Sortir à Lyon
Partager cet article :

L’Arque­buse, le nouveau bistrot de la Presqu’Île

L'Arquebuse, nouveau bistrot lyonnais en Presqu'Île.
L'Arquebuse, le bistrot cosy de la Presqu'Île.

On s’en doute, le nom de ce tout nouveau restau­rant ne fait pas réfé­rence au fusil médié­val qui faisait de gros trous dans les gens. Ici, on ressort non seule­ment indemne, mais en bonne santé morale. Le chef, Jérôme, tenait à rendre hommage à son papy viti­cul­teur et à ce diges­tif déli­cieu­se­ment vintage, issu de l’Eau vulné­raire, médi­ca­ment notam­ment destiné à soigner les bles­sures par… arque­buse. La macé­ra­tion de plantes (génépi, verveine, menthe, mélisse, sauge, thym, valé­riane, mille­per­tuis, camo­mille, tilleul, arnica, gentiane etc.) évidem­ment secrète, évidem­ment créée par des moines (maristes), a été long­temps – on le sait peu – produite à Saint-Genis Laval. On se fera un devoir, ne serais-ce que par goût pour le folk­lore local et parce que c’est bon, de l’uti­li­ser comme coup de l’étrier et en remède contre d’éven­tuelles bles­sures de l’âme (43°).

Toute l’équipe de l’Arque­buse en son seing. (photos Susie Waroude).

Cuisine de bistrot élégante

La carte, courte, cultive une cuisine de bistrot moderne. Nous avons enjambé le plat du jour pour passer direc­te­ment au coeur du réac­teur. On a partagé des aran­ci­nis (boules de risotto panées) jouant à la pétanque sur une sauce au chorizo. Le chef n’hé­site pas à toréer avec les influences. En entrée, le maque­reau, pois­son délaissé (sauf par les bouchons), aujourd’­hui revenu en grâce, tient sa revanche. Genti­ment court-bouillonné, il garde toute sa texture sur une sauce aïoli. Son nid en fila­ments de carotte frits lui apporte une amitié crous­tillante. Les cannel­loni farcis à la ricotta et petits cubes de légumes, respirent à plein tube malgré un cumu­lo­nim­bus de mousse qui les immerge. Excel­lente entrée. L’émul­sion au siphon (une purée de pommes de terre trans­for­mée en nuage en l’oc­cur­rence) rejoint un parfait pale­ron de bœuf fondant. Ça mousse toujours, à l’ail des ours cette fois, sous un aigle­fin frais (si on le fume il se trans­forme en haddock) et linguine à l’encre de seiche. Il ne faut pas croire que le chef Jérôme élabore ses recettes dans un bain mous­sant. Tout est juste bien dosé, très sérieux, bien poli à la lime d’ébé­niste. Peut être un peu trop rond, trop fauteuil profond, pour un palais qui aime les petites touches d’acide, sans cher­cher l’ef­fet Alien de Ridley Scott. Les quelques pickles dissé­mi­nés deci delà peinent à la tâche. On bran­che­rait bien certains plats sur une anode et une cathode, et on sous­trai­rait bien un peu de sucre dans les desserts. Mais ce beau bistrot, élégant par des formes et ses matières, et joli couple (Daphné, impec­cable au service et son asso­cié le chef…, mais on n’en dit pas plus) part sur d’ex­cel­lentes bases.

L’Arque­buse. 6 rue Neuve, Lyon 2e. 04 82 31 41 97. Fermé le dimanche soir. Plat du jour : 15 euros. Menu-carte : 30 euros.

Chez Muriel, le bouchon de la plus authen­tique des mères lyon­naises

Tenu par Muriel Ferrari, le Café des Artisans est une institution à Lyon... anti-institutionnelle ! Ce bouchon authentique se confond avec l'histoire exceptionnelle de sa patronne, véritable mère lyonnaise dans la grande tradition. L’histoire des débats relatifs à l’authentici...

Démé­ter, le nouveau barbe­cue géant de Lyon 6e

De l’extérieur, ce tout nouveau restaurant évoque un petit bar/lobby d’hôtel chic. La réalité est cachée derrière. Les deux salles, à la décoration épurée, forment un espace immense, qu’on pensait impossible rue Tronchet. Le propriétaire, Jean Gaultier, a réussi le tour de force ...

Pica­flores, le nouveau resto d’Amé­rique latine à Lyon 7e

Tangui et Pauline ont largement voyagé en Amérique du Sud. Plutôt que de rapporter des recettes traditionnelles, ils sont montés sur un tabouret et regardé tout cela d’un peu plus haut. De fait, leur cuisine est un paysage imaginaire rappelant l’Amérique latine. Ainsi, en entrée ...

Le nouveau Léon de Lyon, c’est vache­ment bon !

Selon Céline (l’écrivain, pas la marque de chaussures) « l’Histoire ne repasse pas les plats ». On voit bien qu’il n’a pas récemment mangé chez Léon de Lyon. Cette institution, dont on apprend qu’elle a failli être remplacée par une supérette, catastrophe numéro 2 après la guerre...