Sortir à Lyon
Partager cet article :

Belle et Jean-Sébas­tien

Ballet. « La danse est à la marche ce que le chant est au parlé » nous avait confié il y a quelque temps lors d’une inter­view la grande choré­graphe Anne Teresa de Keers­mae­ker. « Je conti­nue de penser que toutes les musiques peuvent être dansées, mais la musique du XXe siècle a tota­le­ment changé le rapport entre la danse et la musique, même si Le Sacre du prin­temps est l’une des plus belles musiques du monde. Il n’y a rien de plus concret qu’un corps. C’est ce qui donne une présence parti­cu­lière à la danse : il n’y a pas plus contem­po­rain qu’un corps. Depuis, elle a mis en scène Cosi fan tutte de Mozart à l’Opéra de Paris, en privi­lé­giant comme toujours « la beauté abstraite et la compo­si­tion ». Son art consommé des combi­nai­sons de groupe et son goût prononcé pour la varia­tion en font une inter­prète privi­lé­giée de la musique de Bach, son compo­si­teur de prédi­lec­tion. Elle reprend aujourd’­hui à Genève son travail autour des six concer­tos bran­de­bour­geois à la vita­lité débor­dante. Une rencontre au sommet avec sa compa­gnie Rosas, et la musique du B’Rock orches­tra dirigé par Aman­dine Beyer. Immanquable. L.H.

Les Six concer­tos bran­de­bour­geois de Bach par Anne Teresa de Keers­mae­ker et sa compa­gnie Rosas. Direc­tion musi­cale Aman­dine Beyer et le B’rock orches­tra. Du jeudi 20 au dimanche 23 février à 20h (dim 15h). De 17 à 99 CHF. gtg.ch

Un.e pour tou.te.s ! Le dessin animé des 4 mousque­taires

67 chapitres des célèbres Mousquetaires d’Alexandre Dumas en à peine 1 heure à la façon d’un dessin animé Pixar ? C’est possible, grâce à la compagnie La Douce et leur mise en scène collective volontiers déjantée. A condition d’ajouter dans les ingrédients des chansons, saynètes ...

La peur, le tabou et le silence de l’église

Si on était au cinéma, la nouvelle pièce de François Hien serait précédée de l’habituel sur-titre “D’après une histoire vraie”. En tant que Lyonnais, impossible de ne pas voir le clin d'œil fait au procès Barbarin et à l’affaire Preynat, dont La Peur s'inspire, tout en prenant se...

Bolly­wood fait danser indien à la Maison de la danse

Vous aimez les films bollywoodiens, les histoires d'amour impossible qui finissent bien et les costumes colorés ? Alors prenez-vous pour un chanteur de Bollywood avec cette comédie musicale kitsch en diable qui rend hommage au genre cinématographique indien le plus prolifique. On...

Le grand William Forsythe à Lyon pour la 1ere fois

Après une pièce du ballet de l’Opéra de Lyon en ouverture de saison, William Forsythe revient en personne et pour la première fois à la Maison de la danse s’il vous plaît, pour un Soir tranquille qui date de 2018, donc tout récent, sur des musiques de Rameau et des costumes color...