Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les joyeux 101 ans du TNP de Villeur­banne

Jean Bellorini 101 ans TNP Villeurbanne

Entre­tien avec Jean Bello­rini, direc­teur du TNP de Villeur­banne à l’oc­ca­sion des 101 ans du théâtre.

Le direc­teur du TNP à Villeur­banne fête joyeu­se­ment le cente­naire d’une maison à l’his­toire excep­tion­nelle, sans nostal­gie et réso­lu­ment tourné vers l’ou­ver­ture et l’ave­nir.

Les 100 du TNP ayant été déca­lés pour cause de Covid, vous fêtez les 101 ans cette année. N’est-ce pas plus joyeux fina­le­ment ?
Jean Bello­rini : « Oh oui, c’est mieux ! C’est beau­coup plus joyeux juste­ment. Ce sont clai­re­ment les 100 prochaines années qu’on fête plutôt que les cent dernières. Et si j’ai une contri­bu­tion person­nelle dans cet anni­ver­saire, c’est cette créa­tion que je fais avec des jeunes gens de la troupe éphé­mère. Pour autant, il ne faut pas faire table rase du passé et il s’agit évidem­ment de parta­ger toute cette histoire, qui n’est fina­le­ment pas si connue. Après, je préfère toujours faire du théâtre et il s’agit avant tout de fêter la reprise des spec­tacles !

Quelle image aviez-vous du TNP avant d’y venir, peut-être même avant d’avoir été metteur en scène ?
Je vais être très honnête, je connais­sais un peu l’his­toire de Jean Vilar mais je n’avais pas compris que c’était Gémier et le théâtre ambu­lant à l’ori­gine. Ça m’a permis aussi de comprendre comment le TNP est arrivé à Villeur­banne en 1972, ce qui n’est pas si clair pour beau­coup de gens.

ça ira, Fin de Louis de Joël Pomme­rat ouvrira les festi­vi­tés du cente­naire sur la grande scène du TNP le 9 septembre. (photo Elisa­beth Carre­chio)


Comment ça s’est passé ?
C’est un coup de bluff de Roger Plan­chon à qui on avait proposé d’al­ler à Chaillot où était alors le TNP. Il a répondu que le TNP vien­drait à lui ! En réalité, le TNP de Villeur­banne restait le théâtre de la Cité de Roger Plan­chon et c’est ça qui est formi­dable. Il n’est pas dans la copie ni dans un faux héri­tage, mais dans sa propre conti­nuité. En 2022, on fêtera dans la foulée les 50 ans du TNP à Villeur­banne et il s’agit bien de fêter le théâtre ambu­lant de Firmin Gémier et le théâtre de la Cité de Roger Plan­chon, c’est-à-dire deux figures à rebours du moule du théâtre pari­sien, à la rencontre des vrais gens avec une cara­vane ou un train de théâtre. Ça capo­tera mais après la guerre, c’est Jeanne Laurent, grande figure du théâtre qu’on oublie trop souvent, qui choi­sit Vilar qui venait de créer le festi­val d’Avi­gnon.
La grande histoire de Vilar débute. J’ai le senti­ment peut-être que vous vous situez davan­tage dans cet esprit d’ou­ver­ture cher à Plan­chon… Je ne veux pas me situer, je ne sais pas forcé­ment où je suis et on ne décrète pas son héri­tage ! J’ai une appé­tence pour les textes, on pour­rait dire que c’est Vilar. Mais j’ai aussi envie de program­mer Ange­lica Lidell, du jeune public et de la musique, et ça, ce serait plutôt Plan­chon effec­ti­ve­ment. Estam­piller les choses est un des maux de notre époque à mon avis. J’es­saie de faire un
théâtre qui me ressemble mais je programme pour tout le monde, pour que chacun s’y retrouve. Une assem­blée de théâtre popu­laire c’est une assem­blée de gens diffé­rents. Le TNP ne m’ap­par­tient pas, je m’ins­cris dans cette histoire en faisant humble­ment mon bout de chemin. Je trouve magni­fique de fêter cette histoire extra­or­di­naire, mais il s’agit avant tout d’être joyeux et de faire du théâtre. »

« On ne décrète pas son héri­tage »

Jean Bello­rini

Il y a peu de lieux qui sont encore acco­lés aux termes « natio­nal » et « popu­laire » en susci­tant de l’en­goue­ment…
Oui, c’est une des réus­sites de cette fabu­leuse histoire. Mais contrai­re­ment à ce qu’on croit parfois, il n’y avait pas autant d’ou­vriers que l’au­rait souhaité Jean Vilar à l’époque, à peine 3 ou 4 % selon les premières enquêtes de public. Les quêtes d’un théâtre popu­laire restent les mêmes et c’est bien de se le dire. Depuis la nuit des temps, les gens ne vont pas natu­rel­le­ment au théâtre et pour­tant, on veut un public le plus diver­si­fié possible, qui raconte le monde, mais qui soit aussi singu­lier pour chaque artiste. Le théâtre a toujours eu les mêmes problé­ma­tiques. »


Le TNP a 101 ans Du 9 au 26 septembre
• Dix rencontres, quatre spec­tacles dont Ça ira, fin de Louis de Joël Pomme­rat (lire notre critique dans le dernier numéro d’Exit, p68).
• Lance­ment du cente­naire jeudi 9 septembre à 17h au TNP à Villeur­banne, par Jean Bello­rini.
Et d’autres que moi conti­nue­ront peut-être mes songes, textes de Firmin Gémier, Maria Casa­rès, Gérard Phili­pe… Mise en scène Jean Bello­rini. Samedi 25 à 20h et dimanche 26 septembre à 16h (annoncé complet). De 5 à 7 €.
• Soirée spéciale Le TNP a 101 ans avec Jean Bello­rini, Michel Bataillon et Thierry Frémaux. Jeudi 16 septembre à 19h, suivie de la projec­tion d’Une aussi longue absence, de Henri Colpi avec Georges Wilson. Insti­tut Lumière, Lyon 8e. 9/10 €. Plusieurs films sont proje­tés à l’Ins­ti­tut Lumière dans les prochaines semaines en lien avec le cente­naire du TNP.

La danse fait sa rentrée : les immanquables

Trèfle de cœur La Grosse Fugue vue par Anne Teresa de Keersmaeker. Forsythe, Mats Ek et Anne Teresa de Keersmaeker, c’est le trio de haute volée du nouveau show du ballet de l’Opéra de Lyon avec des pièces pour 2, 4 ou encore 8 danseurs avec la Grosse Fugue de Beethoven int...

Un Lavoir public et inclu­sif sur les pentes

Lieu alternatif à la Berlinoise, Le Lavoir Public avait fermé ses portes en tout début d'année sur les pentes de la Croix-Rousse. C'était sans compter l'association Le La Voir Public qui en rénove actuellement les locaux et prépare sa programmation sur le thème de « l’inclusivité...

La Cape et d’épée fracasse !

En attendant de le retrouver à l’affiche des Célestins la saison prochaine, vous pouvez d'ores et déjà aller voir le très attendu Fracasse de Jean-Christophe Hembert (Karadoc dans Kaamelott), tiré du roman de cape et d’épée mythique de Théophile Gautier. Par ce fan de cinéma réal...

Céles­tins en plein air : le bonheur en cartons !

Deux acteurs, quelques morceaux de carton et de l’humour, le tout sur la place du théâtre des Célestins. Dans Les Gros patinent bien, Olivier Martin-Salvan et Pierre Guillois incarnent un acteur shakespearien et un homme à tout faire. Ensemble, ils partent pour un périple à trave...