Sortir à Lyon
Partager cet article :

Guy Lassau­saie ouvre un nouveau resto avec vue perché sur Four­vière

Bulle, le nouveau restaurant de Guy Lassausaie sur la colline de Fourvière.
Guy Lassausaie vous présente "Bulle", son nouveau resto... avec vue.

Rien à voir avec un quel­conque Center park ou l’aqua­rium de la Mula­tière. Le restau­rant Bulle est l’acro­nyme de « Bistro­no­mie Urbaine Locale Légère Écores­pon­sable ». Cette nouvelle bras­se­rie du chef étoilé Guy Lassau­saie remporte d’em­blée l’award du balcon d’or caté­go­rie pano­ra­mique. En effet les terrasses, celle du bar et du restau­rant, offrent une vue quasi aérienne sur les tours de la Part-Dieu et au loin le Mont-Blanc. Nous sommes en haut de Four­vière, « plus près des cieux », comme expliquait un guide touris­tique à son groupe, croisé devant la basi­lique (nous, on n’est pas pressé). Pour l’heure, seule la terrasse du haut est acces­sible en version cock­tails. La terrasse du restau­rant en contre­bas, devrait bien­tôt être acces­sible à des acti­vi­tés moins liquides. Si Lyon n’est pas riche en roof­tops, le bar-terrasse produit un effet iden­tique, peut-être même plus apte aux soirées roman­tiques, aux astro­nomes, ou pour coin­cer la bulle (aha !). Les esca­liers conduisent à un couloir pavé de « pierres de château » qui semblent toujours avoir été là, bien que millé­si­mées XXIe siècle.

Même pour prendre un verre, déjà une des plus belles terrasses de la ville. (photos Marie-Ev Brouet)

« A ma gauche » le restau­rant de style contem­po­rain clas­sique, confor­table et moquetté, genre classe affaire privi­lège +. « A ma droite » les cuisines ouvertes où glou­gloutent des fonds et des fumets. N’ou­bliez pas le guide. Avant tout : si vous êtes quatre ou cinq, réser­vez une des tables rondes, souli­gnées par une banquette en demi-lune. C’est la confor­ma­tion idéale que l’on retrouve égale­ment, comme un chat son panier, au Caze­nove de Pierre Orsi. On n’a pas testé le menu gastro­no­mique (68 euros) en imagi­nant les sour­cils de la comp­table, ni le menu enfant (25 euros), diffi­cile à usur­per. Le menu du jour (38 euros) dérou­lait un agréable ceviche chapeauté de feuilles de capu­cines (ce n’est pas que de la déco, il y a un goût inté­res­sant) et d’al­lu­mettes de pommes, escorté d’une bruschetta aux petits légumes. Sensa­tions égales pour le veau rosé sur un jus réduit de compé­ti­tion. Le menu inter­mé­diaire (48 euros) attaquait légi­ti­me­ment par des asperges, morilles au vin jaune ; vive le prin­temps. On est resté plus dubi­ta­tif face à la texture légè­re­ment spon­gieuse d’une quenelle revi­si­tée par le mouve­ment cubiste orien­ta­liste, mais d’après nos échos, d’ha­bi­tude elle fond comme un nuage. Problème de réglage. La cuisine est par ailleurs élégante, graphique, suave (un peu trop mohair à notre goût), enca­drée d’amuse-bouche et de mignar­dises. On y retour­nera, si le carnet de réser­va­tions veut bien désen­fler (un succès) avant la Saint-glin­glin (mes excuses à l’évê­ché).

Bulle. 9, place de Four­vière, Lyon 5e. 04 30 30 32 16. Ouvert tous les jours. Menus : 38 euros (midi en semaine unique­ment), 48 euros et 68 euros. La carte des vins, haute cuvée, est exten­sible à la cave du restau­rant étoilé de Chas­se­lay. Si vous cher­chez un vieux millé­si­me…

Chez Muriel, le bouchon de la plus authen­tique des mères lyon­naises

Tenu par Muriel Ferrari, le Café des Artisans est une institution à Lyon... anti-institutionnelle ! Ce bouchon authentique se confond avec l'histoire exceptionnelle de sa patronne, véritable mère lyonnaise dans la grande tradition. L’histoire des débats relatifs à l’authentici...

Démé­ter, le nouveau barbe­cue géant de Lyon 6e

De l’extérieur, ce tout nouveau restaurant évoque un petit bar/lobby d’hôtel chic. La réalité est cachée derrière. Les deux salles, à la décoration épurée, forment un espace immense, qu’on pensait impossible rue Tronchet. Le propriétaire, Jean Gaultier, a réussi le tour de force ...

Pica­flores, le nouveau resto d’Amé­rique latine à Lyon 7e

Tangui et Pauline ont largement voyagé en Amérique du Sud. Plutôt que de rapporter des recettes traditionnelles, ils sont montés sur un tabouret et regardé tout cela d’un peu plus haut. De fait, leur cuisine est un paysage imaginaire rappelant l’Amérique latine. Ainsi, en entrée ...

Le nouveau Léon de Lyon, c’est vache­ment bon !

Selon Céline (l’écrivain, pas la marque de chaussures) « l’Histoire ne repasse pas les plats ». On voit bien qu’il n’a pas récemment mangé chez Léon de Lyon. Cette institution, dont on apprend qu’elle a failli être remplacée par une supérette, catastrophe numéro 2 après la guerre...