Sortir à Lyon
Partager cet article :

Un nouveau bistrot Tête­doie sur la colline de Four­vière

Têtedoie ouvre son bistrot contemporain.
Christian Têtedoie ajoute son bistrot au rofftop et resto gastronomique.

Le Phos­phore a changé de nom pour deve­nir le Bistrot Tête­doie. Ce n’est pas très origi­nal, mais c’est cohé­rent, vu que le restau­rant est placé au pied du porte-avion Tête­doie qui compte le restau­rant gastro­no­mique Tête­doie et le roof­top Tête­doie, de même que le chef Chris­tian Tête­doie, MOF étoilé, en chair et en plumes. On n’a pas mesuré, mais la salle semble plus grande, peut-être que des murs ont été pous­sés. Et puis il y a la chouette terrasse avec vue sur notre skyline lyon­naise (un peu éden­tée certes, mais on n’est pas à New-york). L’idée de « bistrot » ne tient que par la présence d’un bar, qui n’est pas prévu pour s’ac­cou­der à l’apéro. On clas­se­rait donc plutôt l’éta­blis­se­ment dans la caté­go­rie bras­se­rie contem­po­raine.

La fine équipe du nouveau bistrot Tête­doie. (photos Susie Waroude)

Au menu déjeu­ner, diffi­cile de tergi­ver­ser : une entrée, un plat, un dessert. Point. En entrée, un saumon de fontaine (autre nom pour la truite mouche­tée) sous injec­tion de mascar­pone. Une pluche de persil, de l’aneth, de l’oi­gnon rouge, de petites touches citron­nées. C’est frais, c’est bon et c’est joli. En revanche, on se demande pourquoi s’étaient invi­tés au bord de la piscine des petits morceaux de « blinis végé­tal » (sic) sans goût ni grâce, partis à la conquête de l’inu­tile. Passons sur la cuis­son du lapin braisé au cidre/taglia­telle, sympa mais trop sec du râble. Le lapin ne pardonne pas. Soit on le cuit sur le vif, rapide à la Lewis Hamil­ton, légè­re­ment rosé à coeur, soit long­temps… mijoté, confit ou endormi à basse tempé­ra­ture. Là, on était cet entre-deux incer­tain que doit ressen­tir la tranche de jambon cernée par du pain de mie. Proba­ble­ment un jour sans. En revanche, le « menu carte » (en réalité un simple menu à choix multiples, pas à la carte) rameu­tait des notes d’en­thou­siasme en végé­taux majeurs. La fraîche soupe de petits pois verveine et citron confit (feuilles d’oxa­lis et lanières de poireau déniai­sées au chalu­meau) a un pur goût de prin­temps. Les rillons de ris de veau bien grillo­tés, très cuits mais pas du tout caou­tchouc béné­fi­ciaient d’un jus profond, réduit jusqu’à ce qu’on lui voit l’âme. Il devait prove­nir de l’étoilé au dessus. Le risotto aux cham­pi­gnons de Paris bruns qui jouait en double était aussi peu acadé­mique (monté à la crème) qu’ex­cellent. Côté mille-feuille cara­mel citron et vanille, il n’ y a que trois feuilles, mais le serveur qui a de l’hu­mour et du sourire nuance : « comme c’est de la pâte feuille­tée, cela en fait beau­coup plus ». Pour résu­mer, le niveau est là, malgré le lapin qui nous a posé un lapin.

Bistrot Tête­doie. 4 rue Profes­seur Pierre-Marion, Lyon 5e. 04 78 29 40 10. Fermé : mardi. Menus : 24 euros (midi) et 38 euros.

Brocoli, le nouveau resto végé pour tous

Clémenceau disait « la guerre, c’est une chose trop grave pour la confier à des militaires ». On pourrait renchérir en avançant que la cuisine sans viande est un sujet trop important pour qu’on la confie à des végétariens. Les temps ont heureusement changé. La culture de la cuisi...

Morfal, le nouveau resto qui remplace La Bijou­te­rie

Juste avant, il y avait La Bijouterie, et maintenant voilà que l’adresse, courue, notoire, se transforme en Morfal. On pourrait imaginer que la politique des petits plats à vocation gastronomique s’est transformée en banquet d’Astérix. Une côte de bœuf par assiette et une pellete...

Balthaz’art, le nouveau resto parfait de Lyon 1er

Pour avoir une idée de de ce qui vous attend, il suffit parfois de mettre la main dans la panière. Si le pain est bon, c’est que quelqu’un y a porté attention. De là en découle, par syllogisme facile que ce sens du détail doit se retrouver dans la cuisine. Chez Balthaz’art, le pa...

Les plus grands chefs au Lyon street food festi­val

Faire découvrir, voyager et susciter l’intérêt pour la cuisine autour de rencontres de chefs : dans le contexte de crise que traverse l’hôtellerie, la sixième édition du Lyon Street Food Festival ne laisse pas tarir ses ambitions. Durant quatre jours les festivaliers pourront arp...