Sortir à Lyon
Partager cet article :

Céles­tins en plein air : le bonheur en cartons !

Deux acteurs, quelques morceaux de carton et de l’hu­mour, le tout sur la place du théâtre des Céles­tins. Dans Les Gros patinent bien, Olivier Martin-Salvan et Pierre Guillois incarnent un acteur shakes­pea­rien et un homme à tout faire. Ensemble, ils partent pour un périple à travers l’Eu­rope et les siècles durant lequel il raconte la vie d’un homme dont on ne sait pas grand-chose, juste qu’il a été frappé par une malé­dic­tion après avoir pêché par mégarde une sirène. L’objec­tif : trou­ver le bonheur. Même si ce but semble inat­tei­gnable, ce voyage initia­tique semble fina­le­ment en être un bel aperçu. Dans une comé­die farfe­lue, les deux acteurs prennent la peau d’un roi, d’un mendiant ou d’un confi­seur gêné par la chaleur. Avec toujours l’es­prit de bric et de broc de leurs spec­tacles précé­dents et un un humour volon­tiers trucu­lent. Sans aucun autre décor que des cartons qui défilent, la pièce se dévoile dans un anglais (volon­tai­re­ment) incom­pré­hen­sible, mais le message est univer­sel. Une belle occa­sion de profi­ter du théâtre en plein air au coeur de Lyon, sous les étoiles exac­te­ment.

Pierre Guillois et Olivier Martin-Salvan (photos Xavier Cantat).

Les Gros patinent bien d’Oli­vier Martin-Salvan et Pierre Guillois. Place des Céles­tins. Mercredi 23, jeudi 24 et samedi 26 à 18h. Entrée libre sur réser­va­tion.

Voir danser le Ballet de l’Opéra gratuit

Montez au 7e ciel, sous la verrière de Jean Nouvel à l’Opéra de Lyon, pour voir les danseurs travailler dans leur salle de répétition, littéralement en apesanteur, derrière les muses, avec vue plongeante sur l'Hôtel de Ville. Toute la journée du samedi 16 octobre, vous pourrez as...

Les Subs font du virus un spec­tacle inter­ac­tif

Virus a quelque chose prémonitoire: au cours du jeu, il est question de masque en trop faible quantité, de recherche de vaccin, de confinement et de crise économique. D’où vous est venue cette idée de créer une simulation de pandémie ? Yan Duyvendak: “Un de mes amis médecin, P...

Emma­nuel Gat fait danser Tears for fears

Ancien athlète et chef d'orchestre, il aime la danse sportive, s’inspirant aussi bien de Jean-Sebastien Bach que de Nina Simone. Cette fois, Emmanuel Gat invente avec Lovetrain2020 une comédie musicale contemporaine pour 14 danseurs, en croisant la new wave de Tears for fears, da...