Sortir à Lyon
Partager cet article :

Vous allez kiffer Bellie, le nouveau resto rue Mercière

Bellie, le nouveau restaurant de la rue Mercière.
La joyeuse équipe du Bellie rue Mercière.

En dégus­tant de remarquables accras de cabillaud, sauce « samou­raï  » de folie et petites notes d’acide, nous est apparu l’idée un avenir radieux. Les spécia­listes en pros­pec­tive décli­niste vous affir­me­ront que le pire est toujours sûr. L’évo­lu­tion de la rue Mercière dit le contraire. Cette artère touris­tique, presque exclu­si­ve­ment dédiée à la restau­ra­tion, aurait pu virer, comme une andouille (arf), en Las Vegas de l’an­douillette moulée à la louche, doublée de burger­land et de termi­naux de cuis­son de plats indus­triels. Et pour­tant la vraie cuisine de passion résiste. On vous avait dit tout le bien qu’on pensait des Infi­dèles (au n°57), voici Bellie (ventre en english) au n°61. Pour commen­cer, on peut appré­cier la déco, notam­ment la fresque spec­ta­cu­laire masquant judi­cieu­se­ment la porte des toilettes. Elle est signé Grems, notoire « artiste urbain multi­dis­ci­pli­naire ».

Gilles, Elisa, Alex et Walid du Bellie. (photos Susie Waroude)

La vraie cuisine de la rue Mercière

C’est en allant visi­ter cette œuvre que Gilles, tatoué, percin­gué, super­sympa, est ressorti avec une embauche de serveur. On a pu appré­cier aussi le parcours d’Élisa, chan­teuse de jazz en rupture de cordes vocales, au service et au sourire solaire. Louis Armstrong accom­pa­gnait en bande son notre apéri­tif (Côte du rhône blanc Chaume-Arnaud, ample, gras mais vif). Quant au chef Alex, il est offi­ciel­le­ment auto­di­dacte, mais vient de chez Racine à Vaise, ce qui vaut mieux qu’un diplôme. Son second, Walid, a baroudé entre la fron­tière suisse, la côte d’Azur et le Pays de Galles. Toute cette éner­gie posi­tive, issue de tous hori­zons, ici concen­trée, se retrouve dans l’as­siette. Ainsi cette lapi­daire « lotte beurre noisette » réin­car­née dans une Asie hypo­thé­tique sur une émul­sion de coco et pois cassé, accom­pa­gnée de lamelles de concombre (grosses) et de fenouil (fines). On n’est jamais égaré quand deux éléments fonda­men­taux de la cuisine sont là : la cuis­son et l’as­sai­son­ne­ment, parfaits. En bonus : une herbe mécon­nue, la tagète, au petit goût déli­cieu­se­ment acidulé, et qui acces­soi­re­ment soigne des morsures de serpent au Mexique. Les réfé­rences à la cuisine de rue sont reven­diquées, mais upgra­dées comme cette sauce samou­raï qui mélange dans une base mayo/harissa une brunoise d’oi­gnon et d’écha­lotes, de la sauce srira­cha et du paprika fumé. Cendrillon deve­nue prin­cesse. A la carte du soir on sert un kebab d’épaule d’agneau sauce algé­rienne sur une poivro­nade et en tous les cas un plat sans produits animaux, par enjeu et goût de l’ex­pé­ri­men­ta­tion. Car un des cuisi­niers est végane. « Ici c’est le labo­ra­toire du kif  » résume le chef.

Bellie. 61 rue Mercière, Lyon 2eme. 04 72 41 90 47. Ouvert tous les jours. Menu déjeu­ner : 24 euros. Soir : plat à parta­ger entre 9 et 14 euros. Desserts (goûtez le fraise/concombre/chan­tilly basi­lic hyper rafraî­chis­sant) : 7 euros. Jolie petite cave de vins essen­tiel­le­ment nature. Au verre à partir de 5 euros.

Art restau­rant, le resto qui fait bouger Ainay

Si le triptyque entrée/plat/dessert reste solidement ancré à l’heure du déjeuner, un vaste mouvement de fond le pulvérise façon puzzle au moment du dîner. Le tout nouveau Art restaurant obéit à ces nouvelles règles, ou plutôt à l’absence de règles. Tout d’abord le restaurant, équ...

Plat-dessert à moins de 15 € chez Marcelle et Daniel

On nous avait parlé de ce restaurant comme « probablement récent ». Marcelle et Daniel, des prénoms qui martèlent le concept « retour à la cuisine de mémé », incarnent gros comme un pot au feu un mouvement de rétropédalage vers la cuisine d’antan. En réalité, Marcelle et Daniel o...

Le Comp­toir Phénix, le nouveau resto des quais de Saône

Le Phénix, l’oiseau mythique, est connu pour renaître de ses cendres. Le Phénix, l’hôtel, n’a pas attendu d’être incinéré pour opérer une opération cosmétique. Il faut dire que les derniers travaux de rénovation dataient d’il y a trente ans. Adieu l’ambiance vintage, bonjour l’hô...

Saxi­frage, le nouveau resto japo­nais de Lyon 6e

Malgré ce nom qui sonne bien la France, Saxifrage est le tout nouveau restaurant d’une Japonaise. Pour mémoire les saxifrages forment une famille de jolies plantes de rocaille, comestibles. On ne sait pas si la cheffe Yumika Tokita en utilise. En tout cas, son projet, réussi, est...