Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le Troquet, la cuisine la plus simple est la meilleure

Le Troquet, bistrot de quartier à Ainay.
La bande du Troquet à Ainay.

Il n’y a pas très long­temps, Le Troquet des sens a fait sa mue. Il s’ap­pelle désor­mais Le Troquet. On ne regret­tera pas cette perte des sens : « Troquet des sens » faisait un peu pompeux… Et de toute façon les habi­tués disaient entre eux : « on va au Troquet », tout simple­ment. Le grand chan­ge­ment vient de la déco, d’une géomé­trie sobre, et à la fois chaleu­reuse, grâce notam­ment à la mise à nue des poutres du plafond à la française, des jolis carreaux bleu baltique au sol et d’un upgra­dage de la restau­ra­tion.

Café de quar­tier renou­velé à Ainay

C’est ce dernier point qui nous inté­resse prio­ri­tai­re­ment, notam­ment de façon pavlo­vienne à l’ap­proche de midi. Le Troquet est une sorte de café de quar­tier renou­velé, mais pas pertur­bant. Par exemple, l’autre jour, il y avait poireau vinai­grette. En géné­ral les légumes sont de gros canons rocco­si­fre­desques, ici ce sont de jeunes et minces tiges barrant en lignes paral­lèles une partie de l’as­siette. Elles sont revê­tues d’une peau diaphane, trans­lu­cide par endroits qui se révèle être du guan­ciale, spécia­lité italienne de joue de bœuf séchée dont le talent est de présen­ter un gras de haute qualité gusta­tive. Posée comme un voile sur les poireaux avec des cerneaux de noix quelques pluches de cerfeuil, bordée par un petit étang de sauce vinai­grette, elle apporte ce petit « je ne sais quoi  » comme disent les améri­cains, qui font de ce poireau un vrai poireau vinai­grette, mais en un peu mieux.

Ambiance du soir, bonsoir…

Le poireau vinai­grette mieux que le poireau vinai­grette

Toute la cuisine (c’est là qu’il faut citer Benja­min, celui qu’on ne voit pas au bar) est bâti sur cette simpli­cité rhabillée, plutôt adepte du « trois goûts dans l’as­siette » que de ces plats en forme de feu d’ar­ti­fice qui parfois vous retombent sur la tête en mettant le feu à votre CB. Simple, bon, précis comme notre crémeux de topi­nam­bour et magret fumé, huile de noisettes (et quelques pétales de topi­nam­bour grillés), poulet aux morilles, ou un évident filet de maque­reau, pommes de terre, céleri et carottes glacées (un peu d’aneth, d’oi­gnon rouge, et de miettes de pain grillo­tées qui apportent ces agréables petites séquences de crounche sous la dent). Mais on aurait aussi pu commen­cer par la fin, non pas « ils se marièrent et eurent beau­coup d’en­fants » qui est de moins en moins un projet de vie , mais par les desserts. Pour une fois, ils ne sont pas relé­gués dans le réduit sous l’es­ca­lier, mais conçus simple­ment dans un esprit de gour­man­dise abso­lue (là c’est Mathieu). Le soir, passé en ambiance bar à vins (très fourni) coques à la citron­nelle, carpac­cio de poulpe, beignet de joue de cochon parcourent l’ar­doise.

Le Troquet. 34 rue des Remparts d’Ai­nay, Lyon 2eme. Fermé samedi et dimanche. 04 78 37 22 23. Formule : 18 euros (midi), Menu : 22 euros (midi). Plats à parta­ger (soir) : entre 7 et 13 euros.

La Table d’Ambre, le nouveau resto d’Ai­nay

Le nom de ce restaurant ressemble à un titre de roman d’héroic fantasy. Mais non, rien à voir, les épées magiques et elfes sont hors de propos. D’ambre non plus, tables et couverts ne sont sertis. Il s’agit simplement d’un hommage du cuisinier Florent Gilibert à sa fille. Comme l...

Guy Lassau­saie ouvre un nouveau resto avec vue perché sur Four­vière

Rien à voir avec un quelconque Center park ou l’aquarium de la Mulatière. Le restaurant Bulle est l’acronyme de "Bistronomie Urbaine Locale Légère Écoresponsable". Cette nouvelle brasserie du chef étoilé Guy Lassausaie remporte d’emblée l’award du balcon d’or catégorie panoramiqu...

Dolce By Sici­lians, le nouveau resto italien aux Brot­teaux

Au commencement, il y avait la pizza. Deux familles lyonnaises d’origine sicilienne ont constitué leur empire (restons raisonnable, on n’est plus au temps de Jules César) à base de ce discobole de pâte qui a conquis monde. Les frères Lonobile (7 établissements) et la famille Morr...

L’Arque­buse, le nouveau bistrot de la Presqu’Île

On s’en doute, le nom de ce tout nouveau restaurant ne fait pas référence au fusil médiéval qui faisait de gros trous dans les gens. Ici, on ressort non seulement indemne, mais en bonne santé morale. Le chef, Jérôme, tenait à rendre hommage à son papy viticulteur et à ce digestif...