Sortir à Lyon
Partager cet article :

Despe­rate house­wife

A force de répé­ter toujours les mêmes gestes – donner la tété au bébé, habiller l’aîné, faire le café du mari- Suzy Storck a fini par dérailler. Raconté comme un thril­ler social sur fond de fait divers, le texte de Magali Mougel aborde sans conces­sions des sujets tabou : l’épui­se­ment des femmes au foyer, le non désir de mater­nité et surtout la pres­sion sociale qui pèse sur les femmes, avec en toile de fond une France rurale qui ne veut plus être regar­dée avec condes­cen­dance.

Aux manettes de ce drame intime et social, Simon Delé­tang donne corps à ce texte avec une mise en scène écla­tée et épurée. Peu de décor, sinon une pile de linge et une machine à laver, une musique toni­truante et surtout des acteurs intenses, qui font entendre le texte plan­tés face au public et ne se regar­dant jamais, comme pour mieux dire l’in­com­mu­ni­ca­bi­lité de leur situa­tion. Le metteur en scène, costume noir et micro en main, joue le rôle du choeur antique, faisant réson­ner le mal être de cette femme comme les autres. Du bon théâtre contem­po­rain, coup de poing comme on l’aime.

Suzy Storck, jusqu’au dimanche 18 octobre à 20h30 (le dimanche à 16h30) au théâtre des Céles­tins, Lyon 2e. De 9 à 24€. thea­tre­des­ce­les­tins.com

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C'est un des grands films de Coppola, sous-estimée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médiévale, baroque et sanguinolente fut moyennement goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épouser la précarité d'effets spéciaux rudimentaires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer.....

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Une vie cachée : grand film pour héros ordi­naire

Cinéma d'auteur. Après des derniers films décevants (Song to Song), Terrence Malick opère un retour aux sources de son cinéma en s’inspirant de la vie de Franz Jägerstätter, un paysan autrichien qui refusa de prêter allégeance à Hitler. Bien entendu, ici, il n’y a ni combats ni b...