Sortir à Lyon

Le TNP ouvre grand ses portes !

Le TNP ouvre sa billet­te­rie du premier trimestre le 1er septembre à 14h. Dépê­chez-vous de réser­ver avant qu’il ne soit trop tard pour le spec­tacle de Joël Pomme­rat, un des grands metteurs en scène popu­laires d’aujourd’­hui, artiste asso­cié de la scène villeur­ban­naise. En atten­dant sa prochaine créa­tion quand la Covid voudra bien nous lais­ser tranquille, le metteur en scène origi­naire de Roanne reprend ça ira, Fin de Louis, abor­dant la période de la Révo­lu­tion en tordant le coup à la recons­ti­tu­tion pour en faire un théâtre poli­tique au présent, tota­le­ment élec­tri­sant.Ici, personne ne s’ap­pelle Robes­pierre ou Saint-Just. Seul le roi Louis gardera son patro­nyme. Les autres anonymes enva­hissent la scène et la salle comme un peuple avide en pleine insur­rec­tion (des noirs, des femmes, tous la âges, ça fait un bien fou sur une scène). Invec­tives, dialec­tiques, rixes, on retrouve toutes les quali­tés de l’écri­ture de plateau selon Pomme­rat, qui a travaillé très long­temps en amont en impro­vi­sant sur scène avec les comé­diens. On retrouve aussi son théâtre socié­tal, soucieux de réflé­chir à la notion d’un vivre-ensemble.

ça ira, Fin de Louis de Joël Pomme­rat (photos Elisa­beth Carre­chio).

Allez-y, ça dure 4h !

Cette « société parti­ci­pa­tive » voit naître par le théâtre les mouve­ments contra­dic­toires qui mène à la nais­sance et à l’exer­cice d’une véri­table démo­cra­tie, avec toutes les ambi­guï­tés que supposent ses diri­geants comme le peuple lui-même. Joël Pomme­rat a travaillé avec l’his­to­rien Guillaume Mazeau pour ancrer son théâtre docu­men­taire dans une crédi­bi­lité histo­rique. Mais ce qui l’in­té­resse vrai­ment, c’est le théâtre poli­tique, non pas en véhi­cu­lant un message idéo­lo­gique quel qu’il soit, mais en mettant en acte un exer­cice collec­tif, dans lequel chacun à sa part, à commen­cer par le spec­ta­teur. De ce point de vue, cette Fin de Louis réjouis­sante nous rappelle Un ennemi du peuple d’Ib­sen tel que l’avait monté Thomas Oster­meier, lui aussi passé sur le plateau du TNP il y a quatre ans. C’est cequi s’ap­pelle du grand théâtre contem­po­rain. L.H.

Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pomme­rat, avec la compa­gnie Louis Brouillard. Du vendredi 19 au samedi 28 novembre à 19h au TNP à Villeur­banne, grande salle Roger Plan­chon. De 14 à 25 €.

Réser­va­tions dès le mardi 1er septembre à 14h (avec d’autres spec­tacles comme Shakes­peare Reso­nance et Why ? de Peter Brook, ou la carte blanche à la splen­dide violon­cel­liste Sonia Wieder-Ather­ton.

Toutes les spec­tacles à réser­ver << ici >>.

Tout la program­ma­tion du TNP à venir dans notre papier d’avant l’été << ici >>.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

Les yeux dans les Bleues

Les Fenottes viennent d'entrer dans la légende avec leur 7e Coupe d'Europe, et Les Joueuses, en pré-sortie dans la région le 2 septembre, tombe à pic : pour son 6e film, la documentariste Stéphanie Gillard a suivi les joueuses de l'Olympique Lyonnais au jour le jour pendant la sa...

Ambro­nay, pas cher et parti­ci­pa­tif

C'est le dernier des festivals d'été habituellement et le premier qui aura bien lieu cette année. Le festival d'Ambronay a tout mis en oeuvre pour accueillir le public dans les meilleurs conditions possibles, sanitaires bien sûr, mais aussi au niveau du confort visuel. Vous pourr...