Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bello Bello­rini

« Je respecte beau­coup le réel, mais je n’y ai jamais cru  ». Pour sa première créa­tion au TNP, le direc­teur Jean Bello­rini adapte le grand auteur lyon­nais, Valèra Nova­rina, avec un texte inédit, Le Jeu des ombres, faisant la nique comme à son habi­tude à toute forme de narra­tion réaliste. Le spec­tacle devait faire l’ou­ver­ture du festi­val d’Avi­gnon dans la Cour d’Hon­neur. Que nenni, vous pour­rez le voir en janvier prochain sur la scène villeur­ban­naise, et en avant-première samedi sur France 5 dans une version unique, spécia­le­ment conçue pour une capta­tion télé­vi­suelle. C’est toujours mieux que rien, d’au­tant que c’est la première fois que Nova­rina ne met pas en scène un de ses nouveaux textes, et accepte un tiers metteur en scène. Grand bien lui en a pris, Bello­rini fait sienne cette adap­ta­tion du mythe d’Or­phée et Eury­dice avec la douceur qui le carac­té­rise.

Théâtre musi­cal primi­tif

Les choses ont leur histoire, et des claviers désar­ti­cu­lés et pianos estro­piés servent de vestige comme un ballet de fantômes, super­be­ment éclai­rés, tout en clairs-obscurs. Ce cocon musi­cal voyage entre Monte­verdi et les compo­si­tions hic et nunc de musi­ciens sur scène, conduits par Sébas­tien Trouvé, appor­tant une tendresse et chaleur humaine à la langue nerveuse de Nova­rina. Elle est d’au­tant plus belle que chaque membre de cette troupe éphé­mère d’un dizaine d’ac­teurs trouve sa place, person­nages à part entière variant les âges, les couleurs de peau, l’ac­cent ou la gestuelle, avec une mention spéciale pour un acteur-allu­mette de toute beauté, François Deblock. Tout Nova­rina est là : son inven­tion langa­gière retour­nant en perma­nence à la racine des mots, comme la comé­die volu­bile quand il s’agit de s’at­taquer à Dieu… en citant Gains­bourg ou François Hardy ! Mais c’est sans doute le rapport à la musique qui est le plus beau chez Bello­rini : on a en perma­nence l’émo­tion de la voir naître devant nous comme un mouve­ment spon­tané de l’âme, une véri­table musique de scène retrou­vant la magie de l’opéra primi­tif, celui de Monte­verdi. Rien qu’en voyant ce qui n’était encore qu’un filage, c’était déjà très beau. On a hâte de voir le résul­tat final en janvier.

Le Jeu des Ombres de Valère Nova­rina. Mise en scène Jean Bello­rini. Capta­tion sur France 5 samedi 25 juillet à 23h20. Redif­fu­sion aussi d’une autre mise en scène du nouveau direc­teur du TNP, Liliom de Ferenc Molnar, jeudi 23 juillet à 23h20. Toute la future program­ma­tion du TNP << ici >>.

Photos de répé­ti­tion au TNP : Susie Waroude.

Céles­tins en plein air : le bonheur en cartons !

Deux acteurs, quelques morceaux de carton et de l’humour, le tout sur la place du théâtre des Célestins. Dans Les Gros patinent bien, Olivier Martin-Salvan et Pierre Guillois incarnent un acteur shakespearien et un homme à tout faire. Ensemble, ils partent pour un périple à trave...

Un festi­val de danse gratuit cet été

Après la Biennale, la danse continue… Les festivités ne sont pas encore terminées que Dominique Hervieu a déjà un coup d’avance en lançant pour la première fois un festival de danse entièrement gratuit à découvrir dans l’espace public jusqu’au 8 juillet, et particulièrement dans ...

Le défilé de la Bien­nale aux couleurs de l’Afrique

C'est devant un public assis et dans le Grand Théâtre de Fourvière qu'a eu lieu le Défilé de la Biennale de la danse ce samedi 5 juin. Une première représentation avant les deux prévues ce dimanche après-midi, dans un format bien particulier : à la place du traditionnel défilé à ...

Sime­non : théâtre au grand jour

C’est un des plus beaux récits de Simenon, dont Mathieu Amalric avait tiré un film magnifique, La Chambre bleue. Un homme tiraillé entre deux femmes, jusqu’à l’implosion, avec cette folie qui couve à l’intérieur des vies en apparence ordinaires et dont Simenon avait le secret. Le...