Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les Céles­tins sens dessus dessous!

Après le TNP et en atten­dant la Croix-Rousse ou le Point du jour, Les Céles­tins viennent de dévoi­ler leur nouvelle saison 20–21, où l’on retrou­vera Philippe Torre­ton en Gali­lée dans la reprise du spec­tacle de Clau­dia Stavisky (lire notre critique << ici >>). En atten­dant de retrou­ver l’ac­teur dans « Tout mon amour », la nouvelle mise en scène d’Ar­naud Meunier, tirée de Laurent Mauvi­gnier, avec Anne Brochet à ses côtés. A côté des grands clas­siques aux grands noms (La Mouette, Cyrano de Berge­rac, Guillaume Galienne chez Dario Fo, Mari­vaux par Thomas Jolly), c’est surtout la venue de grandes figures inter­na­tio­nales qui fait le sel de cette nouvelle saison, à commen­cer par le spec­tacle événe­ment de Kirill Sere­bren­ni­kov à Avignon 2019, Outside, hommage au photo­graphe chinois Ren Hang, avec cet art total propre au cinéaste de Leto, mêlant ici théâtre, danse et musique à foison (photo). On a hâte. Plus radi­cal, le maître suisse de la décons­truc­tion théâ­trale, Chris­toph Martha­ler, sera pour la première fois à Lyon pour King Size, une « comé­die loufoque » selon la présen­ta­tion, très courte (1h20). L’oc­ca­sion de décou­vrir un des grands noms du théâtre euro­péen d’aujourd’­hui, souvent expé­ri­men­tal, quitte à établir un rapport parfois conflic­tuel avec les spec­ta­teurs… Vous voilà préve­nus ! Tout comme la géniale perfor­meuse espa­gnole Ange­lica Lidell pour son nouveau spec­tacle « coup de poing », Una costilla sobre la mesa, ou comment abor­der le deuil d’une mère à travers les rites les plus exubé­rants… Plus doux, Tiago Rodrigues, repré­sen­tant de la nouvelle géné­ra­tion théâ­trale portu­gaise, vien­dra aussi présen­ter son By heart, toujours au croi­se­ment de l’in­time et de la poésie. Après avoir fait l’évé­ne­ment à Avignon pendant plusieurs années, Tiago Rodrigues avait été l’in­vité du théâtre de Ville­franche mais n’était jamais venu à Lyon. Voilà qui est réparé.

Cap sur les compa­gnies régio­nales.

Avec l’ar­ri­vée de Pierre-Yves Lenoir à la direc­tion des Céles­tins et la réou­ver­ture de la petite salle de la Céles­tine, l’au­guste insti­tu­tion lyon­naise a aussi davan­tage fait la place aux compa­gnies régio­nales et à des projets souvent plus auda­cieux. Comme le très beau ça marchera jamais de Nico­las Ramond créé la saison dernière sur la « petite » scène de l’Ely­sée à la Guillo­tière, béné­fi­ciant cette fois de la visi­bi­lité du plus grand théâtre de Lyon. Tout comme on aura plai­sir à retrou­ver Simon Delé­tang ou Raphael Defour pour des spec­tacles singu­liers sur cette même scène de la Céles­tine. Le coup d’en­voi est annoncé pour fin septembre et désor­mais, la date semble crédible. Vive­ment la rentrée qu’on retourne dans les salles de spec­tacle !

Décou­vrez la nouvelle saison 20–21 des Céles­tins << ici >>.

Lire notre critique de La Vie de Gali­lée avec Philippe Torre­ton, mise en scène Clau­dia Stavisky, << ici >>.

Céles­tins en plein air : le bonheur en cartons !

Deux acteurs, quelques morceaux de carton et de l’humour, le tout sur la place du théâtre des Célestins. Dans Les Gros patinent bien, Olivier Martin-Salvan et Pierre Guillois incarnent un acteur shakespearien et un homme à tout faire. Ensemble, ils partent pour un périple à trave...

Un festi­val de danse gratuit cet été

Après la Biennale, la danse continue… Les festivités ne sont pas encore terminées que Dominique Hervieu a déjà un coup d’avance en lançant pour la première fois un festival de danse entièrement gratuit à découvrir dans l’espace public jusqu’au 8 juillet, et particulièrement dans ...

Le défilé de la Bien­nale aux couleurs de l’Afrique

C'est devant un public assis et dans le Grand Théâtre de Fourvière qu'a eu lieu le Défilé de la Biennale de la danse ce samedi 5 juin. Une première représentation avant les deux prévues ce dimanche après-midi, dans un format bien particulier : à la place du traditionnel défilé à ...

Sime­non : théâtre au grand jour

C’est un des plus beaux récits de Simenon, dont Mathieu Amalric avait tiré un film magnifique, La Chambre bleue. Un homme tiraillé entre deux femmes, jusqu’à l’implosion, avec cette folie qui couve à l’intérieur des vies en apparence ordinaires et dont Simenon avait le secret. Le...