Sortir à Lyon
Partager cet article :

Torre­ton nous fait tour­ner la Terre

Quoi de mieux pour fêter la rentrée théâ­trale que de s’of­frir un grand comé­dien sur les planches ? La Vie de Gali­lée est à la mode. Après la Comé­die-Française, c’était au tour de Clau­dia Stavisky d’en monter sa version l’an passé, avec Philippe Torre­ton dans le rôle-titre. Elle la reprend cette saison, et le texte est toujours aussi passion­nant : en ce début du XVIIe siècle, on suit les avan­cées scien­ti­fiques du mathé­ma­ti­cien qui prouva que la Terre tourne bien autour du soleil, et non l’in­verse, quelques années après que Gior­dano Bruno a été mis au bûché pour avoir soutenu la même thèse. Dès l’ou­ver­ture, Brecht nous plonge dans un bouillon­ne­ment de réflexions philo­so­phiques : l’hu­ma­nité a perdu son centre et se retrouve sens dessus-dessous. Pour donner corps à cette pièce didac­tique, Stavisky a eu le flair de s’en­tou­rer d’une excel­lente troupe de comé­diens, menée par la Rolls Torre­ton. Avec simpli­cité et sans gran­di­lo­quence, l’ac­teur donne chair à ce savant bon vivant, pour qui « penser est l’un des plus grands diver­tis­se­ments de l’es­pèce humaine  » et qui ne refuse jamais un bon gueu­le­ton. Entre deux réflexions autour de la science et du pouvoir, on rit souvent alors que la tension de la pièce va cres­cendo : car c’est d’un combat dont il s’agit, entre des scien­ti­fiques qui veulent faire écla­ter la vérité et des hommes d’Eglise qui craignent que cette même vérité ne nie l’exis­tence de Dieu et ne remette en cause l’ordre du monde. Toutes ces idées prennent corps grâce aux acteurs et le décor épuré et sans âge (sommes-nous dans un donjon ? un hangar ?) fait échos aux diffi­cul­tés actuelles des scien­ti­fiques. Seul regret, la fin, trop longue, plombe un peu cette pièce aussi diver­tis­sante qu’ins­truc­tive. Mais pas de quoi bouder son plai­sir… C.S.

Philippe Torre­ton incarne Gali­lée dans la mise en scène de Clau­dia Stavisky.

La Vie de Gali­lée, de Bertolt Brecht, mise en scène Clau­dia Stavisky. Avec Philippe Torre­ton, Michel Hermon, Nanou Garcia… Jusqu’au dimanche 18 octobre à 20h au Théâtre des Céles­tins, Lyon 2e. De 9 à 40€.

Réser­vez vos places

Céles­tins en plein air : le bonheur en cartons !

Deux acteurs, quelques morceaux de carton et de l’humour, le tout sur la place du théâtre des Célestins. Dans Les Gros patinent bien, Olivier Martin-Salvan et Pierre Guillois incarnent un acteur shakespearien et un homme à tout faire. Ensemble, ils partent pour un périple à trave...

Un festi­val de danse gratuit cet été

Après la Biennale, la danse continue… Les festivités ne sont pas encore terminées que Dominique Hervieu a déjà un coup d’avance en lançant pour la première fois un festival de danse entièrement gratuit à découvrir dans l’espace public jusqu’au 8 juillet, et particulièrement dans ...

Le défilé de la Bien­nale aux couleurs de l’Afrique

C'est devant un public assis et dans le Grand Théâtre de Fourvière qu'a eu lieu le Défilé de la Biennale de la danse ce samedi 5 juin. Une première représentation avant les deux prévues ce dimanche après-midi, dans un format bien particulier : à la place du traditionnel défilé à ...

Sime­non : théâtre au grand jour

C’est un des plus beaux récits de Simenon, dont Mathieu Amalric avait tiré un film magnifique, La Chambre bleue. Un homme tiraillé entre deux femmes, jusqu’à l’implosion, avec cette folie qui couve à l’intérieur des vies en apparence ordinaires et dont Simenon avait le secret. Le...