Sortir à Lyon
Partager cet article :

Chez Noé, le nouveau resto qui fait pois­son­ne­rie

Chez Noé, atelier de la mer, le nouveau resto-poissonnerie du 3e.

Le restau­rant Noé, qu’on avait connu au stade de chry­sa­lide – le mot “alevin” serait plus adapté –  avec quelques tables en terrasse, est arrivé à pleine matu­rité. Cette pois­son­ne­rie est un peu l’équi­valent de ce que l’Ar­got, restau­rant bouche­rie, est à la viande. C’est-à-dire un lieu ou l’on peut indif­fé­rem­ment partir avec son produit pour le cuisi­ner à la maison (on ne va pas vous apprendre comment fonc­tionne une pois­son­ne­rie) ou s’at­ta­bler pour passer quasi­ment direc­te­ment de l’étal à l’as­siette. Soit votre nouveau choix quand notre chou­chou d’à côté – le Café du Rhône – affiche complet par exemple. Chez Noé, tous les pois­sons, inver­té­brés et crus­ta­cés en expo sont dispo­nibles cuits à la vapeur, grillés ou meunière (beurre citronné). Si vous avez des doutes sur l’es­pa­don entier, de la taille d’un enfant de 12 ans muni d’une épée, il existe aussi en darnes. En accom­pa­gne­ment, on a le choix exclu­sif ou cumu­la­tif entre un tartare d’algues (que vous pouvez aussi ache­ter sépa­ré­ment), des légumes ou un beurre blanc au caviar. Sachant que les same­dis et les dimanches midi, le choix est plus large (50 réfé­rences) et l’am­biance plus festive, du coquillage sauté minute au bar grillé, verre à la main. Ambiance halles, mais après la montée des eaux.

Une baleine de 600 kg !

Reve­nons en immer­sion dans notre expé­rience du soir, où l’on peut plus bour­geoi­se­ment faire de la plon­gée avec bouteilles -rappe­lons que le Noé de la bible était viti­cul­teur avant l’inon­da­tion divine. Il y a une vraie carte avec des plats clas­siques comme la bouilla­baisse  (pas goûté, mais excel­lente répu­ta­tion), un pot au feu de pois­sons fumés (genre cœur de saumon et hareng fumé), pur bouillon qui aurait rencon­tré un bateau pirate en feu, ou une blanquette de la mer dont la sauce est montée au fumet de pois­son, parfumé d’un  soupçon de lavande.  On a prisé l’our­sin géant des Glénant (crème, œuf, muscade), plus proche de la boule lyon­naise que de l’ha­bi­tuelle balle de tennis, de même que le tartare de homard, cru, mélangé avec du jus de tête, sumac, lamelles de pommes de terre pimen­tées, eau de rose. Cepen­dant, il faut savoir que ces deux plats nour­rissent plus l’es­prit que son marin. Un surca­lo­rique kouign amann aux pralines devrait réta­blir l’équi­libre. Parmi les curio­si­tés de cet établis­se­ment, prônant une cuisine simple, collée serré au produit, mais origi­nale (plusieurs réfé­rences au Japon, des algues à la mayon­naise), on notera le sourire solaire du patron Ismaël qui peut parler aussi bien lacto­fer­men­ta­tion que philo­so­phie. Il y a aussi une sorte d’élé­phant dans la pièce. Levez la tête : une baleine ! 10 mètres, 17000 pièces de Lego, 600 kg. Elle est un des rares éléments marins de chez Noé à ne pas être comes­tible.

Chez Noé, atelier de la mer. 22 quai Victor Auga­gneur, Lyon 3e. 09 81 44 28 65. Du mercredi au vendredi le soir, samedi et dimanche à midi. Carte : comp­ter entre 30 et 60 euros. Photo : Susie Waroude.

La Table d’Ambre, le nouveau resto d’Ai­nay

Le nom de ce restaurant ressemble à un titre de roman d’héroic fantasy. Mais non, rien à voir, les épées magiques et elfes sont hors de propos. D’ambre non plus, tables et couverts ne sont sertis. Il s’agit simplement d’un hommage du cuisinier Florent Gilibert à sa fille. Comme l...

Guy Lassau­saie ouvre un nouveau resto avec vue perché sur Four­vière

Rien à voir avec un quelconque Center park ou l’aquarium de la Mulatière. Le restaurant Bulle est l’acronyme de "Bistronomie Urbaine Locale Légère Écoresponsable". Cette nouvelle brasserie du chef étoilé Guy Lassausaie remporte d’emblée l’award du balcon d’or catégorie panoramiqu...

Dolce By Sici­lians, le nouveau resto italien aux Brot­teaux

Au commencement, il y avait la pizza. Deux familles lyonnaises d’origine sicilienne ont constitué leur empire (restons raisonnable, on n’est plus au temps de Jules César) à base de ce discobole de pâte qui a conquis monde. Les frères Lonobile (7 établissements) et la famille Morr...

L’Arque­buse, le nouveau bistrot de la Presqu’Île

On s’en doute, le nom de ce tout nouveau restaurant ne fait pas référence au fusil médiéval qui faisait de gros trous dans les gens. Ici, on ressort non seulement indemne, mais en bonne santé morale. Le chef, Jérôme, tenait à rendre hommage à son papy viticulteur et à ce digestif...