Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le Petit Ogre, la cuisine la plus origi­nale de Lyon

Il ne faut vrai­ment pas tenir compte de l’en­seigne. Le Petit ogre n’a rien a voir avec ce type de restau­rant essen­tiel­le­ment quan­ti­ta­tif qui provoque géné­ra­le­ment chez les étudiants du Petit Paumé ce type de remarque : « je pense que je me suis bien rempli la panse ». Au contraire, ce petit établis­se­ment au profil de bistrot cache une gastro­no­mie à part, une sorte de porte entre deux mondes, comme dans Star­gate. En effet, le chef Jules Niang, Peul, de parents séné­ga­lais et mauri­ta­nien, créé chaque jour une passe­relle entre une cuisine afri­caine globale et une gastro­no­mie euro­péenne forte­ment fran­co­phile. Non seule­ment sa démarche produit une cuisine à part, mais aussi un pas de côté abso­lu­ment déli­cieux, comme ce « méli mélo de légumes racines, crous­tillant de mil aux châtaignes, avocat, jus de fenouil, goma­sio, sésame, serpo­let  ».

La salle à manger du Petit Ogre (photos Victo­ria Philippe).

Restau­rant franco-afri­cain

Autant dire tout de suite qu’il n’est pas ques­tion de croco­dile mayon­naise ou de bour­gui­gnon de phaco­chère. Jules Niang le reven­dique, il ne cherche pas à déve­lop­per une cuisine de fusion inter­na­tio­na­li­sable, mais une passe­relle entre deux mondes, l’Afrique et Lyon, où il a choisi de s’ins­tal­ler après diverses expé­riences, comme des études de gestion à Nice, le passage dans diffé­rents restau­rants. Par néces­si­tés pécu­niaires, puis par passion : « Un dialogue, une fric­tion ». Qu’en­tend-il par « cuisine afri­caine », alors qu’il existe une certaine distance et une diver­sité certaine entre le Magh­reb et le Cap ? Le point commun se retrou­ve­rait dans la façon de prendre ses repas : un plat prin­ci­pal et des condi­ments et des sauces à part, que chacun utilise à son goût. Seule­ment Jules Niang l’af­firme : « la façon de manger déter­mine la façon de cuisi­ner, je ne mange pas en Afrique, mais à Lyon ».

56h de cuis­son pour le pale­ron de boeuf

De fait, si les plats se concentrent dans une seule assiette, la parti­ci­pa­tion active de nombreux condi­ments provoque des expé­riences intenses comme ces encor­nets au tama­rin, dans un consommé clair comme de l’eau, qui explose de ras el hanout. Le bar, riz concassé légè­re­ment fumé, légumes pochés et condi­ment évoque le thié­bou­dienne, plat natio­nal séné­ga­lais. Le pigeon se roule dans un jus au massalé ; l’hé­lian­tis, cousin du topi­nam­bour et du tour­ne­sol très proche de l’ar­ti­chaut, le bissap (jus de fleur d’hi­bis­cus) créent de nouveaux terri­toires dans une cuisine de puis­sance et de contrastes très élégante. Le pale­ron de bœuf cuit 56 heures, le mijoté de cerf (frites de banane plan­tain, condi­ments coriandre et noix de cajou), le chou à la vanille caca­huètes valent un dépla­ce­ment immé­diat, toutes affaires cessantes. F.M.

Le Petit Ogre. 15 rue de la Bannière, Lyon 3e. 06 42 66 92 63. Fermé le dimanche. Menus : 28 euros (midi), et 36 euros (soir).

Le bistrot au meilleur rapport qualité-prix de Lyon

Dans le Monde perdu de Conan Doyle, des explorateurs tombent sur un lieu habité par des animaux préhistoriques. C’est un peu l’impression que l’on ressent quand on tombe sur le vieux poêle à bois au milieu de la salle antique du Café du Rhône, face au bar. Il date probablement de...

Berga­mote, le nouveau resto incon­tour­nable de Gerland

Il y avait la carte du soir sur le trottoir. Comme nous étions à l’heure du déjeuner, on n’a pas pu y goûter. Même si en ce moment, quand le jour se lève, on a l’impression qu’il est déjà en train de se coucher. En danse du ventre sur l’ardoise nocturne : une mousseline de poisso...

La bonne adresse d’un nouveau resto à Lyon

Un regard rapide sur la carte des vins révèle la provenance de ces nouveaux arrivants. Une place particulière est en effet accordée aux excellents vins de Savoie de Philippe Grisard. Tiens, tiens, tiens toi bien Sherlock Holmes… Ce n’est pas trop le style dans une ville où les cô...

Le meilleur bouchon de Lyon ouvre le samedi

Produits frais, ambiance et service lyonnais, table mythique de Jean Moulin, Le Garet reste notre chouchou absolu en matière de lyonnaiseries, avec notre plat préféré en entrée : le hareng pomme à l’huile (avec un filet entier de hareng s’il vous plaît). Les petites pommes rissol...