Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le Moi et le Je

Créa­tion. Pour sa dernière produc­tion à la Comé­die de Valence qu’on a la chance de voir passer par Lyon, Richard Brunel, futur direc­teur de l’Opéra de Lyon, est aussi modeste (deux acteurs sur scène) que soigné : un texte inédit construit comme un inter­ro­ga­toire à rebours dessine le portrait psychique d’une femme au bord du débord, animée par une colère, couvant aussi bien dans son couple qu’à son travail. Aussi à l’aise dans la rudesse ouvrière que dans la sensua­lité dont elle rêve encore en dénouant ses cheveux, Anne Benoît est impres­sion­nante, la voix modu­lant sans cesse, jusqu’à un jeu de rôles verti­gi­neux dévoi­lant aussi bien ses failles intimes que ce qu’une oppres­sion sociale peut coûter, dans une scéno­gra­phie qui module sans cesse entre ses fantasmes et la réalité. Un petit bijou de noir­ceur. L.H.

Otages de Nina Bouraoui. Mise en scène Richard Brunel. Jusqu’au samedi 30 novembre à 20h au théâtre du Point du jour, Lyon 5e. De 13 à 18 €. point­dujour­theatre.fr

Les Horten­sias, la pire pièce de théâtre à voir en ce moment

Les Hortensias, une ancienne abbaye transformée en EHPAD, accueille une clientèle de choix. D’anciens artistes du spectacle vivant y coulent des jours tranquilles, jouent aux cartes, peignent des vergers et se remémorent leur gloire passée. Le temps est passé par là et les journé...

Change Me, l’his­toire vraie d’un homme trans­genre

Comment montrer ce qui est caché ? Axel, un jeune homme de 21 ans, est né dans un corps de femme. Il cache ce secret à sa copine et ses amis pour tenter d’être accepté. Mais pendant la soirée de son vingt-et-unième anniversaire, sa nature biologique est dévoilée et l’histoire bas...

Tout en douceur, le dernier spec­tacle de Jérôme Comman­deur

Entretien avec un de nos comiques préférés, Jérôme Commandeur, qui revient à Lyon pour son nouveau film, et un remix de son dernier spectacle. Votre nouveau spectacle Toujours en douceur est-il une nouvelle version de Tour en douceur ? Jérôme Commandeur : C’est une suite. J...