Sortir à Lyon
Partager cet article :

Plat de résis­tance

Théâtre poli­tique. C’était le spec­tacle d’ou­ver­ture du festi­val d’Avi­gnon, avec un rôle de patriarche créé sur mesure pour Jacques Weber qui n’avait jamais joué dans le Cour d’hon­neur. On ne sait pas comment le grand plateau au mobi­lier blanc étalé sur des dizaines de mètres à Avignon atter­rira en minia­ture sur la petite scène des Céles­tins, mais cette Archi­tec­ture avec parmi les plus grands acteurs du théâtre d’aujourd’­hui, ne manque pas de panache. Pour son nouveau texte, Pascal Rambert reprend à peu près le théâtre là où Thomas Bern­hard l’avait laissé : dans le déchi­re­ment d’une famille vien­noise au début du XXe siècle autour de la guerre entre un fils homo­sexuel et son archi­tecte de patriarche. Longs mono­logues rageurs, irrup­tion de la folie, évoca­tion des arts comme la musique à travers le person­nage de compo­si­teur de Denis Poda­ly­dès, ce jeu de massacre fami­lial à longues gorgées de logor­rhées rappelle la Place des héros de Krys­tian Lupa, notam­ment lors de la grande scène de repas. Rien de nouveau sous le soleil noir des relents natio­na­listes donc, mais Laurent Poitre­naux est extra­or­di­naire en jour­na­liste de Valeurs actuelles empê­tré dans une morale inte­nable, même si les rôles fémi­nins restent un peu trop en-deçà. Car malgré quelques morceaux de bravoure, le spec­tacle verse malheu­reu­se­ment trop rapi­de­ment dans les formules poli­tiques à la petite semaine, enfonçant toutes les portes ouvertes des sujets socié­taux d’aujourd’­hui (mariage gay, natio­na­lisme, avor­te­ment, on en passe), jusqu’à l’ab­sur­dité : “oui, nous n’avons rien en commun mais nous avons tout en commun” (sic). A force de s’en­fon­cer un peu trop dans “ le royaume du langage”, Pascal Rambert finit par s’écou­ter un peu trop écrire, reven­diquant telle­ment de vouloir parler de tous les problèmes poli­tiques d’aujourd’­hui qu’il finit par n’en rien dire. Reste le plai­sir d’ac­teurs, qui n’est pas mince, la musique de Stanis­las Nordey ouvrant le spec­tacle étant la seule à surna­ger ce babillage poli­tique volu­bile et assez vain. A voir selon votre amour des acteurs, donc. L.H.

Archi­tec­ture de Pascal Rambert avec Stanis­las Nordey, Jacques Weber, Emma­nuelle Béart, Audrey Bonnet, Denis Poda­ly­dès…

Du mardi 7 au vendredi 10 janvier à 19h (ven 20h30) à Bonlieu, scène natio­nale d’An­necy. De 10 à 29 €. bonlieu-annecy.com

Du mercredi 15 au vendredi 17 janvier à 20h à la Comé­die de Cler­mont-Ferrand, maison de la culture. De 14 à 30 €. laco­me­die­de­cler­mont.com

Du mercredi 12 au mardi 18 février à 20h (dim 16h) au théâtre des Céles­tins, grande salle, Lyon 2e. De 9 à 40 €. thea­tre­des­ce­les­tins.com

Slalom, le + beau film de la rentrée

Longtemps repoussé, le premier film de Charlène Favier tourné en Savoie sort enfin pour la réouverture des salles le 19 mai prochain. Un sujet brûlant (l'emprise d'un coach sur une jeune skieuse), la révélation d'une cinéaste subtile qui mise sur la complexité des personnages... ...

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Echec et mate aux Céles­tins

Pour une fois, ça tombe bien qu'un spectacle soit retransmis en ligne : au début de ça marchera jamais - qu'on avait pu voir avant la débandade sur la petite scène de l'Elysée - le metteur en scène, Nicolas Ramond, fait une apparition vidéo en guise d'introduction (photo ci-dess...

Coeur amer

Classique. Les grands classique en alexandrins, ça passe parfois encore mieux avec un acteur-vedette dans le rôle titre. C'est ce que tente aujourd'hui Lambert Wilson en Misanthrope de Molière, perruque longue, redingote et boutons dorés pour agrémenter un physique déjà avantageu...