Sortir à Lyon
Partager cet article :

Venez voir la suite du Macbeth de Shakes­peare !

Il y a quelque chose de pourri au royaume d’Ecosse. Le tyran est mort, la reine captive et le pays défait. Reste pour l’An­gle­terre à placer sur le trône un roi qui lui sera fidèle, vaste program­me… En adap­tant Dusi­nane de David Greig, sorte de réponse au MacBeth de Shakes­peare, le Lyon­nais Baptiste Guiton fait souf­fler un vent épique. Dans une esthé­tique sobre, à mi-chemin entre une friche indus­trielle, un clip de rock et High­lan­der, il arrive à nous faire croire à chaque scène avec une écono­mie de moyens remarquable. Une simple struc­ture en acier mobile évoque tour à tour des remparts, les appar­te­ments de la reine ou une prison. Les costumes, proches des univers steam­punk et rock apportent une touche moder­nité alors que les incan­ta­tions et les chants guer­riers enton­nés par les comé­diens instil­lent une ambiance mysté­rieuse toute écos­saise. Surtout, on est étonné de se glis­ser aussi faci­le­ment dans le texte de David Greig. Oser donner une suite à Shakes­peare aurait pu faire peur, mais ici le lien avec la pièce de Shakes­peare n’est qu’un prétexte pour trans­po­ser dans l’Ecosse Moyen-Âge des problé­ma­tiques aussi univer­selles que contem­po­raines sur l’in­gé­rence poli­tique. Et si vous n’avez pas besoin d’avoir lu MacBeth pour suivre, l’es­prit shakes­pea­rien est bien présent. Dunsi­nane passe sans complexe du tragique à des scènes de bataille ou à l’hu­mour le plus grivois, comme si on zappait fréné­tique­ment des Monty Python à Game of Thrones. Le tout porté par un excel­lente troupe de comé­diens au diapa­son. C’est le moment de débran­cher Netflix et d’al­ler au théâtre.

Dunsi­nane, de David Greig, mise en scène Baptiste Guiton. Vendredi 19 novembre à 20h30 au Tobog­gan à Décines. De 19 à 22 €. (photo Michel Cavalca)

Un.e pour tou.te.s ! Le dessin animé des 4 mousque­taires

67 chapitres des célèbres Mousquetaires d’Alexandre Dumas en à peine 1 heure à la façon d’un dessin animé Pixar ? C’est possible, grâce à la compagnie La Douce et leur mise en scène collective volontiers déjantée. A condition d’ajouter dans les ingrédients des chansons, saynètes ...

La peur, le tabou et le silence de l’église

Si on était au cinéma, la nouvelle pièce de François Hien serait précédée de l’habituel sur-titre “D’après une histoire vraie”. En tant que Lyonnais, impossible de ne pas voir le clin d'œil fait au procès Barbarin et à l’affaire Preynat, dont La Peur s'inspire, tout en prenant se...

Bolly­wood fait danser indien à la Maison de la danse

Vous aimez les films bollywoodiens, les histoires d'amour impossible qui finissent bien et les costumes colorés ? Alors prenez-vous pour un chanteur de Bollywood avec cette comédie musicale kitsch en diable qui rend hommage au genre cinématographique indien le plus prolifique. On...

Le grand William Forsythe à Lyon pour la 1ere fois

Après une pièce du ballet de l’Opéra de Lyon en ouverture de saison, William Forsythe revient en personne et pour la première fois à la Maison de la danse s’il vous plaît, pour un Soir tranquille qui date de 2018, donc tout récent, sur des musiques de Rameau et des costumes color...