Sortir à Lyon
Partager cet article :

Brocoli, le nouveau resto végé pour tous

Brocoli, le nouveau resto végé de Lyon 6.
Les deux maîtres d'oeuvre de Brocoli à Lyon 6.

Clémen­ceau disait « la guerre, c’est une chose trop grave pour la confier à des mili­taires ». On pour­rait renché­rir en avançant que la cuisine sans viande est un sujet trop impor­tant pour qu’on la confie à des végé­ta­riens. Les temps ont heureu­se­ment changé. La culture de la cuisine au quinoa, légumes à l’eau et graines pour hamster a semble t-il fait son temps. Notam­ment sous l’in­fluence de chefs omni­vores. Adrien Zedda qui a fait de Culina hortus « le meilleur restau­rant végé­ta­rien du monde », cuisi­nait paral­lè­le­ment de la viande dans le restau­rant en face. La cuisine du végé­tal n’est plus consi­dé­rée comme un avatar de méde­cine douce, mais tout simple­ment comme de la cuisine, source de plai­sir. C’est le cas du chef d’Ar­change, restau­rant tradi­tion­nel, qui avait laissé ses ailes au vestiaire (Lyon 1er) pour renaître il y a quelques jours sous la forme de Brocoli. Ce légume vert est l’en­nemi de la petite enfance, mais deve­nus adultes ils finissent par l’ado­rer (un peu comme la bière).

Ravio­lis contre broco­lis

Bref ce midi là, il n’ y avait pas brocoli, mais ravio­lis. C’est bon, bien marqué, avec un petit côté asia­tique que l’on situe­rait vers la Corée. Le chef Rémi – comme dans Rata­touille – fait dans le détail. Le plat est traversé par les éclairs verts tendre d’as­perges sauvages et miné de petites billes de la taille du caviar. En fait, aucun pois­son n’est mort pendant le tour­nage : ce sont des algues sphé­ri­fiées, qui craquent sous la dent. Habi­tuel­le­ment, on ne se sent pas trop à l’aise avec les imita­tions de type merguez végan et « faux gras » végé­tal. Mais, en l’oc­cur­rence, le faux « foie gras » dont les saveurs sont aussi proches de Sarlat que l’est Vladi­vos­tok, est réussi. La texture est onctueuse, l’ajout d’un peu d’« huile de truffe » et pas mal d’Ar­ma­gnac consti­tue un expé­rience inté­res­sante, de même que le diadème de fleurs comes­tibles qui le souligne. Si la salade d’ar­ti­chauts et samoussa de légumes était peu oubliée au bord de la route comme mémé à la station Total un jour de grands départs, on a aimé le tempé­ra­ment et l’as­sai­son­ne­ment d’un pavé de pleu­rotes, gratin de panais, vermi­celles de carottes frites, petit pois, pleu­rotes sautées. Et le bonus mystère : d’éton­nantes lanières nouées, d’une texture extra­ter­restre, se révé­lant être de la peau de tofu. Les desserts sont en forme de happy end : ganache au choco­lat extra dense bien cacao­tée, glace au sésame noir ; glace à la bette­rave compo­tée de rhubarbe pétales de noix de coco. Déli­cieux.

Brocoli. 71 rue Masséna, Lyon 6e. 04 78 24 35 27. Fermé samedi midi et dimanche. Formule midi : 19, 50 euros. Menus : 24, 50 euros (midi) et 29 euros (soir).

Un nouveau bistrot Tête­doie sur la colline de Four­vière

Le Phosphore a changé de nom pour devenir le Bistrot Têtedoie. Ce n’est pas très original, mais c’est cohérent, vu que le restaurant est placé au pied du porte-avion Têtedoie qui compte le restaurant gastronomique Têtedoie et le rooftop Têtedoie, de même que le chef Christian Têt...

Morfal, le nouveau resto qui remplace La Bijou­te­rie

Juste avant, il y avait La Bijouterie, et maintenant voilà que l’adresse, courue, notoire, se transforme en Morfal. On pourrait imaginer que la politique des petits plats à vocation gastronomique s’est transformée en banquet d’Astérix. Une côte de bœuf par assiette et une pellete...

Balthaz’art, le nouveau resto parfait de Lyon 1er

Pour avoir une idée de de ce qui vous attend, il suffit parfois de mettre la main dans la panière. Si le pain est bon, c’est que quelqu’un y a porté attention. De là en découle, par syllogisme facile que ce sens du détail doit se retrouver dans la cuisine. Chez Balthaz’art, le pa...

Les plus grands chefs au Lyon street food festi­val

Faire découvrir, voyager et susciter l’intérêt pour la cuisine autour de rencontres de chefs : dans le contexte de crise que traverse l’hôtellerie, la sixième édition du Lyon Street Food Festival ne laisse pas tarir ses ambitions. Durant quatre jours les festivaliers pourront arp...