Sortir à Lyon
Partager cet article :

Torre­ton nous fait tour­ner la Terre

Quoi de mieux pour fêter la rentrée théâ­trale que de s’of­frir un grand comé­dien sur les planches ? La Vie de Gali­lée est à la mode. Après la Comé­die-Française, c’était au tour de Clau­dia Stavisky d’en monter sa version l’an passé, avec Philippe Torre­ton dans le rôle-titre. Elle la reprend cette saison, et le texte est toujours aussi passion­nant : en ce début du XVIIe siècle, on suit les avan­cées scien­ti­fiques du mathé­ma­ti­cien qui prouva que la Terre tourne bien autour du soleil, et non l’in­verse, quelques années après que Gior­dano Bruno a été mis au bûché pour avoir soutenu la même thèse. Dès l’ou­ver­ture, Brecht nous plonge dans un bouillon­ne­ment de réflexions philo­so­phiques : l’hu­ma­nité a perdu son centre et se retrouve sens dessus-dessous. Pour donner corps à cette pièce didac­tique, Stavisky a eu le flair de s’en­tou­rer d’une excel­lente troupe de comé­diens, menée par la Rolls Torre­ton. Avec simpli­cité et sans gran­di­lo­quence, l’ac­teur donne chair à ce savant bon vivant, pour qui « penser est l’un des plus grands diver­tis­se­ments de l’es­pèce humaine  » et qui ne refuse jamais un bon gueu­le­ton. Entre deux réflexions autour de la science et du pouvoir, on rit souvent alors que la tension de la pièce va cres­cendo : car c’est d’un combat dont il s’agit, entre des scien­ti­fiques qui veulent faire écla­ter la vérité et des hommes d’Eglise qui craignent que cette même vérité ne nie l’exis­tence de Dieu et ne remette en cause l’ordre du monde. Toutes ces idées prennent corps grâce aux acteurs et le décor épuré et sans âge (sommes-nous dans un donjon ? un hangar ?) fait échos aux diffi­cul­tés actuelles des scien­ti­fiques. Seul regret, la fin, trop longue, plombe un peu cette pièce aussi diver­tis­sante qu’ins­truc­tive. Mais pas de quoi bouder son plai­sir… C.S.

Philippe Torre­ton incarne Gali­lée dans la mise en scène de Clau­dia Stavisky.

La Vie de Gali­lée, de Bertolt Brecht, mise en scène Clau­dia Stavisky. Avec Philippe Torre­ton, Michel Hermon, Nanou Garcia… Jusqu’au dimanche 18 octobre à 20h au Théâtre des Céles­tins, Lyon 2e. De 9 à 40€.

Réser­vez vos places

Paul Mira­bel, l’hu­mo­riste le plus lunaire et décalé

Le zèbre n’est pas un équidé comme les autres. Cet animal se différencie des chevaux et des ânes par son pelage original, noir avec des rayures blanches (et non l’inverse). Ainsi, un « drôle de zèbre » signifie par métaphore quelqu’un d’étrange, un peu hors norme, bizarre et… aty...

Un spec­tacle déli­rant sur la mort de Michel Berger

Ancien comédien des Chiens de Navarre, Solal Bouloudnine rejoue son enfance à Ramatuelle à 6 ans lorsqu'il apprit que son voisin, Michel Berger, était mort... La Fin du début (Seras-tu là ?) est un seul en scène original et drôle pour chasser ses angoisses existentielles. « Qu...

Seul en scène inso­lite d’un enfant voisin de Michel Berger

On ne se souvient pas de sa mort, mais on se souvient du jour où l’on a réalisé qu’on allait mourir. Pour Solal Bouloudnine, c’était le 2 août 1992 précisément. Il avait six ans et passait son été dans une maison de vacances à Ramatuelle. Sa résidence estivale était voisine de ce...

Grand Crié, le spec­tacle qui pique de Nico­las Barry

Nous aussi on a parfois envie de crier, et pas seulement "Aline" pour qu'elle revienne. "Subversif, revendicatif, festif, agressif ou craintif", Nicolas Barry consacré son spectacle aux Subs à un Grand Crié, auquel on aurait volontiers ajouter le cri libérateur. Rassurez-vous, vo...