Sortir à Lyon
Partager cet article :

La bonne adresse d’un nouveau resto à Lyon

Un regard rapide sur la carte des vins révèle la prove­nance de ces nouveaux arri­vants. Une place parti­cu­lière est en effet accor­dée aux excel­lents vins de Savoie de Philippe Grisard. Tiens, tiens, tiens toi bien Sher­lock Holmes… Ce n’est pas trop le style dans une ville où les côtes du Rhône tiennent en géné­ral tout le lit. Atten­tion, il faut cepen­dant être précis, Axel (le chef) et Sébas­tien (maître d’hô­tel et somme­lier) descendent tout schuss de Haute-Savoie. Le désir de s’in­té­grer à la vie locale se fait ressen­tir dans une entrée un peu venue de l’es­pace : du foie gras à la praline. L’idée géné­rale fait un peu peur, mais le foie gras (maison) est bon et la praline n’ar­rive pas en trou­peau, plutôt en fine pous­sière rosée. C’est au final une assez bonne idée qui cepen­dant n’est pas à conseiller aux enne­mis des accords sucrés dans la série sauternes ou jurançon. Le chef, Axel Poulet (et oui!), qui ne semble pas sucrer les fraises, aime appa­rem­ment bien saupou­drer ses plats, comme dans son très onctueux dessert « tout choco­lat », à base d’un crémeux de choco­lat noir lié avec une « crème anglaise » sans sucre sur lequel est pulvé­risé un crumble de pignons de pain, noisettes et cacao. Tout cela se trou­vait dans le menu déjeu­ner, que vous ne rever­rez pas, puisqu’il change chaque semaine. Mais le foie gras aux pralines semble prêt à faire carrière.

Osso bucco et foie gras à la praline pour 19 €

Ce jour là, il y avait aussi un osso bucco plein de rondeurs, c’est à dire non pas la version mila­naise agru­mée et inci­sive appor­tée par la sauce gremo­lata, mais une version apai­sée comme on dit chez les Verts, toma­tée, aillée, arti­chau­tée, posée sur un confor­table écrasé de pommes de terre et surmonté d’une jeune pousse de petit pois. Les fonda­tions sont clas­siques, mais il y a des touches d’ori­gi­na­lité à chaque étage, comme pour la daurade asso­ciée à une crème de combava (un agrume asia­tique aussi moche que déli­cieux) à de l’ar­ti­chaut de la bette­rave rouge et du cerfeuil tubé­reux. A midi, on béné­fi­cie d’un service plutôt élégant, mais pas balai dans le fonde­ment, d’amuse-bouches et de mignar­dises. Le soir : menu mystère. Mais on a quand même réussi à regar­der par la serrure, la Saint-Jacques au boudin noir et citron caviar (un citron dont la pulpe est en forme de billes) incite à la revoyure. Il va aussi y avoir pas mal de gibier. Ne vous lais­sez pas arrê­ter par l’in­tri­gante façade rouge, elle date du précé­dent restau­rant, chinois. Fait bizarre, les Bâti­ments de France refusent un simple coup de pein­ture, plus en adéqua­tion avec cette cuisine agréa­ble­ment créa­tive. François Mailhes

L’Ins­tant Gramme. 3 rue du Plat, Lyon 2e Presqu’Île. 09 81 15 57 25 ou Face­book L’Ins­tant gramme. Fermé samedi et dimanche. Formule 19 euros (midi), Menus : 24 euros (midi), 36 euros (le soir/trois services) et 58 euros (le soir/cinq services). Photo : Susie Waroude.

Le meilleur bouchon de Lyon ouvre le samedi

Produits frais, ambiance et service lyonnais, table mythique de Jean Moulin, Le Garet reste notre chouchou absolu en matière de lyonnaiseries, avec notre plat préféré en entrée : le hareng pomme à l’huile (avec un filet entier de hareng s’il vous plaît). Les petites pommes rissol...

A l’OL, même le sand­wich est Lyon­nais !

C’est le moment de retourner au stade. D’abord parce que l’OL a du chien et finira à coup sûr sur le podium cette saison. Ensuite parce que notre Président bien aimé (Aulas, pas l’autre) a toujours défendu l’indépendance lyonnaise, en termes financiers, pas comme les qataris qui ...

Lyon 6 : Ceviche, la fraî­cheur et le feu

Au même titre que ses cousins de marinade éloignés, le tartare et le carpaccio, le ceviche est un plat adapté au réchauffement climatique. C’est frais, traversé du courant électrique du citron vert et des langues de feu du piment. Des ceviches, il y en a un peu partout en Amériqu...

Terrasse en musique à l’Opéra de Lyon

LUNCH ET APÉRO FESTIFC’est le dernier endroit où l’on cause, en sirotant, mais surtout en écoutant de la musique, la plupart du temps interprétée par des groupes locaux, programmés par le tout nouveau directeur de l'Opéra Underground, Richard Robert, venu des Nuits de Fourvière.C...