Sortir à Lyon
Partager cet article :

Art restau­rant, le resto qui fait bouger Ainay

Art restaurant, le resto qui fait bouger Ainay à Lyon.
Les trois compères du Art restaurant (photo Tom Augendre).

Si le trip­tyque entrée/plat/dessert reste soli­de­ment ancré à l’heure du déjeu­ner, un vaste mouve­ment de fond le pulvé­rise façon puzzle au moment du dîner. Le tout nouveau Art restau­rant obéit à ces nouvelles règles, ou plutôt à l’ab­sence de règles. Tout d’abord le restau­rant, équipé d’un comp­toir aux bras grands ouverts, propose une carte de cock­tails suffi­sante pour augu­rer de débuts de soirée plus liquides que solides. Outre les indis­pen­sables mojito, caïpi­rinha et pina colada, on peut tester quelques créa­tions comme le Letchia à base de gin, litchi, Saint-Germain et blanc d’œuf. Ce que nous n’avons pas fait dans la mesure où nous avions réservé pour 12h30, ce qui socia­le­ment parlant est un peu tôt pour attaquer des bois­sons très alcoo­li­sées. Même le bloody Mary, un rituel britan­nique clas­sique du brunch domi­ni­cal (très fréquenté), est rare­ment demandé. Le thé matcha, les avocado toast la diété­tique sont passés par là.

Palette de plats en carte du soir

Ensuite la carte du soir, à tendances gastro­no­miques, propose une palette de plats, des Saint-Jacques/ beurre de corail, à la canette /pied de mouton (le cham­pi­gnon, pas la patte de l’ovin) incite au partage dans le désordre, plutôt qu’à l’or­don­nan­ce­ment clas­sique. C’est le moment de citer la présence rare d’un bœuf Welling­ton, une spécia­lité de filet de bœuf en croûte piquée au réper­toire français par les Anglais, en hommage perfide au duc de Welling­ton, vainqueur de Water­loo. Ce sera pour une prochaine visite. Rappe­lons-le, nous étions là à l’heure du déjeu­ner. Ce type ne sert à rien, direz vous. Mais si, il est aussi utile d’ap­pré­cier un établis­se­ment par le petit bout de la lorgnette. Comme par exemple ce joli verre de char­don­nay (ici on parle beau­coup en cépages, à l’Amé­ri­caine) qui précé­dait une patate douce rôtie, courge et gorgon­zola, très travaillée (graine de courges, graines de moutarde maison, cébettes) dans une élégante assiette. On a été un peu moins convaincu par le carpac­cio de bœuf à l’asia­tique qu’on jugeait envahi par un goût de fumée, alors que le chef ne planque pas de barbe­cue honteux dans les cuisines. En revanche, on a parti­cu­liè­re­ment appré­cié l’in­tro­duc­tion de café dans le poulet/patate douces et l’heu­reuse présence de caca­huètes dans le steak de thon/chou rouge. Les asso­ciés, issus de Bourges, mais avec un parcours inter­na­tio­nal (Alexandre, Ronan et Thibaut : A.R.T) font preuve à la fois d’ima­gi­na­tion et d’équi­libre, cuisinent word­wilde et produits locaux, esthé­tisent sans manié­risme moder­ni­sant. Encore une belle adresse à Ainay, un quar­tier qui bou®ge.

Art restau­rant. 3 rue Sala, Lyon 2e. 06 74 86 46 81. Fermé dimanche soir, lundi midi et mardi .Formule : 21 euros (midi). Menu : 26 euros (midi). Carte du soir : comp­ter entre 35 et 50 euros. Verre de char­don­nay (Bour­gogne) : 5 euros. Brunch : 25 euros.

Plat-dessert à moins de 15 € chez Marcelle et Daniel

On nous avait parlé de ce restaurant comme « probablement récent ». Marcelle et Daniel, des prénoms qui martèlent le concept « retour à la cuisine de mémé », incarnent gros comme un pot au feu un mouvement de rétropédalage vers la cuisine d’antan. En réalité, Marcelle et Daniel o...

Le Comp­toir Phénix, le nouveau resto des quais de Saône

Le Phénix, l’oiseau mythique, est connu pour renaître de ses cendres. Le Phénix, l’hôtel, n’a pas attendu d’être incinéré pour opérer une opération cosmétique. Il faut dire que les derniers travaux de rénovation dataient d’il y a trente ans. Adieu l’ambiance vintage, bonjour l’hô...

Saxi­frage, le nouveau resto japo­nais de Lyon 6e

Malgré ce nom qui sonne bien la France, Saxifrage est le tout nouveau restaurant d’une Japonaise. Pour mémoire les saxifrages forment une famille de jolies plantes de rocaille, comestibles. On ne sait pas si la cheffe Yumika Tokita en utilise. En tout cas, son projet, réussi, est...

Un festi­val de saveurs dégou­pillées à La Grenade

L’univers culinaire adore s’enrober de préceptes intangibles, pour mieux se contredire le lendemain. C’est ce qui en fait sa vitalité. La concept tout à fait valide selon lequel une recette idéale doit se réduire à trois goûts dans l’assiette, s’affale face aux plats servis à la ...