Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bello­rini au Jeu des ombres

C’est la première créa­tion de Jean Bello­rini pour le TNP, qui vien­dra à Villeur­banne en janvier. Elle aurait dû faire l’ou­ver­ture du festi­val d’Avi­gnon cet été dans la Cour d’hon­neur, mais se crée fina­le­ment aujourd’­hui dans la Cité des Papes, pour la « semaine d’art » en rattra­page d’un été cultu­rel décimé par la Covid. Un drôle de caba­ret pour une quin­zaine d’ac­teurs et musi­ciens aux visages blafards et aux yeux rougis comme de gentils fantômes. Leurs physiques sont aussi diffé­rents que celui de François Deblock, « Orphée malgré lui« , acteur-allu­mette à la voix de faus­set chan­tant comme les anges, ou Anke Engels­mann, ancienne comé­dienne du Berli­ner aux jambes sans fin comme les arbres, sortant ses tripes pour un moment de chan­son de poignant.

Marc Plas et Anke Angels­mann dans Le Jeu des ombres. (photos Chris­tophe Raynaud de Lage)

Caba­ret de l’au-delà

C’est la première origi­na­lité de ce spec­tacle entre ombres et lumières, bricolé avec la même poésie que les claviers de pianos brinque­ba­lants recom­po­sés par les ateliers du TNP pour habi­ter en dansant la scéno­gra­phie : faire entrer la musique de plain-pied dans l’uni­vers langa­gier de Valère Nova­rina, monté pour la première fois sous le regard d’un autre. Bello­rini a un rapport char­nel avec la musique, et cette varia­tion autour du mythe d’Or­phée offrent des moments musi­caux ensor­ce­lants, passant l’arme à gauche en fran­chis­sant une lèvre de feu qui traverse toute la scène, pour chan­ter aussi bien Monte­verdi que des rengaines en bande, en de magni­fiques chan­sons compo­sées pour l’oc­ca­sion.

Opéra graphique

Hélène Pata­rot et François Deblock dans Le Jeu des ombres.

C’est on ne peut plus émou­vant, et la langue obses­sion­nelle de Nova­rina, pétrie de traits de génie et d’un appé­tit gargan­tuesque pour les listes et énumé­ra­tions, y trouve un nouveau débou­ché sur scène dans cette quin­zaine de corps chan­tant et jouant, desi­gnés comme des person­nages de manga par les costumes graphiques de Macha Makéïeff. Musi­cien lui-même, Jean Bello­rini parvient à dessi­ner une nouvelle archi­tec­ture aux mots de Nova­rina, dans l’es­pace et la lumière d’un plateau (qui rappelle d’ailleurs ceux de Py et Weitz) comme dans le mouve­ment du spec­tacle, jamais fasti­dieux sur 2h10. Aux moments de comé­die comme le grand soli­loque sur Dieu citant aussi bien Françoise Hardy qu’Ophé­lie Winter (qu’on n’en­tend pas, rassu­rez-vous), Bello­rini part du souffle de la langue propre à Nova­rina pour mieux l’em­me­ner vers la musique de son caba­ret de l’au-delà, avant de retour­ner à la danse des mots. Une fois le mythe d’Or­phée et Eury­dice fran­chi au son des claviers et des accor­déons (avec un jeune contre-ténor de 18 ans boule­ver­sant), le texte nu reprend ses droits, pour s’ame­nui­ser jusqu’au dernier mot de la dernière liste pour saluer les oiseaux et leur nymphe arbo­ri­cole : « Eury­dice« . C’est superbe. Nova­rina a trouvé en Bello­rini un écrin qui fait réson­ner sa langue d’une façon encore plus poétique. Lui qui aime les énumé­ra­tions, il y a fort à parier qu’il ne s’agisse ici, en guise de créa­tion, que d’un commen­ce­ment, appe­lant des textes nouveaux.

Toute la troupe du Jeu des ombres derrière leurs claviers.

Le Jeu des ombres, de Valère Nova­rina. Mise en scène Jean Bello­rini. Jusqu’au 31 octobre à la Semaine d’art en Avignon, tous les jours à 17h30 à la fabricA. 15 €. Puis du 14 au 29 janvier 2021 au TNP à Villeur­banne. De 14 à 25 €. Réser­ver votre place ici

Un.e pour tou.te.s ! Le dessin animé des 4 mousque­taires

67 chapitres des célèbres Mousquetaires d’Alexandre Dumas en à peine 1 heure à la façon d’un dessin animé Pixar ? C’est possible, grâce à la compagnie La Douce et leur mise en scène collective volontiers déjantée. A condition d’ajouter dans les ingrédients des chansons, saynètes ...

La peur, le tabou et le silence de l’église

Si on était au cinéma, la nouvelle pièce de François Hien serait précédée de l’habituel sur-titre “D’après une histoire vraie”. En tant que Lyonnais, impossible de ne pas voir le clin d'œil fait au procès Barbarin et à l’affaire Preynat, dont La Peur s'inspire, tout en prenant se...

Bolly­wood fait danser indien à la Maison de la danse

Vous aimez les films bollywoodiens, les histoires d'amour impossible qui finissent bien et les costumes colorés ? Alors prenez-vous pour un chanteur de Bollywood avec cette comédie musicale kitsch en diable qui rend hommage au genre cinématographique indien le plus prolifique. On...

Le grand William Forsythe à Lyon pour la 1ere fois

Après une pièce du ballet de l’Opéra de Lyon en ouverture de saison, William Forsythe revient en personne et pour la première fois à la Maison de la danse s’il vous plaît, pour un Soir tranquille qui date de 2018, donc tout récent, sur des musiques de Rameau et des costumes color...