Sortir à Lyon
Partager cet article :

Noé, le resto-pois­son­ne­rie de Lyon 3e

Jamais au cours de notre exis­tence, qui a pour­tant dépassé le demi-siècle, nous n’avions mangé un pavé de thon de cette taille. Ques­tion dimen­sions, imagi­nez-vous en train de déchaus­ser un pavé du Vieux Lyon. Le thon rouge (oui, on a le droit, mais il y a des quotas) était juste rapi­de­ment snacké à la plan­cha, comme s’il s’était fait mordre par un requin. De fait, l’ex­té­rieur forme une légère croûte tandis que l’in­té­rieur est bleu, un mot gentil et pudique pour dire carré­ment cru. Inutile de rajou­ter du citron, ou d’autres ingré­dients vains ou même para­sites. L’objet se suffit à lui-même, juste escorté de blettes fondantes, pour dire qu’on mange des légumes. L’im­pres­sion géné­rale se rapproche du contact que l’on peut avoir avec une côte de bœuf : ferme et fondant, juteux. Ce qui corres­pond à la démarche d’Is­maël Adam Drissi-Bakh­khat, que tout le monde appelle tout simple­ment « Ismaë » pour des raisons mnémo­tech­niques. Il consi­dère que le pois­son peut être travaillé comme les produits de bouche­rie « dans un imagi­naire vian­dard  », géné­reux, traité à l’es­sen­tiel (quand même un peu de beurre avec la raie), ou comme une char­cu­te­rie, en saucisses (saumon farci au cabillaud et au thon), rillettes etc. Noé est un projet à bras multiples autour du pois­son, ce qui devrait parler aux poulpes.

Viande de la mer

Tout d’abord, c’est une nouvelle pois­son­ne­rie bien­tôt équi­pée d’un vivier grand comme une piscine, en lien direct avec diffé­rents ports de pêche des côtes atlan­tiques et médi­ter­ra­néennes, pêche durable de petits bateaux et loups de mer en ciré jaune. Ensuite une conser­ve­rie : Douchka, épouse d’Is­maël, multi­plie les bocaux origi­naux, macère les condi­ments aussi bien que les foies de lotte, pratique toutes les subti­li­tés de la lacto-fermen­ta­tion, que l’on peut d’ailleurs deman­der en entrée. Enfin, les soirs de fin de semaine, c’est donc resto, en terrasse, 24 indi­vi­dus maxi­mum, et pas à cause de la Covid. Outre les pois­sons cuisi­nés, vendus au poids – thon rouge, chapon, barbue, turbo­tin, merlu, sardine, coquillages etc. en fonc­tion des saisons –, l’ar­doise peut aussi bien propo­ser un ceviche d’es­pa­don (plus euro­péen consen­suel que péru­vien piquant dans la nage) que d’ex­cel­lentes boulettes de sardines. François Mailhes

Noé, atelier de la mer. 22 quai Auga­gneur, Lyon 3e. 09 81 44 28 65. Voir le Face­book Noé.

Restau­rant ouvert du mercredi au samedi soir. Pois­sons entre 20 et 50 € le kilo. Ceviche d’es­pa­don : 14 €.

Pois­son­ne­rie ouverte de 9h à 12h du mardi au samedi et de 16h à 19h du jeudi au samedi. Dim de 8h à 13h. Fermé le lundi.

Slalom, le + beau film de la rentrée

Longtemps repoussé, le premier film de Charlène Favier tourné en Savoie sort enfin pour la réouverture des salles le 19 mai prochain. Un sujet brûlant (l'emprise d'un coach sur une jeune skieuse), la révélation d'une cinéaste subtile qui mise sur la complexité des personnages... ...

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Lompret sort le grand jeu

On a hâte d'être à la rentrée. D'abord parce qu'on peut espérer que les cafés-théâtres, petites salles de spectacle par définition, aient repris du service. Ensuite parce qu'Aymeric Lompret, le sniper le plus doué de sa génération en matière d'observation sociale, est annoncé en ...

Une vie cachée : grand film pour héros ordi­naire

Cinéma d'auteur. Après des derniers films décevants (Song to Song), Terrence Malick opère un retour aux sources de son cinéma en s’inspirant de la vie de Franz Jägerstätter, un paysan autrichien qui refusa de prêter allégeance à Hitler. Bien entendu, ici, il n’y a ni combats ni b...