Sortir à Lyon
Partager cet article :

Céles­tins en plein air : le bonheur en cartons !

Deux acteurs, quelques morceaux de carton et de l’hu­mour, le tout sur la place du théâtre des Céles­tins. Dans Les Gros patinent bien, Olivier Martin-Salvan et Pierre Guillois incarnent un acteur shakes­pea­rien et un homme à tout faire. Ensemble, ils partent pour un périple à travers l’Eu­rope et les siècles durant lequel il raconte la vie d’un homme dont on ne sait pas grand-chose, juste qu’il a été frappé par une malé­dic­tion après avoir pêché par mégarde une sirène. L’objec­tif : trou­ver le bonheur. Même si ce but semble inat­tei­gnable, ce voyage initia­tique semble fina­le­ment en être un bel aperçu. Dans une comé­die farfe­lue, les deux acteurs prennent la peau d’un roi, d’un mendiant ou d’un confi­seur gêné par la chaleur. Avec toujours l’es­prit de bric et de broc de leurs spec­tacles précé­dents et un un humour volon­tiers trucu­lent. Sans aucun autre décor que des cartons qui défilent, la pièce se dévoile dans un anglais (volon­tai­re­ment) incom­pré­hen­sible, mais le message est univer­sel. Une belle occa­sion de profi­ter du théâtre en plein air au coeur de Lyon, sous les étoiles exac­te­ment.

Pierre Guillois et Olivier Martin-Salvan (photos Xavier Cantat).

Les Gros patinent bien d’Oli­vier Martin-Salvan et Pierre Guillois. Place des Céles­tins. Mercredi 23, jeudi 24 et samedi 26 à 18h. Entrée libre sur réser­va­tion.

Un festi­val de danse gratuit cet été

Après la Biennale, la danse continue… Les festivités ne sont pas encore terminées que Dominique Hervieu a déjà un coup d’avance en lançant pour la première fois un festival de danse entièrement gratuit à découvrir dans l’espace public jusqu’au 8 juillet, et particulièrement dans ...

Le défilé de la Bien­nale aux couleurs de l’Afrique

C'est devant un public assis et dans le Grand Théâtre de Fourvière qu'a eu lieu le Défilé de la Biennale de la danse ce samedi 5 juin. Une première représentation avant les deux prévues ce dimanche après-midi, dans un format bien particulier : à la place du traditionnel défilé à ...

Sime­non : théâtre au grand jour

C’est un des plus beaux récits de Simenon, dont Mathieu Amalric avait tiré un film magnifique, La Chambre bleue. Un homme tiraillé entre deux femmes, jusqu’à l’implosion, avec cette folie qui couve à l’intérieur des vies en apparence ordinaires et dont Simenon avait le secret. Le...

« Onéguine est un hymne à la femme »

Grand traducteur du russe, André Markowicz raconte le roman de Pouchkine, monument du romantisme russe, à l'affiche du TNP tout le mois de juin dans une mise en scène de Jean Bellorini. Désormais indissociable de son binome Françoise Morvan, il nous offre une plongée dans le clas...