Sortir à Lyon
Partager cet article :

La Table d’Ambre, le nouveau resto d’Ai­nay

La Table d'Ambre, nouveau resto d'Ainay.
Florent Gilibert dans son restaurant La Table d'Ambre.

Le nom de ce restau­rant ressemble à un titre de roman d’hé­roic fantasy. Mais non, rien à voir, les épées magiques et elfes sont hors de propos. D’ambre non plus, tables et couverts ne sont sertis. Il s’agit simple­ment d’un hommage du cuisi­nier Florent Gili­bert à sa fille. Comme le chef a arpenté des restau­rants de type Trois­gros à Roanne et Oasis à la Napoule, il sert presque par réflexe des amuse-bouche. Même pour notre menu déjeu­ner à 24 euros -très bon plan. L’amuse-bouche (à ne pas confondre avec l’amuse-gueeeeule lyon­nais à base de bonnes targettes de sauci­flaille) est le plus souvent un gadget super­fé­ta­toire de style dé à coudre de gaspa­cho. Là, une fine tranche de pale­ron froid sous un mélange de cubes nains de concombre et de pomme Granny Smith, piqués d’une pointe de pesto de fanes de radis, suscitent immé­dia­te­ment l’in­té­rêt, et propulsent l’ap­pé­tit.

Cuisine en double croisé ou comment piquer dans l’as­siette de son voisin

Quand, de surcroît, on s’est déjà aiguisé avec un verre d’un de nos blancs de base préféré Chapeau Melon (Val de Loire type musca­det, sauvi­gnon et melon 50/50, riche, citronné, plam­ple­moussé, 12 °), on a le pied ailé sur les star­ting-blocks. On a ensuite expé­ri­menté en doublé croisé, disci­pline culi­naire qui consiste à piquer dans l’as­siette de son voisin, le menu « Cuisine du marché » du midi et le Menu d’Ambre (45 euros). En entrée côté « marché », une origi­nale mous­se­line de pommes de terre, purée dense, onctueuse, petites pomme de terre taillées en canon et crème de hareng fumé émul­sion légère, élégam­ment présen­tée en monti­cules torsa­dés comme pour un dessert. Le tout traversé par un éclair d’ori­gan. Voilà une cuisine claire, comme le tartare de daurade, réus­sis­sant un accord sur lequel on n’au­rait pas parié : pop corn et agrumes. Mais ça marche. Côté marché : du lieu noir aux côtés d’un risotto d’orge perlé au basi­lic (une réus­site), sauce homar­dine. Encore une bonne idée, comme le cochon du menu voisin décliné en filet, rosé, poitrine crous­tillante (vous enten­dez ce bruit quand on marche sur des graviers), cromesquis d’an­douillette (prix du meilleur acteur dans un second rôle) et crème de boudin noir. Seule la purée de carottes des sables était insi­gni­fiante, ense­ve­lie sous une dune. On finit par d’ex­cel­lents desserts, un pina­co­la­desque ananas, crème coco, fève de tonka pour le menu du jour. La terrasse a peu d’in­té­rêt, sinon la vue sur le sympa­thique maga­sin Les Thés sur terre. On préfère l’in­té­rieur. Quant au service, il est parfait, atten­tionné mais pas servile, de bonne humeur sans faire son show.

La table d’Ambre. 46 rue Frank­lin, Lyon 2e. Fermé dimanche et lundi. 04 72 24 56 12 76. Formule : 20 euros (midi) Menus : 24 euros (midi) 45 et 60 euros. A la carte : Cabillaud, épinards, asperge blanche, émul­sion d’ail, poulpe et palourdes ; canard en tataki, vinaigre de mangue broco­lis et shii­také etc.

Chez Muriel, le bouchon de la plus authen­tique des mères lyon­naises

Tenu par Muriel Ferrari, le Café des Artisans est une institution à Lyon... anti-institutionnelle ! Ce bouchon authentique se confond avec l'histoire exceptionnelle de sa patronne, véritable mère lyonnaise dans la grande tradition. L’histoire des débats relatifs à l’authentici...

Démé­ter, le nouveau barbe­cue géant de Lyon 6e

De l’extérieur, ce tout nouveau restaurant évoque un petit bar/lobby d’hôtel chic. La réalité est cachée derrière. Les deux salles, à la décoration épurée, forment un espace immense, qu’on pensait impossible rue Tronchet. Le propriétaire, Jean Gaultier, a réussi le tour de force ...

Pica­flores, le nouveau resto d’Amé­rique latine à Lyon 7e

Tangui et Pauline ont largement voyagé en Amérique du Sud. Plutôt que de rapporter des recettes traditionnelles, ils sont montés sur un tabouret et regardé tout cela d’un peu plus haut. De fait, leur cuisine est un paysage imaginaire rappelant l’Amérique latine. Ainsi, en entrée ...

Le nouveau Léon de Lyon, c’est vache­ment bon !

Selon Céline (l’écrivain, pas la marque de chaussures) « l’Histoire ne repasse pas les plats ». On voit bien qu’il n’a pas récemment mangé chez Léon de Lyon. Cette institution, dont on apprend qu’elle a failli être remplacée par une supérette, catastrophe numéro 2 après la guerre...