Sortir à Lyon
Partager cet article :

Céles­tins en plein air : le bonheur en cartons !

Deux acteurs, quelques morceaux de carton et de l’hu­mour, le tout sur la place du théâtre des Céles­tins. Dans Les Gros patinent bien, Olivier Martin-Salvan et Pierre Guillois incarnent un acteur shakes­pea­rien et un homme à tout faire. Ensemble, ils partent pour un périple à travers l’Eu­rope et les siècles durant lequel il raconte la vie d’un homme dont on ne sait pas grand-chose, juste qu’il a été frappé par une malé­dic­tion après avoir pêché par mégarde une sirène. L’objec­tif : trou­ver le bonheur. Même si ce but semble inat­tei­gnable, ce voyage initia­tique semble fina­le­ment en être un bel aperçu. Dans une comé­die farfe­lue, les deux acteurs prennent la peau d’un roi, d’un mendiant ou d’un confi­seur gêné par la chaleur. Avec toujours l’es­prit de bric et de broc de leurs spec­tacles précé­dents et un un humour volon­tiers trucu­lent. Sans aucun autre décor que des cartons qui défilent, la pièce se dévoile dans un anglais (volon­tai­re­ment) incom­pré­hen­sible, mais le message est univer­sel. Une belle occa­sion de profi­ter du théâtre en plein air au coeur de Lyon, sous les étoiles exac­te­ment.

Pierre Guillois et Olivier Martin-Salvan (photos Xavier Cantat).

Les Gros patinent bien d’Oli­vier Martin-Salvan et Pierre Guillois. Place des Céles­tins. Mercredi 23, jeudi 24 et samedi 26 à 18h. Entrée libre sur réser­va­tion.

Les Horten­sias, la pire pièce de théâtre à voir en ce moment

Les Hortensias, une ancienne abbaye transformée en EHPAD, accueille une clientèle de choix. D’anciens artistes du spectacle vivant y coulent des jours tranquilles, jouent aux cartes, peignent des vergers et se remémorent leur gloire passée. Le temps est passé par là et les journé...

Change Me, l’his­toire vraie d’un homme trans­genre

Comment montrer ce qui est caché ? Axel, un jeune homme de 21 ans, est né dans un corps de femme. Il cache ce secret à sa copine et ses amis pour tenter d’être accepté. Mais pendant la soirée de son vingt-et-unième anniversaire, sa nature biologique est dévoilée et l’histoire bas...

Caro­line Loeb plus vraie que nature dans Françoise par Sagan

La silhouette est connue. Une ossature fine, les traits minces, des cheveux courts et blonds, des vêtements sobres (noirs de préférence), une cigarette à la bouche évidemment, et surtout la délicate impression que la silhouette peut basculer à n’importe quel moment. Françoise Sag...