Sortir à Lyon
Partager cet article :

Despe­rate house­wife

A force de répé­ter toujours les mêmes gestes – donner la tété au bébé, habiller l’aîné, faire le café du mari- Suzy Storck a fini par dérailler. Raconté comme un thril­ler social sur fond de fait divers, le texte de Magali Mougel aborde sans conces­sions des sujets tabou : l’épui­se­ment des femmes au foyer, le non désir de mater­nité et surtout la pres­sion sociale qui pèse sur les femmes, avec en toile de fond une France rurale qui ne veut plus être regar­dée avec condes­cen­dance.

Aux manettes de ce drame intime et social, Simon Delé­tang donne corps à ce texte avec une mise en scène écla­tée et épurée. Peu de décor, sinon une pile de linge et une machine à laver, une musique toni­truante et surtout des acteurs intenses, qui font entendre le texte plan­tés face au public et ne se regar­dant jamais, comme pour mieux dire l’in­com­mu­ni­ca­bi­lité de leur situa­tion. Le metteur en scène, costume noir et micro en main, joue le rôle du choeur antique, faisant réson­ner le mal être de cette femme comme les autres. Du bon théâtre contem­po­rain, coup de poing comme on l’aime.

Suzy Storck, jusqu’au dimanche 18 octobre à 20h30 (le dimanche à 16h30) au théâtre des Céles­tins, Lyon 2e. De 9 à 24€. thea­tre­des­ce­les­tins.com

Les Horten­sias, la pire pièce de théâtre à voir en ce moment

Les Hortensias, une ancienne abbaye transformée en EHPAD, accueille une clientèle de choix. D’anciens artistes du spectacle vivant y coulent des jours tranquilles, jouent aux cartes, peignent des vergers et se remémorent leur gloire passée. Le temps est passé par là et les journé...

Change Me, l’his­toire vraie d’un homme trans­genre

Comment montrer ce qui est caché ? Axel, un jeune homme de 21 ans, est né dans un corps de femme. Il cache ce secret à sa copine et ses amis pour tenter d’être accepté. Mais pendant la soirée de son vingt-et-unième anniversaire, sa nature biologique est dévoilée et l’histoire bas...

Caro­line Loeb plus vraie que nature dans Françoise par Sagan

La silhouette est connue. Une ossature fine, les traits minces, des cheveux courts et blonds, des vêtements sobres (noirs de préférence), une cigarette à la bouche évidemment, et surtout la délicate impression que la silhouette peut basculer à n’importe quel moment. Françoise Sag...