Sortir à Lyon
Partager cet article :

Onéguine, roulette de l’amour russe

Mettez vos casques ! Et entrez dans la danse d’Eugène Onéguine, le grand roman du roman­tisme russe. Mais atten­tion, le roman­tisme slave n’a rien des effu­sions à la française, il contient sa propre ironie, et ses histoires d’amour se couchent dans le plai­sir de racon­ter de la façon la plus légère possible les échecs senti­men­taux les plus cuisants. Car Eugène Onéguine est avant tout ce qu’on appel­le­rait en France un anti-héros, une sorte de Dom Juan de la défaite, un bel homme qui pour­rait dispo­ser des femmes qu’il désire, mais dont il ne veut plus, ou plus vrai­ment. Comme cet amour de jeunesse à qui cet esthète s’était refusé. Il suffit qu’il caresse un instant la bottine de la splen­dide Tatiana (Melody-Amy Wallet, iconique) pour qu’on comprenne que ce Dom Juan là va rester le jouet de l’objet de ses désirs : la majesté fémi­nine.

ONEGUINE, en public, tel que vous pour­rez le voir la saison prochaine au TNP. (photo by Pascal Victor/ArtComP­ress)

Le plai­sir de racon­ter

Car ce roman peuplé d’hommes dans lequel Tatiana ne pren­dra la parole que deux fois – mais pas pour rien – est avant tout un hymne à la fémi­nité faisant le constat d’une mascu­li­nité perdue, dans tous les sens du mot. C’est toute la beauté de la mise en scène de Jean Bello­rini que de le faire voir et valoir en plaçant Tatiana au centre du jeu, derrière un piano… à produire des sons. Car l’Onéguine de Pouch­kine a aussi pour parti­cu­la­rité d’être un roman en vers, et le metteur en scène n’a pas changé une virgule à la traduc­tion versi­fiée du texte, établie par André Marko­wicz avec un natu­rel confon­dant (sa mère le connais­sait par coeur et le lui racon­tait quand il était petit). La troupe a même travaillé en écou­tant le russe pour garder la musi­ca­lité de la langue, avant de plon­ger dans le flux impres­sion­nant de ce drôle de conte théâ­tral en huit chapitres. Comme dans le texte origi­nal, le quatuor de comé­diens se relaie pour multi­plier les voix de la narra­tion, davan­tage que pour incar­ner des person­nages qui restent, à l’ins­tar d’Oné­guine, des silhouettes tour à tour dési­rables ou contem­pla­tives. L’ex­pé­rience est des plus immer­sives, des sons de calèche dans la neige à la musique magni­fique qui baigne cette valse senti­men­tale (varia­tion contem­po­raine de Sébas­tien Trouvé inspi­rée de l’opéra de Tchaï­kovski), jouant sans cesse avec les spec­ta­teurs pour le plai­sir de la narra­tion, jusqu’à vous propo­ser un massage des lobes d’oreille pour vous détendre les outils entre deux prises…

Tatiana et Onéguine, suspen­dus par un fil.

Comme à la radio

On entend tout, on imagine, on devine, comme à la radio, mais on voit aussi sous nos yeux le théâtre des illu­sions se faire et se défaire à travers une troupe de comé­diens parfaite dont les voix, aux tessi­tures et aux débits variés, se complètent comme à l’opéra. Du duel avec Lenski au fiasco d’un Onéguine à la beauté inutile (superbe Clément Durand, icône et esthète), Jean Bello­rini mêle les chan­delles à l’an­cienne du théâtre de tréteaux avec la créa­tion contem­po­raine et la jeunesse des corps, exac­te­ment comme la langue d’An­dré Marko­wicz fait entendre les délices et chausses-trappes de la plus grande litté­ra­ture russe, qui ne s’est jamais dépar­tie de sa tradi­tion d’ora­lité. Un petit bijou d’ori­gi­na­lité créé à l’ori­gine pour le troupe éphé­mère de Saint-Denis, et qui devrait aujourd’­hui s’ins­crire au réper­toire du TNP dès la saison prochaine. En atten­dant de le voir autant que de l’en­tendre sur la scène du TNP, vous pouvez déjà embarquer pour un premier voyage sonore dès le 11 avril sur France Culture.

Onéguine d’Alexandre Pouch­kine, traduit par André Marko­wicz. Mise en scène Jean Bello­rini. En podcast sur France Culture dans Fictions / théâtre et compa­gnie à partir du dimanche 11 avril à 20h (réali­sa­tion Baptiste Guiton), puis la saison prochaine sur la scène du TNP.

Lire aussi entre entre­tien avec André Marko­wicz, traduc­teur, dans notre nouveau numéro d’Exit.

Céles­tins en plein air : le bonheur en cartons !

Deux acteurs, quelques morceaux de carton et de l’humour, le tout sur la place du théâtre des Célestins. Dans Les Gros patinent bien, Olivier Martin-Salvan et Pierre Guillois incarnent un acteur shakespearien et un homme à tout faire. Ensemble, ils partent pour un périple à trave...

Un festi­val de danse gratuit cet été

Après la Biennale, la danse continue… Les festivités ne sont pas encore terminées que Dominique Hervieu a déjà un coup d’avance en lançant pour la première fois un festival de danse entièrement gratuit à découvrir dans l’espace public jusqu’au 8 juillet, et particulièrement dans ...

Le défilé de la Bien­nale aux couleurs de l’Afrique

C'est devant un public assis et dans le Grand Théâtre de Fourvière qu'a eu lieu le Défilé de la Biennale de la danse ce samedi 5 juin. Une première représentation avant les deux prévues ce dimanche après-midi, dans un format bien particulier : à la place du traditionnel défilé à ...

Sime­non : théâtre au grand jour

C’est un des plus beaux récits de Simenon, dont Mathieu Amalric avait tiré un film magnifique, La Chambre bleue. Un homme tiraillé entre deux femmes, jusqu’à l’implosion, avec cette folie qui couve à l’intérieur des vies en apparence ordinaires et dont Simenon avait le secret. Le...