Sortir à Lyon
Partager cet article :

Fracasse, le spec­tacle à voir en famille pour les fêtes

Vous avez peur de vous ennuyer au théâtre ? Rassu­rez-vous, avec l’adap­ta­tion du Capi­taine Fracasse imagi­née par Jean-Chris­tophe Hembert, ce ne sera pas le cas. Le metteur en scène, connu pour son rôle de Kara­doc dans Kaame­lott, tire du roman de Théo­phile Gautier une pièce popu­laire au bon sens du terme : géné­reuse et s’adres­sant à tous les publics. Il dépous­sière cette aven­ture de cape et d’épée avec une mise en scène pop compre­nant aussi bien des réfé­rences à Molière qu’au manga et au théâtre japo­nais kabuki sur fond de musique rock. Si la pièce resti­tue l’as­pect baroque de la struc­ture du roman qui a tendance à partir dans tous les sens (Gautier a mis 50 ans pour écrire Le Capi­taine Fracasse !), Jean-Chris­tophe Hembert a choisi de se concen­trer sur la troupe de comé­diens de l’his­toire, comme une grande décla­ra­tion d’amour au théâtre. Car Fracasse raconte aussi bien l’his­toire d’un baron ruiné et coupé du monde, person­nage sombre et bègue qui retrou­vera de sa superbe grâce au théâtre, que les aven­tures de la troupe qu’il intègre malgré lui.

À la pointe de la langue

Mises en abîme, mensonges, dégui­se­ments et ton outran­cier, le théâtre est montré à chaque scène, pour dire aussi bien la joie du jeu que les condi­tions de vie misé­rables des comé­diens, donnant lieu aux scènes les plus violentes (Isabelle constam­ment harce­lée par le duc de Vallom­breuse) comme les plus drôles (le festin imagi­naire à l’au­berge). Et s’il
n’ou­blie pas les scènes de cape et d’épée, c’est d’abord à la pointe de la langue que Hembert conquiert son public. Il rend hommage à l’écri­ture dense et vivante de Gautier avec des tirades et répliques gour­mandes dont l’oreille peine même à saisir toutes les richesses. Un souffle épique, des costumes d’époque, des acteurs au diapa­son (parmi lesquels on retrouve d’autres membres de Kaame­lott, comme Jacques Cham­bon, Thomas Cous­seau ou Loïc Varraut), de l’hu­mour se mêlant à la noir­ceur, on a trouvé le spec­tacle impa­rable pour les fêtes de fin d’an­née.


Fracasse, d’après Le Capi­taine Fracasse de Théo­phile Gautier,
mise en scène Jean-Chris­tophe Hembert. Du mardi 14 au
vendredi 31 décembre à 21 h (samedi 25 et les dimanches à 18 h) au théâtre des Céles­tins, Lyon 2e. De 7 à 40 €. Photo : Simon Gosse­lin.

Paul Mira­bel, l’hu­mo­riste le plus lunaire et décalé

Le zèbre n’est pas un équidé comme les autres. Cet animal se différencie des chevaux et des ânes par son pelage original, noir avec des rayures blanches (et non l’inverse). Ainsi, un « drôle de zèbre » signifie par métaphore quelqu’un d’étrange, un peu hors norme, bizarre et… aty...

Un spec­tacle déli­rant sur la mort de Michel Berger

Ancien comédien des Chiens de Navarre, Solal Bouloudnine rejoue son enfance à Ramatuelle à 6 ans lorsqu'il apprit que son voisin, Michel Berger, était mort... La Fin du début (Seras-tu là ?) est un seul en scène original et drôle pour chasser ses angoisses existentielles. « Qu...

Seul en scène inso­lite d’un enfant voisin de Michel Berger

On ne se souvient pas de sa mort, mais on se souvient du jour où l’on a réalisé qu’on allait mourir. Pour Solal Bouloudnine, c’était le 2 août 1992 précisément. Il avait six ans et passait son été dans une maison de vacances à Ramatuelle. Sa résidence estivale était voisine de ce...

Grand Crié, le spec­tacle qui pique de Nico­las Barry

Nous aussi on a parfois envie de crier, et pas seulement "Aline" pour qu'elle revienne. "Subversif, revendicatif, festif, agressif ou craintif", Nicolas Barry consacré son spectacle aux Subs à un Grand Crié, auquel on aurait volontiers ajouter le cri libérateur. Rassurez-vous, vo...