Sortir à Lyon
Partager cet article :

Torre­ton nous fait tour­ner la Terre

Quoi de mieux pour fêter la rentrée théâ­trale que de s’of­frir un grand comé­dien sur les planches ? La Vie de Gali­lée est à la mode. Après la Comé­die-Française, c’était au tour de Clau­dia Stavisky d’en monter sa version l’an passé, avec Philippe Torre­ton dans le rôle-titre. Elle la reprend cette saison, et le texte est toujours aussi passion­nant : en ce début du XVIIe siècle, on suit les avan­cées scien­ti­fiques du mathé­ma­ti­cien qui prouva que la Terre tourne bien autour du soleil, et non l’in­verse, quelques années après que Gior­dano Bruno a été mis au bûché pour avoir soutenu la même thèse. Dès l’ou­ver­ture, Brecht nous plonge dans un bouillon­ne­ment de réflexions philo­so­phiques : l’hu­ma­nité a perdu son centre et se retrouve sens dessus-dessous. Pour donner corps à cette pièce didac­tique, Stavisky a eu le flair de s’en­tou­rer d’une excel­lente troupe de comé­diens, menée par la Rolls Torre­ton. Avec simpli­cité et sans gran­di­lo­quence, l’ac­teur donne chair à ce savant bon vivant, pour qui « penser est l’un des plus grands diver­tis­se­ments de l’es­pèce humaine  » et qui ne refuse jamais un bon gueu­le­ton. Entre deux réflexions autour de la science et du pouvoir, on rit souvent alors que la tension de la pièce va cres­cendo : car c’est d’un combat dont il s’agit, entre des scien­ti­fiques qui veulent faire écla­ter la vérité et des hommes d’Eglise qui craignent que cette même vérité ne nie l’exis­tence de Dieu et ne remette en cause l’ordre du monde. Toutes ces idées prennent corps grâce aux acteurs et le décor épuré et sans âge (sommes-nous dans un donjon ? un hangar ?) fait échos aux diffi­cul­tés actuelles des scien­ti­fiques. Seul regret, la fin, trop longue, plombe un peu cette pièce aussi diver­tis­sante qu’ins­truc­tive. Mais pas de quoi bouder son plai­sir… C.S.

Philippe Torre­ton incarne Gali­lée dans la mise en scène de Clau­dia Stavisky.

La Vie de Gali­lée, de Bertolt Brecht, mise en scène Clau­dia Stavisky. Avec Philippe Torre­ton, Michel Hermon, Nanou Garcia… Jusqu’au dimanche 18 octobre à 20h au Théâtre des Céles­tins, Lyon 2e. De 9 à 40€.

Réser­vez vos places

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

Maîtresse et esclave de l’amour

En toute discrétion, Laure Calamy s’est imposée comme un second rôle incontournable du cinéma français, à chaque fois surprenante, rieuse et insaisissable dans les comédies, vulnérable en amie solitaire de Mademoiselle de Joncquières, ou méconnaissable en mère dépressive dans Ava...

Le quatuor Debussy fait son cinéma

Notre quatuor croix-roussien préféré a toujours pris la musique au sérieux quand il s'agit de la partager, que ce soit avec les grands noms de la danse (Mourad Merzouki, Circa ou Anne Teresa de Keersameker), ou les plus belles âmes de la chanson d'aujourd'hui (Yael Naïm ou Keren ...