Sortir à Lyon
Partager cet article :

Inté­ri­maire infil­trée

Il y a le flux inin­ter­rompu du JT et les mots qui finissent par ne plus vouloir rien dire à force d’être répé­tés en boucle sur toutes les chaînes : crise, chômage, préca­rité, RSA… Et puis il y a ceux qui vont tâter sur place la réalité de ces mots. Dans Le Quai de Ouis­tre­ham, la jour­na­liste Florence Aube­nas partait s’ins­tal­ler à Caen pour cher­cher un emploi, décla­rant à 50 ans n’avoir presque jamais travaillé. Autant essayer de traver­ser l’At­lan­tique à la rame en soli­tai­re…

S’ins­cri­vant dans la lignée d’un théâtre de société, Louise Vignaud adapte cette enquête pour les planches sous la forme d’un seul en scène aussi drôle que boule­ver­sant, abor­dant la préca­rité du côté de l’in­time.

Spec­tacle de poche

Avec pour seuls acces­soires une chaise, un tableau de confé­rence et des feutres de couleur, Magali Bonat fait formi­da­ble­ment vivre la narra­trice et tous les person­nages dont elle croise la route, grâce à sa science physique du jeu. On avait pu voir ce spec­tacle de poche à ses débuts dans l’in­ti­mité des Clochards Célestes, que dirige Louise Vignaud.

On ne sait pas ce que cette nudité et cette fron­ta­lité donne­ront sur la grande scène du Théâtre de la Croix-Rousse. Mais c’est juste­ment la simpli­cité de la mise en scène, lais­sant toute la place au texte d’Au­be­nas et au jeu de Magali Bonat, qui fait la force de cette petite pièce d’une heure dont on n’a qu’une envie : qu’elle se prolonge encore un peu.

Le Quai de Ouis­tre­ham, de Florence Aube­nas, mise en scène de Louise Vignaud, avec Magali Bonat. Théâtre de la Croix-Rousse, Lyon 4e. Du mardi 6 au samedi 10 octobre à 20h (samedi 19 h 30). De 5 à 27 €. croix-rousse.com

Voir danser le Ballet de l’Opéra gratuit

Montez au 7e ciel, sous la verrière de Jean Nouvel à l’Opéra de Lyon, pour voir les danseurs travailler dans leur salle de répétition, littéralement en apesanteur, derrière les muses, avec vue plongeante sur l'Hôtel de Ville. Toute la journée du samedi 16 octobre, vous pourrez as...

Les Subs font du virus un spec­tacle inter­ac­tif

Virus a quelque chose prémonitoire: au cours du jeu, il est question de masque en trop faible quantité, de recherche de vaccin, de confinement et de crise économique. D’où vous est venue cette idée de créer une simulation de pandémie ? Yan Duyvendak: “Un de mes amis médecin, P...

Emma­nuel Gat fait danser Tears for fears

Ancien athlète et chef d'orchestre, il aime la danse sportive, s’inspirant aussi bien de Jean-Sebastien Bach que de Nina Simone. Cette fois, Emmanuel Gat invente avec Lovetrain2020 une comédie musicale contemporaine pour 14 danseurs, en croisant la new wave de Tears for fears, da...