Sortir à Lyon
Partager cet article :

Vivre ou survivre à Saint-Fons

François Hien dans "Olivier Massson doit-il mourir"

Bonne nouvelle pour le théâtre lyon­nais : de jeunes metteurs en scène du coin s’at­tellent à mettre en pièce des sujets de société, les deux pieds dans l’ac­tua­lité. A commen­cer par François Hien. Avec la Crèche, bien­tôt repris au théâtre du Point du jour, il s’in­té­res­sait au licen­cie­ment d’une employée voilée. Avec Olivier Masson doit-il mourir ?, ce sont aux ques­tions de la fin de vie qu’il s’in­té­resse cette fois, s’ins­pi­rant de l’af­faire Vincent Lambert, pour livrer une pièce ultra docu­men­tée et exigeante. Sans temps mort, on suit le procès de l’in­fir­mier accusé d’avoir débran­ché un patient en état végé­ta­tif.

Suspens juri­dique

Dans un décor mini­ma­liste et mobile, ses cinq comé­diens habi­tuels inter­prètent une tren­taine de person­nages, passant d’un rôle à l’autre ou s’échan­geant les parti­tions sous nos yeux, en un tour de main. Loi Léonetti, pres­sion média­tique, person­nel soignants fati­gué et famille désem­pa­rée, la pièce n’ou­blie aucun aspect émotion­nel ni juri­dique du sujet sans jamais prendre partie. Deux heures durant, le public se prend un nombre incal­cu­lable d’in­for­ma­tions denses et ardues dans la figure, mais le Collec­tif X parvient à instau­rer un vrai suspens, notam­ment grâce aux retours en arrière. Accro­chez-vous, ça vaut le coup ! C.S.

Olivier Masson doit-il mourir ? de François Hien par le collec­tif X. Vendredi 9 octobre à 20h30 au théâtre Jean Marais à Saint-Fons. De 6 à 13 €.

Réser­vez vos places

Voir danser le Ballet de l’Opéra gratuit

Montez au 7e ciel, sous la verrière de Jean Nouvel à l’Opéra de Lyon, pour voir les danseurs travailler dans leur salle de répétition, littéralement en apesanteur, derrière les muses, avec vue plongeante sur l'Hôtel de Ville. Toute la journée du samedi 16 octobre, vous pourrez as...

Les Subs font du virus un spec­tacle inter­ac­tif

Virus a quelque chose prémonitoire: au cours du jeu, il est question de masque en trop faible quantité, de recherche de vaccin, de confinement et de crise économique. D’où vous est venue cette idée de créer une simulation de pandémie ? Yan Duyvendak: “Un de mes amis médecin, P...

Emma­nuel Gat fait danser Tears for fears

Ancien athlète et chef d'orchestre, il aime la danse sportive, s’inspirant aussi bien de Jean-Sebastien Bach que de Nina Simone. Cette fois, Emmanuel Gat invente avec Lovetrain2020 une comédie musicale contemporaine pour 14 danseurs, en croisant la new wave de Tears for fears, da...