Sortir à Lyon
Partager cet article :

Amour et huile d’olive

Si vous aimez les mises en scène auda­cieuses, créa­tives et décons­trui­tes… passez votre chemin. En adap­tant Skylight de David Hare, Clau­dia Stavisky fait dans le natu­ra­lisme pataud : des murs en brique pour bien montrer que la pièce se déroule à Londres, un studio inté­gra­le­ment recons­ti­tué, de la neige que l’on voit tomber par une grande fenêtre et des acteurs qui cuisinent en temps réel…

Tombe la neige…

Marie Vialle et Sasha Ribeiro dans Skylight, au théâtre des Céles­tins (photos Simon Gosse­lin).

Les dialogues entre ces deux amants qui se retrouvent dix ans plus tard sont plan-plan et les person­nages clichés. Lui, avatar de l’homme d’af­faires enri­chi, elle, sacri­fiant une brillante carrière univer­si­taire pour un poste de profes­seur dans une école diffi­ci­le… Argent v.s. amour, idéa­lisme v.s. cynisme, riches contre pauvres, les thèmes éculés de la pièce font du surplace. Heureu­se­ment, en grand acteur de théâtre, Patrick Cata­lifo (en haut), main­tient l’émo­tion à flot. Du théâtre confor­table pour ceux qui n’aiment pas prendre de risques.

Skylight, de David Hare, mise en scène Clau­dia Stavisky. Jusqu’au dimanche 3 octobre à 20h (dim 16h) au théâtre des Céles­tins, Lyon 2e. De 7 à 40€.

Un cinéaste en colère

Le Genou d’Ahed, De Nadav Lapid (Israël, 1h49). Avec Avshalom Pollak, Nur Fibak, Yoram Honig......

Avez-vous vu Vale­ria Bruni-Tedes­chi danser ?

Une jeune femme court dans les rues de Paris après avoir planté là sa propriétaire (à qui elle doit deux loyers) et son mec dont elle ne sait plus si elle l’aime… Thé ou café ? (dialogue véridique dans la première scène) Caméra à l’épaule, milieu cultivé dans lequel on ne se trom...

Un Lavoir public et inclu­sif sur les pentes

Lieu alternatif à la Berlinoise, Le Lavoir Public avait fermé ses portes en tout début d'année sur les pentes de la Croix-Rousse. C'était sans compter l'association Le La Voir Public qui en rénove actuellement les locaux et prépare sa programmation sur le thème de « l’inclusivité...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...