Sortir à Lyon
Partager cet article :

Justine, gender stories de Sade sur les planches

« Dans un monde entiè­re­ment vertueux, je te conseille­rai la vertu […] dans un monde tota­le­ment corrompu, je ne te conseille­rai jamais que le vice. Celui qui ne suit pas la route des autres périt inévi­ta­ble­ment. » Voilà ce qui est conseillé à Justine, jeune femme pieuse dont le but est de vivre une exis­tence au nom des prin­cipes reli­gieux. Pendant des années, elle évolue pour­tant dans une société où règne le vice et où la vertu n’est jamais récom­pen­sée. La compa­gnie Vivre comme ça c’est mourir d’amour s’at­tèle au monu­ment encore aujourd’­hui sulfu­reux de la litté­ra­ture clas­sique qu’est Sade.

Comé­die sexuelle

L’écri­ture sophis­tiquée du XVIIIe siècle confère un certain raffi­ne­ment à une morale joyeu­se­ment anti-confor­miste : quoi qu’il en soit, le mal triomphe toujours. Pour prendre le contre-parti de l’image perni­cieuse qui colle à cette œuvre, Judi­caël Jermer fait le pari d’une mise en scène humo­ris­tique. Une propo­si­tion auda­cieuse qui fonc­tionne dès lors que l’on est disposé à rece­voir l’in­no­cence exagé­rée de Justine, à rire d’un méde­cin sans scru­pule ou d’une marâtre aux cuis­sardes en cuir. Sans décor, dans une lumière rose et en présence de comé­diens unique­ment mascu­lins, les péri­pé­ties de Justine se succèdent. On crie, on court, on feint la violence et le grave­leux, et l’on n’ou­blie jamais le second degré.

Justine, bukkake philo­so­phique, d’après le Marquis de Sade. Adap­ta­tion et mise en scène Judi­caël Jermer. Du mardi 9 au vendredi 12 novembre à 19h30 au https://lely­see.com/théâtre de l’Ely­sée, Lyon 7e. Tarif au choix de 10 à 14 €

Un.e pour tou.te.s ! Le dessin animé des 4 mousque­taires

67 chapitres des célèbres Mousquetaires d’Alexandre Dumas en à peine 1 heure à la façon d’un dessin animé Pixar ? C’est possible, grâce à la compagnie La Douce et leur mise en scène collective volontiers déjantée. A condition d’ajouter dans les ingrédients des chansons, saynètes ...

La peur, le tabou et le silence de l’église

Si on était au cinéma, la nouvelle pièce de François Hien serait précédée de l’habituel sur-titre “D’après une histoire vraie”. En tant que Lyonnais, impossible de ne pas voir le clin d'œil fait au procès Barbarin et à l’affaire Preynat, dont La Peur s'inspire, tout en prenant se...

Bolly­wood fait danser indien à la Maison de la danse

Vous aimez les films bollywoodiens, les histoires d'amour impossible qui finissent bien et les costumes colorés ? Alors prenez-vous pour un chanteur de Bollywood avec cette comédie musicale kitsch en diable qui rend hommage au genre cinématographique indien le plus prolifique. On...

Le grand William Forsythe à Lyon pour la 1ere fois

Après une pièce du ballet de l’Opéra de Lyon en ouverture de saison, William Forsythe revient en personne et pour la première fois à la Maison de la danse s’il vous plaît, pour un Soir tranquille qui date de 2018, donc tout récent, sur des musiques de Rameau et des costumes color...