les prix

Lyon compte désor­mais deux « bouillons », le Bouillon Maurice dans le premier arron­dis­se­ment, et désor­mais depuis quelques jours le Bouillon Croix-Rousse, idéa­le­ment perché sur le plateau, sur la place du même nom. Pour ceux qui auraient glissé sur une saucisse en révi­sant leurs cours d’his­toire culi­naire, les bouillons sont nés au milieu du XIXe siècle, en servant tout d’abord des bouillons, puis en se trans­for­mant en bras­se­ries popu­laires. Le Bouillon Croix-Rousse en a importé l’es­prit (le graphisme de la carte est d’ailleurs forte­ment inspiré du success­full Bouillon Pigalle), et surtout le prin­cipe et les prix : 3 euros la salade de lentilles ou les carottes râpées vinai­grette, et même 2,50 € les 3 œufs de ferme mayo, avec rab de mayo pour ceux qui auraient peur de manquer de choles­té­rol pour lutter contre la Covid-19. Plus besoin d’al­ler se faire allu­mer dans la première bras­se­rie sur-vendue venue. On nous a même offert le camem­bert en fin de repas en lieu et place du bleu d’Au­vergne, manquant ce jour-là. Voilà qui s’ap­pelle un service tip-top, comme la terrasse, qui devrait tenir durant les premiers jours d’au­tom­ne…

Notre cabillaud aïoli en terrasse du Bouillon Croix-Rousse.

Comme on est gour­mands surtout quand on est entre amis, en plus de la saucisse-purée qui vous permet­tra de craquer à peine un billet de 10 pour une formule entrée-plat, on est allé jusqu’à goûter le double 6, 6 escar­gots pour 6 €, parfai­te­ment servis avec pince, puis le cabillaud aïoli aux légumes fondant (14 €), le plat le plus cher de ce vrai bouillon simple et sans chichi, mais parfai­te­ment cuit. La salade de fruits copieuse nous a rappelé la fraî­cheur de l’été. Simple, pas cher, cossu avec une qualité de service qu’on ne trouve pas toujours dans les bras­se­ries huppées du 6e, voilà qui s’ap­pelle l’adresse idéale de la rentrée.

Bouillon Croix-Rousse. 27 place de la Croix-Rousse, Lyon 4e. Sans réser­va­tion. Ouvert tous les jours et en continu le week-end. Entrées à partir de 2,50 €, saucisse-purée 8,50 €, tartare de boeuf ou boeuf bour­gui­gnon 10 €, desserts de 4 à 5,50 €. Comp­tez de 11 à 25 €. Voir leur Face­book << ici >>.

On trinque avec Thomas Vinter­berg

L’abus d’alcool est bon pour la santé, ou presque. C’est le sujet pas piqué des hannetons et foutrement anti-politiquement correct du dernier film de Thomas Vinterberg, et on ne se mouille pas en affirmant que c’est de loin le meilleur depuis La Chasse. Le réalisateur danois retr...

Cher­chez le garçon au Mac de Lyon

Chez Edi Dubien, les garçons ne naissent pas dans les choux mais dans les fougères, parmi les ours et les insectes, après un long combat qui les laissent encore incertains à eux même. Présence fantomatique, comme surgie des limbes de la mémoire, leur silhouette d’eau imprime à pe...

Régis Jauf­fret cherche papa déses­pé­ré­ment

Entretien Radio. Régis Jauffret a étanché sa soif de fiction depuis des lustres, avec un génie littéraire qui nous a souvent laissé pantois. Dans Sévère, il inventait une langue sexuelle à la première personne du féminin écrite à partir de l'affaire du banquier Stern, aux tendanc...

Malting-pot : la bière en ce jardin

Ça ressemble à un vrai biergarten, comme on en trouve en Allemagne, avec de grandes tables en bois installées sur une grande pelouse, où l’on a de la bière et des plats à déguster entre amis. Sauf que le Malting-Pot n’a pas posé ses tireuses à Berlin mais entre la Guillotière et ...