Sortir à Lyon

Jean-Claude Gallotta : « Bashung savait que ce serait son testa­ment »

Danse pop. L’an­cien direc­teur du Centre Choré­gra­phique de Grenoble fête les 10 ans de son spec­tacle L’Homme à tête de chou, dernier enre­gis­tre­ment d’un certain Alain Bashung. Et nous raconte sa rencontre avec le chan­teur, ainsi que sa passion pour le rock et la danse et sa rencontre avec le chan­teur.

L’Homme à tête de chou est un des premiers disques que vous aviez acheté ado ?

Jean-Claude Gallotta : Oui, j’avais un ami rockeur qui m’avait dit qu’il fallait abso­lu­ment écou­ter ça. L’al­bum a fait un bide à l’époque (1976, ndlr), mais est il est devenu culte pour nombre de musi­ciens de part sa concep­tion très nova­trice. Moi je le voyais comme un film avec une conti­nuité, mais je ne m’in­té­res­sais pas encore à la danse à l’époque et j’ima­gi­nais encore moins en faire une choré­gra­phie un jour !

Il y a dix ans, c’est vous qui avez choisi Bashung pour le réen­re­gis­trer pour votre spec­tacle ?

Oui, un produc­teur m’a proposé ce projet et j’ai tout de suite dit ok. Bashung avait donné un concert en 2004 à Grenoble pour l’inau­gu­ra­tion de la nouvelle MC2 où je travaillais. Il voulait déjà que e fasse des choré­gra­phies pour ses concerts, mais la mort dans l’âme j’ai dû décli­ner, j’étais trop par mon spec­tacle de réou­ver­ture. On s’est croi­sés et il m’a dit comme un présage en coulisses : « On se retrou­vera ». J’ai donc tout de suite pensé à lui quand on m’a proposé L’Homme à tête de chou, d’au­tant que j’étais fan et qu’il incar­nait pour moi le rock français. Mais il était encore en pleine gloire, bardé d’agents même s’il gardait sa liberté. Mon produc­teur n’y croyait pas trop mais je lui ai dit « essayons » et Bashung a tout de suite dit « oui ». Il était adorable, il a pris le projet au sérieux très tôt, on travaillait dans les hôtels de Grenoble très en amont. Il faisait déjà des essais de rythmes et de tempos en me deman­dant ce qui pouvait aller pour ma choré­gra­phie… J’étais gêné, au début, je n’a pas forcé­ment de plan très précis, je travaillais à l’ins­tinct et j’ai tendance à lais­ser les choré­gra­phies ouvertes aux quatre vents des émotions. Malheu­reu­se­ment, assez vite il est devenu malade et heureu­se­ment il avait enre­gis­tré la bande-son d’es­sai qu’on entend dans le spec­tacle avant de ne plus avoir de souffle. On a même gardé les erreurs, comme lorsqu’il dit « maman » au lieu de « moment ». Il savait que ce serait son testa­ment et c’est lui qui voulait que le spec­tacle existe, sinon je n’au­rai jamais pu.

C’est moins diffi­cile de le reprendre aujourd’­hui ?

C’est certain. J’aime beau­coup reprendre les spec­tacles en géné­ral, les miens ou ceux des autres. On est comme des auteurs de théâtre, il faut qu’on soit joué pour exis­ter. Mais si le spec­tacle a été un succès, il entrait en pleine colli­sion avec le deuil pour nous. C’était donc très compliqué, assez doulou­reux même, sur le moment. Quand le prin­temps de Bourges a voulu le reprendre pour les 10 ans, je me suis dit que ça pouvait être une bonne idée : il y a une joie et une éner­gie dans le spec­tacle qu’on retrouve aujourd’­hui avec plai­sir, plus faci­le­ment, même s’il garde sa dimen­sion testa­men­taire.

Vous basez-vous sur les vidéos pour reprendre vos choré­gra­phies ?

Oui, je crois qu’a­vec Claude Mourié­ras (cinéaste et direc­teur de la Ciné-fabrique à Lyon), on a réalisé la première vidéo-danse au début des années 80. On s’est d’ailleurs pris une volée de bois vert à l’époque de la part des gens du spec­tacle vivant qui nous repro­chait de « mettre en conserve » les spec­tacles, alors que c’était tout le contraire, on leur permet­tait d’exis­ter dans le temps.

Vous vous êtes aussi pris une volée de bois vert en abor­dant le rock et l’éro­tisme au fémi­nin qui va avec ?

Oui, c’est vrai­ment le rock qui m’a nourri avant la danse. Dans mes premiers spec­tacles, j’ai pu me faire conspuer mais pour moi ce n’était pas de la provoc, c’était comme le fait le rock une façon de trans­gres­ser l’ordre établi de manière poétique pour la faire parta­ger par le plus grand nombre. L’éro­tisme chez Gains­bourg ou Bashung peut-être cru mais il garde quelque chose de poétique.

Comment avez-vous choré­gra­phier Varia­tions sur Mari­lou, sommet de rock érotique?

C’est déjà très beau en soi, il ne faut surtout pas en rajou­ter. J’ai essayé de rester dans un entre-deux autour de deux plans : Mari­lou qui se trémousse et les danseurs qui figurent la musique derrière elle. L’idée de la varia­tion rejoi­gnait mon amour pour Cunnin­gham, que j’avais déjà essayé de lier à la musique : dans My rock, j’avais imaginé une rencontre entre Cunnin­gham et Elvis qui étaient contem­po­rains dans les années 50 sans jamais se connaître. Après Ladies Rock autour des rockeuses, c’était un peu une façon pour moi de boucler une trilo­gie. »

Propos recueillis par Luc Hernan­dez

L’Homme à tête de chou, choré­gra­phie de Jean-Claude Gallotta, musique de Gains­bourg chanté par Bashung. Du mardi 11 au vendredi 14 février à 20h30 à la Maison de la danse, Lyon 8. De 22 à 44 €. maison­de­la­danse.com

Vous pouvez voir un extrait du spec­tacle sur Nume­ri­danse, le site de la Maison de la danse, << ici >>.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

L’art de la récup’ subver­sive

De la styliste britannique Vivienne Westwood, on retient surtout la période punk, quand elle habillait les Sex Pistols et imprimait des T-shirts à message qui faisaient scandale. Ce qu’on sait moins, c’est que cette autodidacte s’est forgé une connaissance encyclopédique de l’his...

Ambro­nay, pas cher et parti­ci­pa­tif

C'est le dernier des festivals d'été habituellement et le premier qui aura bien lieu cette année. Le festival d'Ambronay a tout mis en oeuvre pour accueillir le public dans les meilleurs conditions possibles, sanitaires bien sûr, mais aussi au niveau du confort visuel. Vous pourr...

A l’ombre de 2 jeunes filles en fleurs

Le nouveau documentaire de Sébastien Lifshitz ressemble à un pari un peu fou : condenser en deux heures les cinq années durant lesquelles il s’est incrusté dans le quotidien de deux adolescentes, pour en garder la substantifique moelle. En résulte un documentaire épuré et délicat...