Sortir à Lyon
Partager cet article :

Berga­mote, le nouveau resto incon­tour­nable de Gerland

Il y avait la carte du soir sur le trot­toir. Comme nous étions à l’heure du déjeu­ner, on n’a pas pu y goûter. Même si en ce moment, quand le jour se lève, on a l’im­pres­sion qu’il est déjà en train de se coucher. En danse du ventre sur l’ar­doise nocturne : une mous­se­line de pois­sons, de la moule et une mysté­rieuse « saveur fumée », un « retour de chasse », poil ou plume on ne sait pas, du chou, des « racines de légumes », dont on se doute bien que ce ne sont pas des patates, de la pomme… Et en dessert un mille-feuille de choco­lat et chou-fleur. Ce dernier accord intrigue. Cela lais­se­rait suppo­ser que les autres inti­tu­lés sonnent peut-être beau­coup plus clas­siques que leur réali­sa­tion. On a véri­fié notre intui­tion dans le menu déjeu­ner, qui lui aussi patien­tait sur le trot­toir. Le haut du panier des menus à 24 euros – notez le tout de suite – propo­sait notam­ment, en entrée, une tarte­lette au chou, avec de l’écha­lote et du citron vert. Dispo­sés sur une galette crous­tillante de format Kris­prolls, on retrouve du chou blanc, mais aussi des feuilles pomme­lées de chou de Bruxelles, l’écha­lote en pétales, et autour de ce radeau assez médu­sant, le citron en petits monti­cules aux vertus explo­sives, placés comme des mines. Tout cela est présenté façon Grande maison.

Comment est votre blanquette ?

Il faut dire que le chef Maxime Pujol vient des cuisines de l’étoilé Jérémy Galvan (comme chef exécu­tif, pas à la plonge). Même constat, toujours pile dans la saison, avec une purée de topi­nam­bour mouli­née au moteur de hors-bord jusqu’à l’ef­fet blédine, adou­cis­sant Cajo­line intense, qu’on dirait rattra­pée par la marée. Mais non : ce qui, de loin, pouvait passer pour des coquillages, sont des lamelles de radis noir artis­te­ment trans­for­mées en corolles, quelques noix de cajou, des petites pousses, que le chef sème partout mais à bon escient, et c’est déli­cieux. Les « petits menus » prouvent qu’il n’y a pas besoin de mettre le turbot pour la « pêche du jour », un simple filet de maque­reau (breton, il faut préci­ser) d’une texture parfaite, pas gras, pas métal­lique ou amer comme peuvent l’être certains de ses congé­nères, habillé de foin brûlé, de poireau et de chou rouge de pomme, dépote. Même synthèse, même osmose, avec le plat inti­tulé « comment est votre blanquette ?  » (clin d’œil à OSS 117) évidem­ment détour­née avec du céleri et du citron fermenté. Les desserts, dépouillés mais pas nus, (ce jour là pavlova au kiwi et poire/tonka/cara­mel) sont remarquables. Les orphe­lins du Fleu­rie, auquel Berga­mote succède, peuvent sécher leurs larmes. F.M.

Berga­mote. 123, rue de Gerland, Lyon 8e. 04 78 72 64 32. Fermé samedi et dimanche, lundi et mardi soir. Formule : 21 euros (midi), Menus 24 euros (midi), 34 euros et 45 euros (soir). Photo : Susie Waroude.

Le bistrot au meilleur rapport qualité-prix de Lyon

Dans le Monde perdu de Conan Doyle, des explorateurs tombent sur un lieu habité par des animaux préhistoriques. C’est un peu l’impression que l’on ressent quand on tombe sur le vieux poêle à bois au milieu de la salle antique du Café du Rhône, face au bar. Il date probablement de...

La bonne adresse d’un nouveau resto à Lyon

Un regard rapide sur la carte des vins révèle la provenance de ces nouveaux arrivants. Une place particulière est en effet accordée aux excellents vins de Savoie de Philippe Grisard. Tiens, tiens, tiens toi bien Sherlock Holmes… Ce n’est pas trop le style dans une ville où les cô...

Le meilleur bouchon de Lyon ouvre le samedi

Produits frais, ambiance et service lyonnais, table mythique de Jean Moulin, Le Garet reste notre chouchou absolu en matière de lyonnaiseries, avec notre plat préféré en entrée : le hareng pomme à l’huile (avec un filet entier de hareng s’il vous plaît). Les petites pommes rissol...

A l’OL, même le sand­wich est Lyon­nais !

C’est le moment de retourner au stade. D’abord parce que l’OL a du chien et finira à coup sûr sur le podium cette saison. Ensuite parce que notre Président bien aimé (Aulas, pas l’autre) a toujours défendu l’indépendance lyonnaise, en termes financiers, pas comme les qataris qui ...