Sortir à Lyon
Partager cet article :

Mathieu Amal­ric, Pinter et le trouble

C’était un des grands spec­tacles de la dernière saison de théâtre qu’il nous avait été donnée de voir aux Céles­tins. Une “simple” histoire d’adul­tère (supposé) dans le milieu de la mode au temps des années 60 en Angle­terre. Mais l’adul­tère est provoqué par une femme (Valé­rie Dash­wood) et le couple central est gay (Mathieu Amal­ric aux cheveux fouillis, le critique plus âgé, et Micha Lescot en giton dégin­gandé snob et sexy). Seule­ment voilà, on est chez Pinter, et il suffit qu’un autre grand acteur pati­bu­laire mais presque, Laurent Poitre­naux, ne vienne sonner chez Amal­ric, pour qu’un soupçon impro­bable ne vire au ballet à la sexua­lité trouble.

Les deux plateaux en un dans la mise en scène de Ludo­vic Lagarde.

Je est un autre qu’on ignore souvent chez Pinter, surtout quand on s’aime. La scéno­gra­phie clas­sieuse le dispute à l’hu­mour de classe et un des plus grands quatuors d’ac­teurs actuels fait vivre les folles ambi­guï­tés d’un maître en théâtre psycho­lo­gique. Ludo­vic Lagarde et surtout un grand monsieur de la mise en scène : non seule­ment il fait coha­bi­ter deux appar­te­ments en deux espaces poreux sur le même plateau, mais il sait faire incar­ner le désir sous le vernis de la mani­pu­la­tion, d’un geste lubrique pour dire l’aver­sion du person­nage de Micha Lescot pour l’hé­té­ro­sexua­lité ou d’un mollet d’Amal­ric encore marqué par le porte-chaus­set­te…

Mathieu Amal­ric et son giton Micha Lescot.

Chez Pinter, chaque mot trahit l’in­ten­tion plutôt qu’il ne traduit la chose. Cette Collec­tion haute-couture est d’au­tant plus savou­reuse qu’elle annonçait en 1961 le chef-d’oeuvre de mani­pu­la­tion érotique à venir de Pinter, son scéna­rio pour The Servant de Losey, avec Dirk Bogarde, cette fois au cinéma. Se faire mani­pu­ler par Mathieu Amal­ric dans le théâtre des sixties de Pinter, il y a pire comme plai­sir domes­tique obligé, en atten­dant de pouvoir le revoir sur une scène…

La Collec­tion de Harold Pinter. Mise en scène Ludo­vic Lagarde. Capta­tion au théâtre du Châte­let dispo­nible sur France.tv

Un.e pour tou.te.s ! Le dessin animé des 4 mousque­taires

67 chapitres des célèbres Mousquetaires d’Alexandre Dumas en à peine 1 heure à la façon d’un dessin animé Pixar ? C’est possible, grâce à la compagnie La Douce et leur mise en scène collective volontiers déjantée. A condition d’ajouter dans les ingrédients des chansons, saynètes ...

La peur, le tabou et le silence de l’église

Si on était au cinéma, la nouvelle pièce de François Hien serait précédée de l’habituel sur-titre “D’après une histoire vraie”. En tant que Lyonnais, impossible de ne pas voir le clin d'œil fait au procès Barbarin et à l’affaire Preynat, dont La Peur s'inspire, tout en prenant se...

Bolly­wood fait danser indien à la Maison de la danse

Vous aimez les films bollywoodiens, les histoires d'amour impossible qui finissent bien et les costumes colorés ? Alors prenez-vous pour un chanteur de Bollywood avec cette comédie musicale kitsch en diable qui rend hommage au genre cinématographique indien le plus prolifique. On...

Le grand William Forsythe à Lyon pour la 1ere fois

Après une pièce du ballet de l’Opéra de Lyon en ouverture de saison, William Forsythe revient en personne et pour la première fois à la Maison de la danse s’il vous plaît, pour un Soir tranquille qui date de 2018, donc tout récent, sur des musiques de Rameau et des costumes color...