Sortir à Lyon
Partager cet article :

Morfal, le nouveau resto qui remplace La Bijou­te­rie

Morfal, le nouveau resto à la place de La Bijouterie dans Lyon 1er.
Une assiette du Morfal, le successeur de La Bijouterie dans Lyon 1er.

Juste avant, il y avait La Bijou­te­rie, et main­te­nant voilà que l’adresse, courue, notoire, se trans­forme en Morfal. On pour­rait imagi­ner que la poli­tique des petits plats à voca­tion gastro­no­mique s’est trans­for­mée en banquet d’As­té­rix. Une côte de bœuf par assiette et une pelle­teuse en guise de four­chet­te… Il n’en n’est rien. Le concept de goin­fri­tude n’est pas dans l’as­siette, mais dans la volonté du chef, trau­ma­tisé par le confi­ne­ment, de saisir la vie et ses envies de cuisine à pleines dents. D’ailleurs, ce sont les mêmes person­nages qui jouent une nouvelle pièce. Le chef Arnaud Laver­din s’est mis en retrait, pour lais­ser la place de capi­taine à Steven Thie­baut-Pelle­grino, son second, désor­mais asso­cié. De fait, il n’ y a pas de chan­ge­ment radi­cal de style, on est toujours en cabine dans la super­struc­ture, bien au dessus de la ligne de flot­tai­son. En revanche, les tarifs ont fondu comme des glaçons en terrasse. La carte se présente comme une liste de petits plats de 3 à 9 euros, du concombre tsuke­mono au lieu noir glaçage gochujang. « Au secours, reviens Cham­pol­lion », vous excla­mez-vous.

Steven Thie­baut-Pelle­grino au travail. (photos Susie Waroude)

Influences asia­tiques

Les problèmes séman­tiques tiennent aux nombreuses influences asia­tiques qui irriguent la liste d’une dizaine de plats, qu’il serait réduc­teur et déva­lo­ri­sant de quali­fier de tapas. Même s’il y a un ajo blanco (soupe espa­gnole liquide à l’ail et aux amandes) rebooté en crème à la noix de cajou et recou­vert de fines tranches de cour­gettes.. On est ailleurs. Amina, au service volée, ou même le chef pirate Steven (tatouages, barbe et bandana) vous expliquent tout . Tsuke­mono est une tech­nique japo­naise de macé­ra­tion ; gochujang est un condi­ment coréen à base de piments rouges. Les pots de pickles, légumes en fermen­ta­tion (nouvelle expé­ri­men­ta­tion, le melon), bocaux mysté­rieux, dorment sur les range­ments au dessus de la cuisine ouverte, évoquant un écha­fau­dage. Le message est simple : « work in progress ». « La cuisine c’est plus que des recettes » disait Alain Chapel. C’est aussi une expé­rience, des idées qui pulsent et des rencontres. Ainsi ces cœurs de canard au barbe­cue tein­tés de yuzu, cette tête de veau en fines lamelles grillées sur pain au levain percu­tée de sauce chimi­churri. A un moment, Steven, semble avoir décidé de souder des tuyaux dans sa cuisine. En fait, il passe des asperges vertes au chalu­meau. Le petit goût fumé d’après incen­die se marie avec une sauce gribiche condi­men­tée de prune japo­naise macé­rée au sel. En fait, ça ne se raconte pas. Il est plus simple d’y aller.

Morfal. 16 rue Hippo­lyte-Flan­drin, Lyon 1er. 04 78 08 14 03. Ouvert du lundi au samedi le soir et samedi et dimanche à midi. A la carte : comp­ter entre 25 et 35 euros. Verre de vin d’Al­sace atypique, sec excellent, La Grange de l’oncle Charles (13 cépa­ges… des idées de poire et de pomme, du raisin bien sur) : 6 euros.

Chez Muriel, le bouchon de la plus authen­tique des mères lyon­naises

Tenu par Muriel Ferrari, le Café des Artisans est une institution à Lyon... anti-institutionnelle ! Ce bouchon authentique se confond avec l'histoire exceptionnelle de sa patronne, véritable mère lyonnaise dans la grande tradition. L’histoire des débats relatifs à l’authentici...

Démé­ter, le nouveau barbe­cue géant de Lyon 6e

De l’extérieur, ce tout nouveau restaurant évoque un petit bar/lobby d’hôtel chic. La réalité est cachée derrière. Les deux salles, à la décoration épurée, forment un espace immense, qu’on pensait impossible rue Tronchet. Le propriétaire, Jean Gaultier, a réussi le tour de force ...

Pica­flores, le nouveau resto d’Amé­rique latine à Lyon 7e

Tangui et Pauline ont largement voyagé en Amérique du Sud. Plutôt que de rapporter des recettes traditionnelles, ils sont montés sur un tabouret et regardé tout cela d’un peu plus haut. De fait, leur cuisine est un paysage imaginaire rappelant l’Amérique latine. Ainsi, en entrée ...

Le nouveau Léon de Lyon, c’est vache­ment bon !

Selon Céline (l’écrivain, pas la marque de chaussures) « l’Histoire ne repasse pas les plats ». On voit bien qu’il n’a pas récemment mangé chez Léon de Lyon. Cette institution, dont on apprend qu’elle a failli être remplacée par une supérette, catastrophe numéro 2 après la guerre...