Sortir à Lyon

Les sultans sont durs

Néo-clas­sique. La langue de Racine est la plus limpide et la plus géniale qui soit, mais sson théâtre reste redou­table à mettre en scène: la spatia­li­sa­tion, les costumes et les décors ne se résument souvent qu’à une pesan­teur acadé­mique, les mots restant plus fort que tout. Aucune raison que ce soit le cas avec Frank Castorf, parent terrible de la scène berli­noise, qui passe à Valence, haut lieu du théâtre contem­po­rain, souvent en avance sur Lyon. D’abord parce qu’il s’at­taque à un texte méconnu, plus violent qu’à l’ac­cou­tu­mée de la part de Racine, fantas­mant autour de l’Orient. Ensuite parce que Castorf y adjoint des textes d’An­to­nin Artaud pour provoquer un cock­tail explo­sif (clas­siques, s’asb­te­nir). Enfin parce qu’il sait ce que scéno­gra­phie veut dire, et que c’est une Jeanne Bali­bar dénu­dée qui vient trôner au milieu de ce chaos en muse véné­neuse. Bref, on meurt d’en­vie de le voir. L.H.

Baja­zet, en consi­dé­rant le théâtre et la peste, d’après Anto­nin Artaud et Racine. Mise en scène Frank Castorf. Mercredi 12 et jeudi 13 février à 20h à la Comé­die de Valence. De 14 à 25 €. come­die­de­va­lence.com

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

L’art de la récup’ subver­sive

De la styliste britannique Vivienne Westwood, on retient surtout la période punk, quand elle habillait les Sex Pistols et imprimait des T-shirts à message qui faisaient scandale. Ce qu’on sait moins, c’est que cette autodidacte s’est forgé une connaissance encyclopédique de l’his...

Ambro­nay, pas cher et parti­ci­pa­tif

C'est le dernier des festivals d'été habituellement et le premier qui aura bien lieu cette année. Le festival d'Ambronay a tout mis en oeuvre pour accueillir le public dans les meilleurs conditions possibles, sanitaires bien sûr, mais aussi au niveau du confort visuel. Vous pourr...

Quand Stefan Zweig était à Lyon

Lecture. On le sait peu, mais l’auteur du Joueur d’échecs et de Vingt-quatre heures de la vie d’une femme s’est intéressé de près à l’une des pages les plus sanglantes de l’histoire lyonnaise. Dans son recueil de nouvelles La Confusion des sentiments et autres récits, traduites p...

Vise-moi Wiesel

Il a une tête de premier de la classe et l’insolence d’un cancre. Le genre de sale gosse à raconter sans sourciller qu’on peut tuer une femme en soufflant dans son vagin ou à faire rire avec un sketch sur les assurances maladies… Le Suisse Thomas Wiesel s’est même fait une belle ...