Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le Comp­toir Phénix, le nouveau resto des quais de Saône

La Comptoir phénix à Lyon sur les quais de Saône.
Accueil chaleureux et cosy pour le Comptoir Phénix.

Le Phénix, l’oi­seau mythique, est connu pour renaître de ses cendres. Le Phénix, l’hô­tel, n’a pas attendu d’être inci­néré pour opérer une opéra­tion cosmé­tique. Il faut dire que les derniers travaux de réno­va­tion dataient d’il y a trente ans. Adieu l’am­biance vintage, bonjour l’hô­tel de « carac­tère ». Le plus inté­res­sant, en ce qui nous concerne, est la créa­tion d’un bistrot au rez-de-chaus­sée, sur le modèle de l’hô­tel Globe et Cécil, maison mère du proprié­taire, Les Auber­gistes Lyon­nais (aussi déten­teurs du Simplon à Perrache). La verrière donnant sur les quais de Saône apporte une lumi­no­sité et une visi­bi­lité peu coutu­mière du genre. L’hô­tel est en géné­ral un lieu clos, à l’écart du monde exté­rieur. On vous conseille même de prendre des lunettes de soleil tant le nouveau carre­lage brille, à la limite du miroir, dans un style que ne dédai­gne­rait pas l’Émir du Qatar. L’ou­ver­ture joue aussi sur les tarifs ras le carre­lage, eux aussi peu en usage dans le monde de l’hô­tel­le­rie de charme. Le menu culmine à 25 euros, midi et soir (vins au verre à 5 euros). Et c’est une excel­lente surprise.

La salle intérieur du Comptoir Phénix, le nouveau resto des quais de Saône à Lyon.
La salle du Comp­toir Phénix vous attend.

Vous avez dit « chawan­mu­shi » ?

Le chef Camille Barbier, qui est notam­ment passé chez Lassau­saie, secondé par Eliott, ancien chef du Passage, prend le risque de sugges­tions désta­bi­li­santes pour qui a l’ha­bi­tude du ronron des cartes en milieu hôte­lier. Ainsi, en entrée du jour (dans un menu darwi­nien en évolu­tion perma­nente), on trou­vait un impro­nonçable « chawan­mu­shi », bouillon d’oi­gnons brûlés d’ins­pi­ra­tion japo­naise, surmonté de filets de sardines posées sur un flan/omelette rappe­lant la consis­tance de certains tofus. Quelques œufs de truite minent le fond, façon port de Sébas­to­pol. Le plat végé­ta­rien est composé de salsi­fis frits, de purée de topi­nam­bour, noisettes, émul­sion au café et citron confit. Évidem­ment, il y a plus clas­sique, comme notre excel­lente poitrine de biche confite à la purée de coings, marrons et cham­pi­gnons déli­vrant de vrais accents de gibier. Clas­sique aussi, la terrine de lapin en gelée, mais pas son accom­pa­gne­ment, un heureux chut­ney de pruneaux pimen­tés. On a bien décelé un petit défaut sur la pâte trop dense de la tarte aux figues, dont l’al­lure rappelle l’opéra de Sydney. Mais le mi-cuit au choco­lat, très confor­table, trans­pi­rait le bon cacao. Il faut ajou­ter à cette aubaine, un service natu­rel sans les postures liées au contexte, joyeux et empa­thique. L’im­meuble est Renais­sance, le mot juste pour ce Phénix Hôtel.

Comp­toir Phénix. 7 quai de Bondy, Lyon 5eme. 04 78 28 24 24. Fermé samedi et dimanche. Formule : 22 euros. Menu : 25 euros. Petit détail, l’hô­tel propose égale­ment une mini-sand­wi­che­rie atte­nante et allé­chante, qui donne sur la rue.

Art restau­rant, le resto qui fait bouger Ainay

Si le triptyque entrée/plat/dessert reste solidement ancré à l’heure du déjeuner, un vaste mouvement de fond le pulvérise façon puzzle au moment du dîner. Le tout nouveau Art restaurant obéit à ces nouvelles règles, ou plutôt à l’absence de règles. Tout d’abord le restaurant, équ...

Plat-dessert à moins de 15 € chez Marcelle et Daniel

On nous avait parlé de ce restaurant comme « probablement récent ». Marcelle et Daniel, des prénoms qui martèlent le concept « retour à la cuisine de mémé », incarnent gros comme un pot au feu un mouvement de rétropédalage vers la cuisine d’antan. En réalité, Marcelle et Daniel o...

Saxi­frage, le nouveau resto japo­nais de Lyon 6e

Malgré ce nom qui sonne bien la France, Saxifrage est le tout nouveau restaurant d’une Japonaise. Pour mémoire les saxifrages forment une famille de jolies plantes de rocaille, comestibles. On ne sait pas si la cheffe Yumika Tokita en utilise. En tout cas, son projet, réussi, est...

Un festi­val de saveurs dégou­pillées à La Grenade

L’univers culinaire adore s’enrober de préceptes intangibles, pour mieux se contredire le lendemain. C’est ce qui en fait sa vitalité. La concept tout à fait valide selon lequel une recette idéale doit se réduire à trois goûts dans l’assiette, s’affale face aux plats servis à la ...