Sortir à Lyon
Partager cet article :

Lyon 7 : le meilleur gaspa­cho de la ville !

Crouton, le nouveau bistrot de Lyon 7e.
Crouton détient le secret du meilleur gaspacho de la ville.

Croû­ton, le nouveau bistrot de Lyon 7e, a trouvé la recette idéale pour le gaspa­cho de l’été : tomate, pastèque et crème de feta. Et c’est bon nom de Zeus !

Cela commen­ce­rait à sentir l’Eh­pad. Il n’en est rien. Il y a des établis­se­ments drainent une clien­tèle assez mélan­gée et très urbaine, loin des auto­cars du troi­sième âge. Croû­ton ne ressemble pas du tout au côté rassis, confiné dans le passé qu’il évoque. C’est la nouvelle géné­ra­tion des bistroquets de quar­tier, celle qui réflé­chit sur ses produits, sa cave, et percute aux four­neaux. La cuisine contem­po­raine de Danaé Gate­nio voyage dans une mytho­lo­gie culi­naire médi­ter­ra­néenne ; le Meltem souffle dans plusieurs de ses plats. C’est un rappel de ses origines grecques, sans aller jusqu’au barbe­cue de mino­taure et aux sirènes farcies. Au détour des menus du déjeu­ner on peut rencon­trer de la spana­ko­pita, une tourte aux épinards et à la feta qu’elle enflamme avec une huile pimen­tée. Les beignets de cour­gettes s’ac­com­pagnent de tzat­ziki (yaourt, concombre, herbe) et récem­ment on servait de la salade crétoise : tomates, olives, câpres, feta, marjo­laine, émietté de pain complet (croû­tons…). On aurait pu aussi tomber sur du porto­ka­lo­pita, un gâteau à l’orange moel­leux, siru­peux, et d’une densité à se clas­ser dans la cour des bakla­vas et de l’ancre de marine. Mais ces réfé­rences aux origines sont anec­do­tiques, entre le clin d’œil et le coup de coude. l’Ita­lie et l’Es­pagne sont aussi souvent conviées, pour être égale­ment remou­li­nées par la maison.

Croû­ton, le nouveau bistrot qui ne risque pas de s’en­croû­ter

Ainsi la fois dernière, on a applaudi la justesse de cuis­son et l’as­sai­son­ne­ment des tagliata de bœuf (tendres) : de la côte coupée un peu comme des tata­kis, sauf qu’on est en Italie. Petite salade de roquette , tomates cerises, bon parme­san en géné­reuses lamel­les… C’est aussi simple que terri­ble­ment réussi. Comme l’ assiette de riga­toni (des pâtes en forme de gros tuyau au pesto tomates cerises et pignon de pin), quasi rustique, mais qui sonne juste. On n’est pas spécia­le­ment adepte du sucré/salé ni des tartines (avis de tempête de bruschetta sur la ville), sauf pour cette tartine de chèvre aux herbes et pêche cara­mé­li­sée et ce gaspa­cho de pastèque et de tomate (crème de feta) de nom de Zeus. La cheffe a le don des équi­libres cosmiques et peut se permettre des collu­sions entre concombre, menthe, ricotta et fraise (en gaspa­cho ou carpac­cio) ou bien tomates cerises et cerises (en salade). Bref, c’est simple, frais, malin, convi­vial. On revien­dra le soir pour des ribs à parta­ger, des aran­ci­nis et des fregola sardes à la crème de petits pois.

Croû­ton. 131 rue Sébas­tien Gryphe. Lyon 7eme. 04 51 23 23 00. Fermé dimanche et lundi. Formule (midi) : 18 euros. Menu (midi) : 23 euros. A la carte du soir : aran­cini épinards : 7 euros. Saumon grav­lax : 17 euros, short ribs (pour 2 ou 3) : 38 euros, Paris Brest « summer edition » : 7, 50 euros.

Le bistrot Senior, le nouveau resto d’un jeune chef plein d’idées

Au rayon des nouveaux bistrots de la rentrée déjà ouverts pendant les vacances, il y a le restaurant Croûton et son gaspacho de tuerie . Et il y a désormais le Bistrot Senior… Celui-ci n’est pas un état des lieux de la clientèle, mais le souvenir d’un endroit qui fût autrefois un...

Vous allez kiffer Bellie, le nouveau resto rue Mercière

En dégustant de remarquables accras de cabillaud, sauce « samouraï » de folie et petites notes d’acide, nous est apparu l’idée un avenir radieux. Les spécialistes en prospective décliniste vous affirmeront que le pire est toujours sûr. L’évolution de la rue Mercière dit le contra...

La Cabane du Subs­trat, le nouveau bistro­no­mique de la Croix-Rousse

Le Substrat, restaurant bistronomique du « plateau » s’était fait greffer un bras sur le trottoir d’en face : So 6, la saucissonnerie. On y pratiquait l’art de la saucisse en tous genres. Aujourd’hui le patron Hubert Vergoin a zigouillé la saucisse pour inaugurer à la place la Ca...

Brocoli, le nouveau resto végé pour tous

Clémenceau disait « la guerre, c’est une chose trop grave pour la confier à des militaires ». On pourrait renchérir en avançant que la cuisine sans viande est un sujet trop important pour qu’on la confie à des végétariens. Les temps ont heureusement changé. La culture de la cuisi...