Sortir à Lyon
Partager cet article :

Lyon 6 : Ceviche, la fraî­cheur et le feu

Au même titre que ses cousins de mari­nade éloi­gnés, le tartare et le carpac­cio, le ceviche est un plat adapté au réchauf­fe­ment clima­tique. C’est frais, traversé du courant élec­trique du citron vert et des langues de feu du piment. Des ceviches, il y en a un peu partout en Amérique du Sud, comme les piran­has. Mais, au Pérou, on le consi­dère comme le plat natio­nal (« patri­moine cultu­rel de la Nation », célé­bré chaque année le 28 juin). Le ceviche, déli­cieux, genti­ment explo­sif, du cuisi­nier Sebás­tian Glas­sey Ortiz — tout récem­ment installé — est une version origi­nale, ni doublée ni sous-titrée. Il pratique la même recette que l’on retrouve dans les rues de Lima.

Pour un cas c’est Incas

Elle descen­drait de la cuisine des Incas, qui mani­fes­te­ment ne passaient pas exclu­si­ve­ment leur temps à accu­mu­ler de l’or et à pratiquer des sacri­fices humains sous drogue, comme dans les lms. Comme les tags se sont invi­tés dans les salles d’expo, le ceviche s’est installé sur un fauteuil à l’in­té­rieur des restos. À la fin du repas, le chef nous a expliqué comment il procé­dait. Il coupe des lets de daurade royale en gros cubes pour garder le goût du pois­son. Évidem­ment, il y a de la coriandre pour l’ef­fet chlo­ro­phylle, des oignons rouges en fines lamelles, et une variété de piments péru­viens choi­sis pour leur côté légè­re­ment citronné. Le tout accom­pa­gné de cubes de patate douce glacés, de chips de banane plan­tain et de maïs choclo (un albi­nos). Pour mari­ner, autant dire que tout cela demande des produits venant d’outre-Atlan­tique et un vrai sens de l’équi­libre. Mieux vaut aller direc­te­ment au Barra­ce­viche plutôt que tenter l’ex­pé­rience chez soi. Esprit, dyna­misme et géné­ro­sité des plats… On y retour­nera, aussi pour goûter le dessert à base de confi­ture de lait. F.M.

Barra­ce­viche. 76 rue Masséna, Lyon 6e. Fermé dimanche et lundi. 04 78 52 11 11. Ceviche tradi­tion­nel : 15 €. Pulpo al olivo : 12 €. Lomo saltado (boeuf au wok) : 20 €. Dessert : 7,5 €. Chicha morada (bois­son à base de maïs noir, sans alcool, excel­lente) : 7 €. Photo : Susie Waroude.

La Table d’Ambre, le nouveau resto d’Ai­nay

Le nom de ce restaurant ressemble à un titre de roman d’héroic fantasy. Mais non, rien à voir, les épées magiques et elfes sont hors de propos. D’ambre non plus, tables et couverts ne sont sertis. Il s’agit simplement d’un hommage du cuisinier Florent Gilibert à sa fille. Comme l...

Guy Lassau­saie ouvre un nouveau resto avec vue perché sur Four­vière

Rien à voir avec un quelconque Center park ou l’aquarium de la Mulatière. Le restaurant Bulle est l’acronyme de "Bistronomie Urbaine Locale Légère Écoresponsable". Cette nouvelle brasserie du chef étoilé Guy Lassausaie remporte d’emblée l’award du balcon d’or catégorie panoramiqu...

Dolce By Sici­lians, le nouveau resto italien aux Brot­teaux

Au commencement, il y avait la pizza. Deux familles lyonnaises d’origine sicilienne ont constitué leur empire (restons raisonnable, on n’est plus au temps de Jules César) à base de ce discobole de pâte qui a conquis monde. Les frères Lonobile (7 établissements) et la famille Morr...

L’Arque­buse, le nouveau bistrot de la Presqu’Île

On s’en doute, le nom de ce tout nouveau restaurant ne fait pas référence au fusil médiéval qui faisait de gros trous dans les gens. Ici, on ressort non seulement indemne, mais en bonne santé morale. Le chef, Jérôme, tenait à rendre hommage à son papy viticulteur et à ce digestif...