Sortir à Lyon
Partager cet article :

Plat de résis­tance

Théâtre poli­tique. C’était le spec­tacle d’ou­ver­ture du festi­val d’Avi­gnon, avec un rôle de patriarche créé sur mesure pour Jacques Weber qui n’avait jamais joué dans le Cour d’hon­neur. On ne sait pas comment le grand plateau au mobi­lier blanc étalé sur des dizaines de mètres à Avignon atter­rira en minia­ture sur la petite scène des Céles­tins, mais cette Archi­tec­ture avec parmi les plus grands acteurs du théâtre d’aujourd’­hui, ne manque pas de panache. Pour son nouveau texte, Pascal Rambert reprend à peu près le théâtre là où Thomas Bern­hard l’avait laissé : dans le déchi­re­ment d’une famille vien­noise au début du XXe siècle autour de la guerre entre un fils homo­sexuel et son archi­tecte de patriarche. Longs mono­logues rageurs, irrup­tion de la folie, évoca­tion des arts comme la musique à travers le person­nage de compo­si­teur de Denis Poda­ly­dès, ce jeu de massacre fami­lial à longues gorgées de logor­rhées rappelle la Place des héros de Krys­tian Lupa, notam­ment lors de la grande scène de repas. Rien de nouveau sous le soleil noir des relents natio­na­listes donc, mais Laurent Poitre­naux est extra­or­di­naire en jour­na­liste de Valeurs actuelles empê­tré dans une morale inte­nable, même si les rôles fémi­nins restent un peu trop en-deçà. Car malgré quelques morceaux de bravoure, le spec­tacle verse malheu­reu­se­ment trop rapi­de­ment dans les formules poli­tiques à la petite semaine, enfonçant toutes les portes ouvertes des sujets socié­taux d’aujourd’­hui (mariage gay, natio­na­lisme, avor­te­ment, on en passe), jusqu’à l’ab­sur­dité : “oui, nous n’avons rien en commun mais nous avons tout en commun” (sic). A force de s’en­fon­cer un peu trop dans “ le royaume du langage”, Pascal Rambert finit par s’écou­ter un peu trop écrire, reven­diquant telle­ment de vouloir parler de tous les problèmes poli­tiques d’aujourd’­hui qu’il finit par n’en rien dire. Reste le plai­sir d’ac­teurs, qui n’est pas mince, la musique de Stanis­las Nordey ouvrant le spec­tacle étant la seule à surna­ger ce babillage poli­tique volu­bile et assez vain. A voir selon votre amour des acteurs, donc. L.H.

Archi­tec­ture de Pascal Rambert avec Stanis­las Nordey, Jacques Weber, Emma­nuelle Béart, Audrey Bonnet, Denis Poda­ly­dès…

Du mardi 7 au vendredi 10 janvier à 19h (ven 20h30) à Bonlieu, scène natio­nale d’An­necy. De 10 à 29 €. bonlieu-annecy.com

Du mercredi 15 au vendredi 17 janvier à 20h à la Comé­die de Cler­mont-Ferrand, maison de la culture. De 14 à 30 €. laco­me­die­de­cler­mont.com

Du mercredi 12 au mardi 18 février à 20h (dim 16h) au théâtre des Céles­tins, grande salle, Lyon 2e. De 9 à 40 €. thea­tre­des­ce­les­tins.com

Un.e pour tou.te.s ! Le dessin animé des 4 mousque­taires

67 chapitres des célèbres Mousquetaires d’Alexandre Dumas en à peine 1 heure à la façon d’un dessin animé Pixar ? C’est possible, grâce à la compagnie La Douce et leur mise en scène collective volontiers déjantée. A condition d’ajouter dans les ingrédients des chansons, saynètes ...

La peur, le tabou et le silence de l’église

Si on était au cinéma, la nouvelle pièce de François Hien serait précédée de l’habituel sur-titre “D’après une histoire vraie”. En tant que Lyonnais, impossible de ne pas voir le clin d'œil fait au procès Barbarin et à l’affaire Preynat, dont La Peur s'inspire, tout en prenant se...

Bolly­wood fait danser indien à la Maison de la danse

Vous aimez les films bollywoodiens, les histoires d'amour impossible qui finissent bien et les costumes colorés ? Alors prenez-vous pour un chanteur de Bollywood avec cette comédie musicale kitsch en diable qui rend hommage au genre cinématographique indien le plus prolifique. On...

Le grand William Forsythe à Lyon pour la 1ere fois

Après une pièce du ballet de l’Opéra de Lyon en ouverture de saison, William Forsythe revient en personne et pour la première fois à la Maison de la danse s’il vous plaît, pour un Soir tranquille qui date de 2018, donc tout récent, sur des musiques de Rameau et des costumes color...