Sortir à Lyon
Partager cet article :

24h pour 24€ de gastro­no­mie à empor­ter

Les adap­ta­tions à la crise devraient plaire aux adora­teurs de tableaux Excel © et aux fans de plans quinquen­naux. Les autres appren­dront les notions de base de l’an­ti­ci­pa­tion. Il faut en effet réser­ver 12 heures à l’avance avant de dégus­ter le menu. On y voit certains avan­tages, comme passer une jour­née à rêvas­ser sur une promesse de duxelles de cham­pi­gnons, carottes à l’orange et persil ou d’un quasi de Veau du Velay, topi­nam­bour, ruta­baga et câpres.

Les délices de l’an­ti­ci­pa­tion

Comme le disait un poète persan qui enseigne la patience depuis le XIIe siècle : « L’at­tente est pareille à des ailes. Plus les ailes sont fortes plus le vol est long. ». C’est aussi une réponse de la civi­li­sa­tion à la satis­fac­tion vulgaire des besoins immé­diats. Tout à l’hon­neur d’un pâté en croûte de cochon et chevreuil. Cela se passera donc très bien avec les plats de Nico­las Guillo­ton, son adresse discrète, une gastro­no­mie au quoti­dien, et du talent sans les trala­las, qui se termine en opéra (le gâteau). F.M.

L’Ate­lier des Augus­tins, 11 rue des Augus­tins, Lyon 1er. Formule à empor­ter 24 €, menu complet 31 €. Retraits du mardi au samedi de 11 h à 16 h 30. Livrai­sons entre 18 h et 20 h (frais inclus). Menus et résas << ici >>.

Pica­flores, le nouveau resto d’Amé­rique latine à Lyon 7e

Tangui et Pauline ont largement voyagé en Amérique du Sud. Plutôt que de rapporter des recettes traditionnelles, ils sont montés sur un tabouret et regardé tout cela d’un peu plus haut. De fait, leur cuisine est un paysage imaginaire rappelant l’Amérique latine. Ainsi, en entrée ...

Le nouveau Léon de Lyon, c’est vache­ment bon !

Selon Céline (l’écrivain, pas la marque de chaussures) « l’Histoire ne repasse pas les plats ». On voit bien qu’il n’a pas récemment mangé chez Léon de Lyon. Cette institution, dont on apprend qu’elle a failli être remplacée par une supérette, catastrophe numéro 2 après la guerre...

Copain comme canard, le nouveau resto à la gloire des palmi­pèdes

Spécialités canard mais aussi foie gras et pâté en croûte à tomber, desserts et service en prime : Copain comme canard est ma nouvelle bonne adresse de cet hiver à Lyon 3e. Sans oublier un bon café, et pour cause, le patron est aussi torréfacteur. Le restaurant à thème a génér...

Semo, le nouveau bistrot paysan de la Croix-Rousse

Ce nouveau restaurant des hauteurs de la Croix-Rousse, à la place du défunt Temps perdu, coche presque toutes les bonnes cases du comportement éthique. Semo (qui signifie graine ou semence en espéranto) se fournit directement en herbes et en légumes de saison dans le champ de leu...