Sortir à Lyon

Etienne Gaudillère : « Les dialogues de cinéma sont très inté­res­sants au théâtre »

Rentrée cultu­relle. Asso­cié à la nouvelle équipe du théâtre du Point du jour, Etienne Gaudillère monte un des projets les plus origi­naux de la rentrée : Elle et lui, du théâtre en appar­te­ment composé à partir de dialogues de cinéma. Vous pouvez même l’in­vi­ter dans votre cuisine pour jouer !

Vous reve­nez avec une nouvelle pièce, Elle et lui, une histoire d’amour faite exclu­si­ve­ment de scènes issues du cinéma. Comment avez-vous procédé ?

Etienne Gaudillère : « Elle et lui est en fait extrait de Cannes trente-neuf quatre-vingt-dix que j’ai créé avant l’été. L’idée est de recréer une histoire d’amour unique­ment avec des dialogues issus de films, cultes ou pas d’ailleurs. Il s’agit de donner vie à une aven­ture nouvelle avec plusieurs histoires univer­selles, et de permettre aux spec­ta­teurs à la fois de s’amu­ser des cita­tions s’ils recon­naissent les films, mais de faire aussi davan­tage qu’une succes­sion de scènes de cinéma. Nous avons passé beau­coup de termps à regar­der cent vingt extraits de films, puis j’ai fait le montage cet été. Les dialogues du cinéma sont très inté­res­sants à étudier pour nous : par exemple, dans les comé­dies anglaises comme Love Actually, les dialogues sont très courts et donc peu utili­sables pour le théâtre. À l’in­verse, certains films comme Mon Roi, ou La maman et la putain sont des mines d’or ! Il faut que le texte tienne la route, alors on cherche des films avec de la matière … ça va des Liai­sons dange­reuses à Wong Kar Wai en passant par la nouvelle scène. Tous les dialogues seront issus de films, il y aura peut-être seule­ment une scène qui n’existe pas au cinéma.

Comment faire du théâtre en appar­te­ment ?

C’est la première fois que j’en fais. On est direc­te­ment plon­gés dans l’in­ti­mité d’un lieu, et je suis très curieux de voir la proxi­mité avec le public. Il n’y aura pas d’autre décor, il va falloir jouer avec ce qu’il y a sur place, adap­ter les dépla­ce­ments … La seule contrainte que j’ai impo­sée, c’est d’avoir des cuisines ouvertes et visibles. La cuisine amène de la vie, de l’ac­tion et du réalisme dans les dialogues.

Vous vous êtes fait connaître avec Pale Blue Dot écrit à partir de l’af­faire Wiki­leaks, aujourd’­hui on vous retrouve dans une pièce à la théma­tique tota­le­ment diffé­rente. Aviez-vous besoin d’un peu de légè­reté ?

C’est vrai que Elle et Lui n’a pas de prisme poli­tique, mais le sujet n’est pas léger. Les ruptures amou­reuses, ce n’est pas léger… Tout est poli­tique : ce que l’on pense, la façon dont on s’ha­bille, même notre sexua­lité sont des produits de la collec­ti­vité. Je suis fasciné par la façon dont la mode et son évolu­tion recoupent les grandes tendances socié­tales. Je pense que le théâtre peut faire prendre conscience de ça. Mon théâtre est poli­tique, comme beau­coup, mais pas mili­tant, car je refuse tout mani­chéisme. Sur l’en­ga­ge­ment, j’ai l’im­pres­sion que le théâtre peut montrer ce qui devrait chan­ger, et que cela a une influence sur l’in­cons­cient. Je ne suis jamais sorti d’une pièce en me disant : « Ca y est, je m’en­carte ! » Mais le théâtre est fonda­men­ta­le­ment poli­tique parce qu’il reflète la société actuelle et amène un certain recul sur les choses, une focale plus large sur les ques­tions de société. C’est ce qui fait sa force par rapport à la culture du zapping.

La program­ma­tion du théâtre à Lyon est souvent targuée d’être rela­ti­ve­ment clas­sique. Qu’en pensez-vous ?

Je pense que la fron­tière entre clas­sique et contem­po­rain n’existe pas vrai­ment. On peut avoir un texte dit clas­sique monté de manière contem­po­raine, et inver­se­ment. Ce qui est inté­res­sant, avec les formes plus légères comme le théâtre en appar­te­ment, c’est d’in­clure les spec­ta­teurs dans l’his­toire. Ils font partie de la compa­gnie, c’est très précieux, et cela permet aussi de décen­tra­li­ser le théâtre. Même si ce n’est pas un spec­tacle parti­ci­pa­tif, j’ai le senti­ment de mettre le spec­ta­teur dans sa posi­tion de spec­ta­teur. Il y a même un petit côté voyeur, comme si on regar­dait ce qu’il se passait chez les voisins. C’est assez exci­tant ! »

Propos recueillis par Nelly Pailleux

Elle et lui, scènes mythiques du cinéma dans l’in­ti­mité d’ap­par­te­ments. Ecrit et mis en scène par Etienne Gaudillère, avec Clément Lefebvre et Leïla Brahimi. Du vendredi 20 au mercredi 25 septembre à 20h, dans diffé­rents appar­te­ments du 5e aron­dis­se­ment. Pour parti­ci­per ou accueillir le spec­tacle : par mail terri­toi­[email protected]­point­dujour­theatre.fr ou par télé­phone 04 78 25 27 59

Et aussi :

  • Cannes Trente-neuf Quatre-vingt dix par Etienne Gaudillère et la compa­gnie Y.

Mercredi 2 octobre à 19h30 et jeudi 3 octobre à 20h30 au théâtre de Ville­franche. De 15 à 25 €. thea­tre­de­vil­le­franche.com

Mardi 15 octobre à 19h30 au théâtre La Mouche à Saint-Genis Laval. De 12 à 24 €. la-mouche.fr

  • Pale Blue dot, une histoire de Wiki­leaks d’Etienne Gaudillère.Du mardi 12 au jeudi 14 mai 2020 au théâtre du Point du jour, Lyon 5. De 13 à 18 €. point­dujour­theatre.fr

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

Qui est in, qui est out ?

Installation. Le meilleur musée d'art contemporain de l'agglo est à Saint-Etienne, et le « MAMC » réouvre avec pas moins de 4 expos après plusieurs mois de travaux et quelque 3000 m2 rénovés. A côté de la découverte majeure du dessinateur Alexandre Léger (lire p 32), Entrare nell...

Conver­sa­tion entre frères

uo. Il porte haut les couleurs de l’illustration à la française avec ses dessins drolatiques et colorés, faussement naïfs. Deux ans après l’exposition Le Week-end, Jean Jullien revient à la galerie Slika, toujours en compagnie de son frère Nicolas, vidéaste et musicien. Les deux ...