Sortir à Lyon
Partager cet article :

Plat-dessert à moins de 15 € chez Marcelle et Daniel

CHez Marcelle et Daniel, le nouveau resto ouvrier du midi à Lyon.
Chez Marcelle et Daniel, lntre nouvelle cantine du midi.

On nous avait parlé de ce restau­rant comme « proba­ble­ment récent ». Marcelle et Daniel, des prénoms qui martèlent le concept « retour à la cuisine de mémé », incarnent gros comme un pot au feu un mouve­ment de rétro­pé­da­lage vers la cuisine d’an­tan. En réalité, Marcelle et Daniel ont tenu ce restau­rant pendant 35 ans. On ne l’avait jamais remarqué, trop préoc­cupé à fréquen­ter son voisin, Le Nain, lui aussi inscrit dans inscrit dans la cuisine patri­mo­niale à forte obédience lyon­naise.
Les repre­neuses, Julie et et Léa, instal­lées déjà depuis un petit moment, ont gardé l’am­biance du lieu, qui n’est pas à propre­ment parler une machine à voya­ger dans le temps, mais plutôt la perpé­tua­tion d’un temps immo­bile. Cette imma­nence se retrouve dans les tarifs, deve­nus rares à distance des zones arti­sa­nales. Le petit restau­rant, ses petites tables quasi­ment au coude à coude, propose chaque midi à l’ar­doise un plat du jour à 10 euros. La carte des vins, vrai­ment épurée, c’est à dire réduite à un rouge et un blanc, et du rosé pour rafraî­chir l’été, culmine à 6 euros le pot et 1,50 euros le verre. Ce qui reste assez impro­bable en centre-ville. Le côte qui a accom­pa­gné notre déjeu­ner se défen­dait d’ailleurs plutôt bien. Il y a de bonnes surprises au cul du cubi. Ce jour de pluie là, c’était blanquette de veau. La recette était aussi épurée. S’il y avait bien des cham­pi­gnons de Paris et des carottes, on ne trou­vait pas trace du manteau de sauce blanche crémée qui habille la recette clas­sique. Cela dit, comme le résul­tat était très bon, on ne chipo­tera pas sur l’his­toire de la blanquette de veau, d’au­tant qu’un jour on avait failli en venir aux mains avec un chef qui affir­mait qu’ajou­ter un trait de citron en fin de cuis­son était icono­claste.

Resto ouvrier en forme de « Reboot » des mères lyon­naises

La cheffe, Julie, qui a travaillé aussi bien au Pota­ger des Halles que dans la cantine d’une crèche, reven­dique un « reboot des mères lyon­naises ». On n’est pas tout à fait d’ac­cord. On verrait plutôt un routier sans camion garé devant, ou un resto ouvrier sans usine. Il y a aussi régu­liè­re­ment du cous­cous, du bortsch, des lasagnes aussi bien que du saucis­son chaud. Il faut plutôt voir ce mani­feste comme un clin d’oeil à la géné­ro­sité et à la simpli­cité d’une cuisine fami­liale bien faite, et dans la bonne humeur. Notre salade lyon­naise (9,50 euros) aurait mérité de la frisée et de plus gros lardons, mais là encore, c’est bon. Comme le gratin d’an­douillette au saint-marcel­lin dans lequel on trempe des frites crous­tillantes. Ce bon refuge contre l’in­fla­tion, sans chichis et traits de balsa­mique, est un ami du genre humain.

Chez Marcelle et Daniel. 77 rue Montesquieu, Lyon 7e. 04 78 72 41 53. Ouvert à déjeu­ner de lundi à vendredi. Plat du jour : 10 euros. Andouillette moutarde : 13 euros. Steak tartare : 13 euros. Omelette aux écre­visses : 11 euros. Dessert du jour : 4 euros. Pot : 6 euros. Détail impor­tant: service jusqu’à 15h30.

Chez Rosa, le nouveau resto à Lyon 6 plein de carac­tère

Au moment où un ami nous rappelait que la rue Duquesne est une contrepèterie, au 26 bis de la même rue s’ouvrait Rosa. Ce tout nouveau restaurant remplace FG, comme Fabrice Garabedian. Inutile tomber en larmes, FG est désormais chef chez la toute proche trattoria Nano. Voilà pour...

La Muti­ne­rie, le nouveau resto étoilé de Lyon

On l'aime depuis ses débuts en 2018. La Mutinerie à Lyon 6e vient de recevoir une étoile Michelin bien méritée, la qualité n'ayant jamais baissée depuis que nous l'avions testé. Pour les retardataires, c'est le moment de grimper sur le pont. Les questions le plus souvent posée...

Le Comp­toir d’An­to­nin, le nouveau resto à la déco incroyable

Ne tenez pas compte du site Internet, qui annonce une « pizzeria street-food ». Il est obsolète, parcellaire et en voie de réfection. On n’a rien contre la pizza en pensée unique, mais on a parfois l’impression de pagayer dans la sauce tomate. L’ardoise, excitante, est en réalité...

Palm, le nouveau resto en musique du Vieux-Lyon

Une amie nous a tenu par la main, et quasiment en laisse, pour visiter un restaurant soi-disant sous emprise de musique électro. Ce n’est pas qu’on déteste dîner en musique, mais tout est une question de volume... et de genre (par exemple le dîner à violon tzigane est une impossi...