Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bien­nale de la danse : la fièvre jeune !

On peut toujours comp­ter sur Domi­nique Hervieu pour l’en­thou­siasme. Fauchée en plein vol par la pandé­mie, repor­tée, refor­ma­tée (atten­tion aux horaires en fonc­tion du couvre-feu), la Bien­nale a bien lieu, multiple, foison­nante. En bascu­lant de septembre à juin, elle va béné­fi­cier des beaux jours : pour l’ou­ver­ture aux Nuits de Four­vière avec Camille et Robyn Orlin en plein air, comme pour le défilé, circons­crit excep­tion­nel­le­ment au théâtre antique toujours pour raisons sani­taires. Mais elle va aussi profi­ter du nouveau lieu des usines Fagor à Lyon 7e, et plutôt deux fois qu’une : la première belle idée de cette Bien­nale new look, c’est d’avoir programmé un parcours gratuit pour spec­ta­teurs avides de jeunes danseurs, et pas n’im­porte lesquels : à côté de Noé Soulier ou Thierry Thieü Niang travaillant sur les atti­rances et les inter­dits des corps d’ado­les­cents, on trouve aussi les Apaches de Saïdo Lehlouh, choré­graphe issu du plus pur hip hop de la rue, ou le duo de Neigh­bours, né sous l’égide d’un certain William Forsythe. Bref, un labo­ra­toire festif, revi­go­rant comme sait les créer la direc­trice de la Bien­nale.

Les sept danseurs égyp­tiens d’Ithma­rag d’Oli­vier Dubois. (photo François Stem­mer)

De Marseille à l’Egypte

On vous parlera dans l’Exit de la reprise à paraître le 19 mai du plus fou des choré­graphes grecs, Euri­pides Laska­ri­dis, pour lequel vous pouvez d’ores et déjà réser­ver votre place si vous aimez les sensa­tions fortes, mais la jeunesse reste l’in­vi­tée d’hon­neur de cette Bien­nale de la Renais­sance. D’abord parce qu’elle a toujours été l’âme de la danse, ensuite parce que c’était pour Domi­nique Hervieu une façon de lui redon­ner toute sa place après avoir tout fait pour sauver nos aînés. Fraî­che­ment nommé à la tête du Ballet natio­nal de Marseille, le collec­tif de (La)Horde est allé cher­cher le maître de l’elec­tro Rone pour un ballet implo­sif qui conti­nue d’ex­plo­rer les formes de la révolte cher au groupe (photo de tête). Voilà qui promet de dépous­sié­rer les aisselles des danseurs clas­siques. Enfin dans Itmah­rag, Olivier Dubois fait danser sept inter­prètes égyp­tiens au son du Mahra­ga­nat, mélange de rap et d’elec­tro, pour mieux libé­rer la jeunesse d’aujourd’­hui. Inch’Al­lah !

Toutes les infos et la billet­te­rie sur La Bien­nale de la danse.

Elenit d’Eu­ri­pides Laska­ri­dis, le mer16 juin à la Maison de la danse. (photo Julian Mommert)

Un festi­val de danse gratuit cet été

Après la Biennale, la danse continue… Les festivités ne sont pas encore terminées que Dominique Hervieu a déjà un coup d’avance en lançant pour la première fois un festival de danse entièrement gratuit à découvrir dans l’espace public jusqu’au 8 juillet, et particulièrement dans ...

Le défilé de la Bien­nale aux couleurs de l’Afrique

C'est devant un public assis et dans le Grand Théâtre de Fourvière qu'a eu lieu le Défilé de la Biennale de la danse ce samedi 5 juin. Une première représentation avant les deux prévues ce dimanche après-midi, dans un format bien particulier : à la place du traditionnel défilé à ...

Sime­non : théâtre au grand jour

C’est un des plus beaux récits de Simenon, dont Mathieu Amalric avait tiré un film magnifique, La Chambre bleue. Un homme tiraillé entre deux femmes, jusqu’à l’implosion, avec cette folie qui couve à l’intérieur des vies en apparence ordinaires et dont Simenon avait le secret. Le...

« Onéguine est un hymne à la femme »

Grand traducteur du russe, André Markowicz raconte le roman de Pouchkine, monument du romantisme russe, à l'affiche du TNP tout le mois de juin dans une mise en scène de Jean Bellorini. Désormais indissociable de son binome Françoise Morvan, il nous offre une plongée dans le clas...